*** Solennité pour l'Ordre Cistercien ; Mémoire obligatoire ailleurs :

 
 
      
 
 
Saint Bernard (1090-1153) naquit au château de Fontaines, près de Dijon, d'une famille distinguée par sa noblesse et par sa piété, et fut, dès sa naissance, consacré au Seigneur par sa mère, qui avait eu en songe le pressentiment de sa sainteté future. Une nuit de Noël, Bernard, tout jeune encore, assistait à la Messe de Noël. Il s'endormit, et, pendant son sommeil, il vit clairement sous ses yeux la scène ineffable de Bethléem, et contempla Jésus entre les bras de Marie. A dix-neuf ans, malgré les instances de sa famille, il obéit à l'appel de Dieu, qui le voulait dans l'Ordre de Cîteaux. Mais il n'y entra pas seul : il décida six de ses frères et vingt-quatre autres gentilshommes à le suivre. L'exemple de cette illustre jeunesse et l'accroissement de ferveur qui en résulta pour le couvent suscitèrent tant d'autres vocations, qu'on se vit obligé de faire de nouveaux établissements. Bernard fut le chef de la colonie qu'on envoya fonder à Clairvaux un monastère qui devint célèbre et fut la source de cent soixante fondations, du vivant même du Saint. Chaque jour, pour animer sa ferveur, il avait sur les lèvres ces mots : « Bernard, qu'es-tu venu faire ici. » Il y répondait à chaque fois par des élans nouveaux. Il réprimait ses sens au point qu'il semblait n'être plus de la terre. Voyant, il ne regardait point, entendant, il n'écoutait point, goûtant, il ne savourait point. C'est ainsi qu'après avoir passé un an dans la chambre des novices, il ne savait si le plafond était lambrissé ou non; côtoyant un lac, il ne s'en aperçut même pas. Un jour, il but de l'huile pour de l'eau, sans se douter de rien. Bernard avait laissé, au château de sa famille, Nivard, le plus jeune de ses frères : « Adieu, cher petit frère, lui avait-il dit. Nous t'abandonnons tout notre héritage. - Oui, je comprends, avait répondu l'enfant, vous prenez le Ciel et vous me laissez la terre. Le partage n'est pas juste ». Plus tard, Nivard vint avec son vieux père rejoindre Bernard au monastère de Clairvaux. Le Saint n'avait point étudié dans le monde mais l'école de l'oraison suffit à faire de lui un grand Docteur, admirable par son éloquence, par la science et la suavité de ses écrits. Il fut le conseiller des évêques, l'ami des Papes, l'oracle de son temps. Mais sa principale gloire, entre tant d'autres, semble être sa dévotion incomparable envers la Très Sainte Vierge. Bernard meurt en 1153 à 63 ans laissant derrière lui plus de 500 abbayes cisterciennes !
 
Saint Bernard, pourtant si engagé dans son monastère, sillonnera les routes d'Europe pour défendre l'Église et porter témoignage à la Vérité dans toute son orthodoxie. En 1129 par exemple, il participe au Concile de Troyes, convoqué par Sa Sainteté le Pape Honorius II, mais aussi, quelques années plus tard au Concile de Sens en 1140 où il fait condamner les 19 hérésies de Pierre Abélard. Il ne cessera de combattre les hérésies cathares mais aussi l'antisémitisme de son époque : « ne sommes nous pas spirituellement des sémites ? » écrira-t-il. Il prêchera ensuite à Vézelay la deuxième croisade par un discours historique, le 31 mars 1146. Epuisé, il meurt le 20 août 1153 dans son Abbaye de Clairvaux. Il sera par la suite canonisé le 18 juin 1174 par Alexandre III, et déclaré Docteur de l'Église par Pie VIII en 1830. On le fête le 20 août.
 
 
 

 
 
 
Liens : Mémoire obligatoire de Saint Bernard de Clairvaux (Liturgie)Memoráre / Souvenez-vous + Catéchèse de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI sur Saint Bernard de Clairvaux (21 octobre 2009) + (4 novembre 2009) + Encyclique de Sa Sainteté le Pape Pie XII sur Saint Bernard de Clairvaux : "Doctor Mellifluus"Télécharger gratuitement toutes les œuvres de Saint Bernard de Clairvaux + Œuvres complètes de Saint Bernard de Clairvaux + "Nous n'avons point ici une cité permanente mais nous aspirons à celle où Marie fait aujourd'hui son entrée" (pour la fête de l'Assomption)"Aujourd'hui, nous entrons dans le temps du combat chrétien" (pour la rentrée en carême) + « La violence de la douleur a donc transpercé votre âme, en sorte que ce n’est pas sans raison que nous vous proclamons plus que Martyre » (Saint Bernard) + « Que ce doux nom ne soit jamais loin de votre bouche, jamais loin de votre cœur » (Saint Bernard) + Le Christ, fontaine d'eau vive, par Saint Bernard + « Ève fut l’épine qui blessa, Marie, la rose qui soulage toutes douleurs » (Saint Bernard de Clairvaux) + « Ô Marie, cache, je te le dis, cache l’éclat de ce soleil levant, couche-le dans la crèche, enveloppe-le de langes : ce sont là nos richesses » (Saint Bernard de Clairvaux) + « Toutes les fois que vous vous sentez pressés par une violente tentation et que vous êtes menacés d’une grande épreuve, invoquez celui qui est votre gardien » (Saint Bernard de Clairvaux)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg