« L’indulgence est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l’action de l’Église, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints »

 
 
 
 
Cette doctrine est malheureusement souvent méconnue des chrétiens, alors qu'elle est d'une très grande importance pour leur vie éternelle et pour celle des âmes du Purgatoire, en faveur desquelles nous sommes encouragés à appliquer les indulgences. Pour comprendre cette doctrine et cette pratique de l’Église il faut voir que le péché a une double conséquence. Le péché grave nous prive de la communion avec Dieu, et par là il nous rend incapable de la vie éternelle, dont la privation s’appelle la « peine éternelle » du péché. D’autre part, tout péché, même véniel a besoin de purification, soit ici-bas, soit après la mort, dans l’état qu’on appelle Purgatoire. Cette purification libère de ce qu’on appelle la « peine temporelle » du péché. Ces deux peines ne doivent pas être conçues comme une espèce de vengeance, infligée par Dieu de l’extérieur, mais bien comme découlant de la nature même du péché. Le pardon du péché et la restauration de la communion avec Dieu entraînent la remise des « peines éternelles » du péché. Mais des peines temporelles du péché demeurent. Le chrétien doit s’efforcer, en supportant patiemment les souffrances et les épreuves de toutes sortes et, le jour venu, en faisant sereinement face à la mort, d’accepter comme une grâce ces peines temporelles du péché. Il doit s’appliquer, par les œuvres de miséricorde et de charité, ainsi que par la prière et les différentes pratiques de la pénitence, à se dépouiller complètement du « vieil homme » et à revêtir « l’homme nouveau » (cf. Éphésiens 4, 24). L'Église peut accorder des indulgences "partielles" ou "plénières". Dans tous les cas, pour obtenir les indulgences, le fidèle doit être en état de grâce. Pour l’indulgence plénière, dont l’obtention est limité à une fois par jour, les fidèles doivent avoir en plus le désir de gagner l’indulgence, se détacher complètement du péché (même véniel), se confesser dans les huit jours (avant ou après l’indulgence), communier le jour même, prier selon les intentions indiquées par le pape et accomplir l’action à laquelle est attachée l’indulgence dans les temps prescrit. Si ces actions ne sont que partiellement remplies, l’indulgence ne sera que partielle.
 
 
 
 

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg