victoires.jpg


Le Roi Louis XIII
, à la demande des Pères Augustins déchaussés, fait construire l'église de Notre-Dame des Victoires à Paris en 1629 en action de grâce pour la victoire des troupes royales à la Rochelle face aux apostats huguenots, sauvegardant ainsi l'unité du Royaume de France. Le samedi 8 Décembre 1629, le premier Archevêque de Paris, Mgr Jean-François de Gondi, bénit les fondations de l'église et le dimanche 9 décembre, Louis XIII en personne en pose solennellement la première pierre, en présence des seigneurs de la Cour et des magistrats de la ville, sur laquelle est gravée en lettres d'or l'inscription latine : « Louis XIII, par la grâce de Dieu, Roi Très Chrétien de France et de Navarre, vaincu nulle part, victorieux partout, au souvenir de tant de victoires qui lui sont venues du Ciel, spécialement de Celle qui a terrassé l'hérésie, a érigé ce temple aux Frères Augustins déchaussés du Couvent de Paris, en monument insigne de sa piété, et l'a dédié à la Vierge Marie, Mère de Dieu, sous le titre de Notre-Dame-des-Victoires, l'an du Seigneur 1629, le 9 du mois de décembre, de son règne le XXème ».
Dans cette église dédiée au "Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie, refuge des pécheurs" depuis décembre 1836, la Vierge y est spécialement invoquée comme Victorieuse de la désespérance (37.000 ex-votos témoignent des grâces données !). Aujourd'hui comme hier la basilique est un lieu de pèlerinage  pour tous. Plusieurs prêtres confesseurs ainsi que les Bénédictines du Sacré-Coeur de Montmartre sont présents en ce sanctuaire.


Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, extrait de "Histoire d'une âme" : « Arrivés à Paris, papa nous en fit visiter toutes les merveilles. Pour moi, je n'en trouvai qu'une seule qui me ravit, cette merveille fut : "Notre-Dame des Victoires". Ah ! Ce que j'ai senti à ses pieds, je ne pourrais le dire... Les grâces qu'elle m'accorda m'émurent si profondément que mes larmes seules traduisirent mon bonheur, comme au jour de ma première communion... La Sainte Vierge m'a fait sentir que c'était vraiment elle qui m'avait souri, et m'avais guérie. J'ai compris qu'elle veillait sur moi, que j'étais son enfant, aussi je ne pouvais plus lui donner que le nom de "Maman" car il me semblait encore plus tendre que celui de Mère... Avec quelle ferveur ne l'ai-je pas priée de me garder toujours et de réaliser bientôt mon rêve en me cachant à l'ombre de son manteau virginal ! Je lui demandais encore d'éloigner de moi toutes les occasions de péché »



 

commentaires

yanic 28/08/2015 15:57

tres belle image j'aimerais l'avoir dans ma chambre

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg