Il faut le redire avec force : PERSONNE dans un diocèse, ne peut empêcher ou interdire que la messe soit dite selon :
 
1. La forme "ordinaire" célébrée en latin et en grégorien versus "ad orientem" pour reproduire l'actualisation de l'unique Saint-Sacrifice de la Croix. C'est la forme voulue par le concile Vatican II et refusée depuis plus de 40 ans par l'épiscopat français. C'est la forme issue d'une application de Vatican II faite à la lumière d'une "herméneutique de continuité" comme le veut Benoît XVI. C'est par excellence le Sacrifice parfait de l'Eglise-Epouse en union avec le Christ-Epoux pour la plus grande gloire de Dieu. C'est une forme que les fidèles français ne connaissent malheureusement pas car ils ne l'ont jamais vue en France.
2. La forme "ordinaire" célébrée en langue courante versus "ad orientem" ou versus "populum". C'est une forme que l'on trouve dans quelques paroisses et communautés nouvelles, et qui est en voie de développement grâce à la nouvelle génération de prêtres refusant les délires doctrinaux et liturgiques.
3. La forme "extraordinaire". C'est la forme du rit romain célébrée selon l'ancien missel et qui est souhaitée par des "groupes stables" de fidèles. Cette forme ne peut pas être refusée lorsque ces fidèles reconnaissent l'autorité du concile Vatican II.
 
 
 


En revanche, il faut le redire avec autant de force : TOUT LE MONDE dans un diocèse, doit empêcher ou interdire que la messe soit dite selon :
 
1. la forme "ordinaire à la française". C'est la forme que l'on trouve dans quasiment toutes les paroisses et où l'on se prétend à tort fidèle à Vatican II. C'est la forme qu'aiment les organismes officiels de "pastorale liturgique". Elle se décline sous d'infinies variations toutes plus ou moins illégitimes et dont le point commun est généralement la fantaisie, la laideur, la lourdeur, et l'infantilisme. Presque partout, les mêmes refrains sans valeur entonnés par les méméres-caté-kermesse. Presque partout, des spectacles et cirques voient le jour… De la mise en œuvre de cette "forme ordinaire à la française" sont issus les séminaires vides, les maisons religieuses vides, les églises vides, les équipes liturgiques inutiles, des secteurs paroissiaux sans avenir... etc.
2. la forme "extraordinaire à la française". C’est la forme qu’aiment les prophètes de malheurs sédévacantistes. C’est aussi cette forme que l’on trouve dans certains groupes n’ayant pas encore compris que le concile Vatican II était et est toujours à défendre. Des groupes aussi qui n’ont pas compris que la liturgie ne devait pas se limiter à une « spiritualité des rubriques jusqu’au baiser des burettes » ! (Dom Louis-Marie, Père-Abbé du Barroux).

commentaires

Arnaud 14/01/2008 13:12

Très interessant petit article, et amusant même si il convient de ne pas sombrer dans une caricature trop facile. Ainsi les mémères caté-kermesse se retrouvent chez les tradis sous une forme quelque peu différentes, mais enfin les corpulentes mères de famille en barbour et aux serre-têtes stricts ... C'est vrai, même si elles disent connaître "le Beau", elles, elles ne s'occupent pas de liturgie...Sinon, plus sérieusement, concernant la liturgie, comment qualifier la messe Paul VI en France ? la dernière fois, c'était une messe où on communiait sur la langue ( à l'opus dei), la fois d'avant (en diocèse) il fallait tous se tenir les mains en l'air pour la prière universelle, parfois tout le monde s'agenouille, parfois non... Bref, entre les villes, les publics (plus il y a de jeunes et plus la ferveur règne), les prêtres (generalement les plus jeunes mettent plus de solennité),les messes changent.Personnelement, il m'arrive d'aller régulierement à des messes selon la forme extraordinaire ( je ne me définit pas comme tradi pour autant), et c'est vrai que c'est beau (notamment le chant grégorien) mais il me semble que beaucoup de messes ordinaires atteignent le "niveau" de solennité et de ferveur des messes St Pie V.

Yves 14/01/2008 14:31

Je ne dirais pas quand même "beaucoup" de messes ordinaires mais "un peu". Mais nous sommes d'accord dans le fond.

le petit placide 14/01/2008 11:10

courage je vous soutiens très fort

un chrétien choqué 13/01/2008 23:09

On se demande à la lecture de cet article quel amour de l'église a son auteur. Il aime certainement certaines traditions, il amerait bien en imposer aussi à toutes les églises de france et de navarre, mais bon ... il a du oublier que dans la foi chrétienne catholique plusieurs piliers sont essentiels :- la foi de l'église : a-t-il changé de credo ? pour qui se prend-il pour qualifier les liturgies catholiques de cirque ? S'il croit en une église sainte - comme le rappelle d'ailleurs le titre du blog 'fidèle à la sainte église' alors il faut aller à confesse de suite rien que pour la médisance- la liturgie de l'église : l existe une discipline sacrementelle dont l'église est responsable, cette discipline a évolué avec les années ; par contre la réalité spirituelle de la grâce des sacrements est la même maintenant et il y a plusieurs siècles. L'auteur ne croit donc pas à la grâce des sacrements s'il prétend que la forme est première ! - l'unité de l'église : par-dessus tout il faut avoir de la charité les uns pour les autres. C'est un grave péché contre l'église, et donc contre l'Esprit Saint, le Père et le Fils, que d'écrire un tel article. J'invite donc l'auteur anonyme à laisser tomber sa colère, et à aller recevoir de suite le sacrement de la misèricorde auprès d'un des prêtres même qu'il a critiqué. La grâce du sacrement aidera beaucoup plus l'église à grandir que de tels discours. Peut-être aussi que de cette confession sortira un partage constructif - espérons que l'auteur retire ses oeillères !- avec l'église telle qu'elle est, dans ses pauvretés même qu'il faut accueillir avec charité. Le Christ Jésus, à Noël, n'est pas né sur un autel mais dans une étable, les pauvres bergers rejetés de tous étaient les premiers informés de l'événement. On s'en fiche s'ils chantaient faux ou pas dans la bonne langue, les bergers, ça avait certainement un peu l'air d'un cirque aussi avec tant d'animaux, et alors ? Bref, que la charité et la miséricorde emplissent nos vies, par la grâce des sacrements de l'Eglise notre mère, à qui nous voulons exprimer notre dévouement, notre reconnaissance et notre obéissance. Au temple, Jésus s'est rendu obéissant et soumis à ses parents qui n'avaient pas compris sa mission, alors qu'il était de nature à la fois humaine ET divine. Quel orgueil de ne pas vouloir être dans l'obéissance et l'amour respectueux de l'église !

Yves 14/01/2008 09:09



C’est précisément parce que je veux être dans l’obéissance et l’amour respectueux de notre Mère l’Eglise que j’ai écris cet article. Loin
de moi de condamner qui que ce soit ! Je ne fais que mon devoir en rappelant les instructions romaines au niveau liturgique. Le Christ aussi n’a pas eu peur de chasser les marchands
du temple par une ‘’Sainte Colère’’ !


 


Vous avez raison, la charité doit être au dessus de tout ! Mais une « charité » sans « Vérité » ne mène à rien. La vraie
charité, c’est de dire la Vérité. J’ai un grand amour de l’Eglise, ne vous inquiétez pas pour moi sur ce sujet là ! Mais aimer sa Mère l’Eglise, c’est affirmer haut et fort ce qu’elle
nous enseigne en matière doctrinale et liturgique depuis plus de 2000 ans. Il faut savoir dire la Vérité… que cela vous plaise ou pas. Et je le fais pour l'unité de l'Eglise ! Lorsqu'un enfant
aime sa mère, il l'écoute mais surtout applique ce qu'elle dit ! 

S’il y a une chose théologiquement, doctrinalement et liturgiquement fausse, prouvez-le moi. Je ne fais qu’appliquer Vatican II et ne soutient pas implicitement par mon silence
l'inacceptable.


 


Nous prions pour vous


In Christo +



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg