Saint Benoît de Nursie est le fondateur de l'Ordre Bénédictin et du monachisme occidental.

Il est considéré par les catholiques et les orthodoxes comme le patriarche des moines d'Occident.



 

 

Benoît naquit dans une petite ville des montagnes de l'Ombrie, d'une des plus illustres familles de ce pays. La Tradition fait de Sainte Scolastique sa sœur jumelle. Le Pape Saint Grégoire assure dans ses ‘’Dialogues’’ que le nom de Benoît lui fut providentiellement donné comme gage des bénédictions célestes dont il devait être comblé. Craignant la contagion du monde, il résolut, à l'âge de quatorze ans, de s'enfuir dans un désert pour s'abandonner entièrement au service de Dieu. Il parvint au désert de Subiaco, à quarante milles de Rome, sans savoir comment il y subsisterait; mais Dieu y pourvut par le moyen d'un pieux moine nommé Romain, qui se chargea de lui faire parvenir sa frugale provision de chaque jour. Le jeune solitaire excita bientôt par sa vertu la rage de Satan. Celui-ci apparut sous la forme d'un merle et l'obséda d'une si terrible tentation de la chair, que Benoît fut un instant porté à abandonner sa retraite; mais, la grâce prenant le dessus, il chassa le démon d'un signe de la Croix et alla se rouler nu sur un buisson d'épines, tout près de sa grotte sauvage. Le sang qu'il versa affaiblit son corps et guérit son âme pour toujours. Le buisson s'est changé en un rosier qu'on voit encore aujourd'hui : de ce buisson, de ce rosier est sorti l'arbre immense de l'Ordre bénédictin, qui a couvert le monde. Les combats de Benoît n'étaient point finis. Des moines du voisinage l'avaient choisi pour maître malgré lui; bientôt ils cherchèrent à se débarrasser de lui par le poison; le saint bénit la coupe, qui se brisa, à la grande confusion des coupables. Cependant il était dans l'ordre de la Providence que Benoît devînt le Père d'un grand peuple de moines, et il ne put se soustraire à cette mission; de nombreux monastères se fondèrent sous sa direction, se multiplièrent bientôt par toute l'Europe et devinrent une pépinière inépuisable d'évêques, de papes et de saints. Parmi ses innombrables miracles, citons les deux suivants : Un de ses moines avait, en travaillant, laissé tomber le fer de sa hache dans la rivière; Benoît prit le manche de bois, le jeta sur l'eau, et le fer, remontant à la surface, revint prendre sa place. Une autre fois, cédant aux importunes prières d'un père qui le sollicitait de ressusciter son fils, Benoît se couche sur l'enfant et dit : « Seigneur, ne regardez pas mes péchés, mais la foi de cet homme ». Aussitôt l'enfant s'agite et va se jeter dans les bras paternels.

 

La médaille de Saint Benoît est très efficace contre toutes sortes de maux. On l'emploie avec un grand succès pour la guérison et la conservation des animaux. Par ailleurs, Saint benoît est invoqué contre les piqûres d'orties, le poison, l'érésipèle, la fièvre et les tentations. Il est le co-patron de l’Europe, la patron des ouvriers agricoles, des ingénieurs civils, des chaudronniers (cuivre), des mourants, des fermiers, de la ville de Heerdt près de Düsseldorf, de l'Allemagne, des maladies inflammatoires, des architectes italiens, des maladies des reins, des moines, de la ville de Nursie dont il est originaire, de l'Italie, des gens des ordres religieux, des domestiques qui ont cassé les affaires de leur maître et des spéléologues. Les reliques de Saint Benoît sont conservées dans la crypte de l'Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (anciennement Abbaye de Fleury).

 

 

Liens : *** Fête de Saint Benoît de Nursie (Liturgie) + Sermon de Saint Bernard de Clairvaux pour la fête de Saint Benoît + Litanies de Saint Benoît + Neuvaine à Saint Benoît (du 3 au 11 juillet) + Sainte Règle de Saint Benoît + Bref Apostolique de Sa Sainteté le Pape Paul VI "Pacis Nuntius" à valeur perpétuelle proclamant Saint Benoît patron principal de l’Europe + Allocution de Paul VI au Mont Cassin + Sancte Pater Benedecite + Quidquid antíqui cecinére vates (à Matines, du XVème siècle) - (BM 1963) + Inter ætérnas Súperum corónas (à Laudes, de Saint Pierre le Vénérable, abbé de Cluny mort en 1156) - (BM 1963) + Láudibus cives résonent canóris (à Vêpres, du XVème siècle) - (BM 1963)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg