Originaire du Val d'Aoste, il veut se faire moine alors qu'il a 15 ans. Mais son adolescence le fait changer d'avis : la vie mondaine lui semble plus amusante et attirante, plaisant à tous et à toutes. A la mort de sa mère, il quitte son père dont le caractère était invivable et gagne la France « à la recherche du plaisir ». Ce qui ne l'empêche pas de poursuivre en même temps ses études... 

 

 

 

« Je ne cherche pas à comprendre afin de croire,
mais je crois afin de comprendre »

 

 

 

…et c'est ainsi qu'à 27 ans, sa vocation de jeunesse se réveillera à l'abbaye Notre-Dame du Bec en Normandie où il était venu simplement pour étudier, attiré par la renommée de cette école dirigée par Lanfranc. A peine moine profès, le voilà choisi comme prieur, n'en déplaise aux jaloux. Mais sa douceur gagnera vite les cœurs. Il est élu abbé et mènera de front cette charge et une intense réflexion théologique : selon lui, puisque Dieu est le créateur de la raison, celle-ci, loin de contredire les vérités de la foi, doit pouvoir en rendre compte. A cette époque, des relations étroites existaient entre l'abbaye du Bec et les monastères anglais proches de Cantorbéry. En 1093, lors d'une visite de ces monastères, Saint Anselme se retrouve élu évêque de Cantorbéry. Son attachement à l'indépendance de l'Eglise contre les prétentions des rois d'Angleterre (dont Guillaume le Roux) lui vaudra plusieurs exils. En 1098, il participa au concile de Bari et, à la demande du pape, s'employa à dissiper les doutes théologiques soulevés par les évêques italo-grecs. A la mort de Guillaume le Roux, et sur l'invitation du nouveau roi, Henri 1er, il regagna son siège de Cantorbéry. Mais la querelle des investitures allait de nouveau l'opposer au souverain anglais.

 

Saint Anselme de Canterbury est tenu pour le théologien le plus important du XIe siècle entre Saint Augustin et Saint Thomas d'Aquin, et pour le père de la philosophie scolastique. Selon sa théologie, la connaissance, bien que nécessaire pour croire, n’est ni l’origine ni l’achèvement de la foi, car, à son tour, elle doit se transformer en amour et en contemplation de Dieu (Monologion). Mais c’est dans le Proslogion qu’Anselme pense atteindre ce but par l’argument de la preuve ontologique. Cette "preuve" est au point de départ de la controverse sur l’existence de Dieu qui traversa la philosophie jusqu’à Hegel et la théologie jusqu’à K. Barth. Saint Anselme est convaincu que la foi elle-même pousse à une compréhension rationnelle plus intelligente (fides quaerens intellectum). En effet, la foi est un don et aucun argument rationnel ne peut renverser et détruire la Foi. La raison vraie conduit nécessairement aux vérités de la foi.

 

Il est mort le 21 avril 1109 et est proclamé Docteur de l'Église en 1720 par Clément XI.

 

 

 

 

Liens : Extrait du Proslogion + Proslogion sur Jésus-Marie

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg