Il y a peu de temps, Satan s'est demandé comment utiliser les chrétiens - spécialement les fidèles catholiques - pour mener le monde à sa perte. « Il y a encore des gens qui vont à l'église le dimanche », se dit-il. « Comment faire pour les empêcher de faire l'expérience de cette relation avec Jésus ? ». Soudain, Satan eut une idée : « Ce qu'il faut faire, c'est d'abord enlaidir les messe dominicales pour que les catholiques n'aient plus envie d'y aller. Ensuite, il faut voler le temps aux gens, afin qu'ils n'aient plus l'occasion d'avoir la moindre relation avec Jésus, plus la moindre pensée pour lui ».

 

 

 

Sur le champ, Satan convoqua ses anges et leur fit un discours. « Mes chers amis, leur dit-il, vous avez comme moi le noble et louable souci de mener l'humanité à sa perte. J'ai beaucoup réfléchi à la façon dont nous allons devoir nous y prendre pour réaliser un tel programme. Et voici le fruit de mes cogitations : nous ne pouvons pas directement modifier le style de vie des chrétiens car ils y tiennent de trop. Mais ce que nous pouvons faire, c'est leur faire perdre l'envie d'aller à la messe le dimanche, et ensuite voler leur temps. Pour ce qui est d'enlaidir les célébration dominicale, je dois avouer avec joie que c'est en grande partie déjà fait (+) (+) A présent, voilà quelle sera votre mission : vous allez insidieusement voler le temps des gens qui sont sur terre, afin que soit définitivement brisée leur relation avec Jésus, leur relation avec Dieu ». Les anges, pleins d'admiration pour le Prince des Ténèbres qui avait si profondément réfléchi, demandèrent comment ils allaient devoir faire. Alors Satan, très sûr de lui, leur dit : « Voilà : pour voler le temps des chrétiens, il faut les distraire, sans cesse les distraire, et pour les distraire, il faut trouver le moyen d'occuper leur esprit à des choses sans importance, à des choses qui débouchent sur rien. Commencer à leur faire croire que plus ils posséderont, plus ils seront heureux. A partir de là, persuadez-les qu'il faut travailler toujours plus, toujours plus, même le dimanche et les jours de fêtes, afin de pouvoir s'offrir ce qu'ils désirent dans les plus brefs délais. Ensuite, poussez-les à dépenser, à dépenser, à dépenser... et ensuite à emprunter, à emprunter, à emprunter... Et quand ils auront ainsi travaillé, dépensé et emprunté, persuadez-les qu'ils ont mérité du repos... mais un repos loin de leurs enfants, loin de leur famille. Ainsi dépenseront-ils davantage encore en inscrivant leurs enfants dans des clubs de vacances ou des associations sportives. Occupez de plus en plus leur esprit avec des CD, des baladeurs, des téléphones portables, des ordinateurs... tout ce qui peut les aider à imaginer que le monde virtuel peut avantageusement remplacer le monde réel et que communiquer par SMS avec quelqu'un qui est loin et qu'on ne voit pas est nettement mieux que de parler à un ami qui est à côté de soi et auquel on fait attention. Veillez à ce que dans les magasins, les grandes surfaces, les halls de gares, les salles d'attente du médecin ou du dentiste, dans les automobiles, dans les chambres à coucher ou les salle-à-manger il y ait toujours une musique de fond ou des informations diffusées 24h/24. Veillez à ce que la TV présente des jeux où l'on orchestre les réactions du public : taper dans les mains à la première note de musique ou faire des standing ovations dès qu'un prétendu "artiste" entre en scène. Veillez à ce que partout il y ait des panneaux publicitaires vantant les produits devant être considérés comme indispensables. Inondez toutes les tables basses, tous les coins de rues, toutes les boîtes à lettres, tous les arrêts d'autobus de publicités, de catalogues gratuits, de lettres promotionnelles offrant des produits gratuits ou des faux espoirs d'être tiré au sort pour gagner un lot à venir chercher dans tel magasin... Sur toutes les affiches publicitaires et toutes les pages de magasines, mettez des photos de mannequins magnifiques pour que les hommes et les femmes croient que leur beauté extérieure est plus importante que leur beauté intérieure. Ils dépenseront encore plus en crèmes, en lotions et en séances de "relifting", ce qui provoquera des envies et des jalousies capables de briser rapidement de vieilles amitiés... Poussez les gens à être excessifs dans tout ce qu'ils font - surtout dans le sport pratiqués dans des tenues "flashies" - et à se lancer dans le militantisme au services de causes toujours nouvelles et tellement nombreuses qu'ils ne puissent rien mener à son aboutissement. Comme cela, au lieu d'aller se ressourcer dans la nature, ils passeront leurs week-ends à se fatiguer et à se mobiliser, à faire des grèves et des manifestations, et seront épuisés les jours suivants. Comme ils seront fatigués, ils iront chez un médecin qui leur prescrira des médicaments qui les abrutiront davantage encore. Les plus vulnérables iront chercher des paradis artificiels dans la drogue et dans l'alcool... Gardez-les occupés, occupés, occupés, et même s'ils se rencontrent à l'occasion de retraites spirituelles, entraînez-les aux commérages, aux bavardages, à la médisance, afin qu'ils sortent de ces rencontres avec l'esprit troublé et des émotions déséquilibrées. Encouragez-les à vivre dans ce monde clos et artificiel qu'ils se fabriquent eux-mêmes : ils y feront le sacrifice de leur santé spirituelle et morale, et ils finiront par être dégoûtés de leur propre existence. Alors, il comprendront que la vie n'a pas de sens, et ils marcheront vers un grand anéantissement collectif. Je suis sûr que ça va marcher, ça va marcher, ça va marcher ! ».

 

 

En disant ces derniers mots, Satan bondissait de joie. Alors ses anges se mirent à l'applaudir en criant : « Ça c'est vraiment un beau programme ! Un programme vraiment diabolique ! ». Profitant de cet enthousiasme collectif, Satan envoya ses anges sur terre avec pour mission d'entraîner les catholiques à être partout de plus en plus occupés par des choses secondaires, de plus en plus pressés, de plus en plus cupides. Et il vit avec joie que son programme était sur le point d'être réalisé en de nombreux endroits... Aujourd'hui, près de 96,5% des "catholiques" français préférent le diable à Jésus...

commentaires

Lejarre Chantal 02/03/2010 10:01


C'est tellement vrai ce que vous dites!
Pour ma part , élevée dans le catholicisme des années 70 , je n'ai plus pratiqué comme beaucoup de mon âge !
C'est en retrouvant un missel ayant apartenu à ma grand mère ( un Dom gaspard Lefebvre) que je redécouvre les merveilles de cette liturgie et que émerveillée je retrouve la Foi. On comprend tout !
Je me suis mise à apprendre le latin liturgique (moi qui n'avais jamais fait de latin ) et c'est beau , tellement beau en latin !
Je lis les explications de Dom Gueranger et de Dom Pius Parsch et tout redevient clair et je me dis que c'est bien dommage d'avoir renoncé à cette liturgie et que Satan, comme vous le dites si bien
,a  réussi en peu de temps son projet . Prions pour que cette société à la dérive retrouve le vrai sens de la vie !
Merci pour votre blog qui m'aide beaucoup dans mon cheminement.


Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg