Le fidèle qui se plaint à son évêque des abus qui se sont introduits dans les messes paroissiales s'entend généralement répondre que s'il peut y avoir "ici et là" quelques erreurs à corriger, dans l'ensemble, les célébrations liturgiques qui se font dans les diocèses sont conformes aux prescriptions liturgiques…

 

 

 

Les fidèles qui connaissent un tant soit peu la liturgie de l'Eglise ne sont cependant pas naïfs au point de penser que les évêques qui tiennent de tels propos croient à ce qu'ils disent ou écrivent. Ou alors, c'est qu'ils ne sont pas tenus informés de la situation réelle. Il faut souvent faire des kilomètres et chercher très longtemps, en effet, pour trouver un sanctuaire où la liturgie de l'Eglise est respectée (ou du moins, moins massacrée que partout ailleurs). En de très nombreux endroits, les célébrants ne mettent plus de chasuble, les prières pénitentielles (+) du début de la messe sont omises, tout comme le rite "normatif" du lavement des mains à l'offertoire et les prières qui suivent le "Notre Père". Presque partout le "Gloire à Dieu" est systématiquement remplacé par un "Gloire à Dieu" qui n'en est pas un... idem pour le "Je crois en Dieu" et "l'Agneau de Dieu". Au "Notre Père", il faut se donner la main pour faire une chaîne. Systématiquement, des fidèles laïcs sont appelés pour distribuer la communion... ce que n'exigent pas nos assemblées dominicales de plus en plus réduites. Quant aux chants, ils versent presque partout dans la "médiocrité et la banalité", comme vient de le reconnaître Mgr Bruguès (qui semble pouvoir parler plus librement depuis qu'il a été nommé à Rome). Certes, dans la mesure l'on ne prête plus guère attention à toutes ces excentricités devenues monnaie courante dans nos paroisses, alors on peut dire que les célébrants sont attachés aux règles liturgiques. Mais, répondront certains, cette façon actuelle d'adapter les messes pour les rendre plus "vivantes" plaisent aux fidèles. Une telle affirmation a un double défaut : premièrement, elle est fausse, et deuxièmement elle escamote le vrai problème. L'affirmation est fausse car si les messes actuelles, truffées d'improvisations et d'adaptations, plaisaient aux fidèles, les églises devraient être fréquentées. C'est loin d'être le cas. L'affirmation escamote le vrai problème car la question n'est pas de savoir si une célébration qui prend ses distances avec les règles liturgiques plaît ou ne plaît pas, mais de savoir si elle est conforme ou non à la célébration de la foi telle que l'Eglise la conçoit, en d'autres termes, si une telle célébration est incontestablement catholique. Or, dans 90% des cas, la réponse est clairement "non".

 

Dans cette situation actuelle de crise, demander aux prêtres de respecter la liturgie simplement parce que des abus ont été signalés "ici ou là" est nettement insuffisant. Ce qu'il faut, c'est garantir enfin aux prêtres une solide formation leur donnant les raisons profondes de respecter de façon régulière la liturgie de l'Eglise. Tant que cette formation - pourtant voulue par Vatican II - ne sera pas assurée (et elle n'a jamais été assurée en France), beaucoup de célébrants n'auront pas même conscience que ce qu'ils font à l'autel, certains en toute bonne foi, d'autres sous la pression des équipes liturgiques, trahit plus ou moins gravement la célébration de la foi reçue des Apôtres. Tant que cette formation liturgique n'aura pas été assurée par des personnes compétentes et réputées pour attachement aux enseignements magistériels, beaucoup resteront incapables de comprendre que la liturgie est l'exercice de notre sensus fidei et que le missel romain a une valeur que ne pourront en aucun cas avoir les revues d' "animation liturgiques" à la mode qu'on trouve dans tous les presbytères et dont se servent la majorité des groupes d'animation liturgique.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg