Marie conçoit son fils dès son acquiescement à l'ange (prius in mente quam in ventre, dit Saint Augustin), et devient la Mère de Dieu, du Dieu fait homme. Le dogme de la Theotokos authentifie le dogme de l'Incarnation : le Christ assume la nature humaine sans l'abolir ni perdre son unité de personne. Si l'élément biologique est essentiel (« Heureux le sein qui t'as porté ! », Luc 11, 27) en vertu du réalisme chrétien, il est réalité théologique, réalisation et dépassement de l'Alliance. Marie est initiée par son Fils à une maternité spirituelle, qui est disponibilité totale, foi parfaite. Elle connut les renvois, et ceux de son Fils, ses moqueries, la purification de la foi dans l'obscurité. Comme pour Abraham, sa maternité universelle, ecclésiale, naît après le sacrifice du Fils de la promesse et le miracle qui a suivi. Elle est Mère des croyants, Mère des vivants, qui nous redonne la vie qui nous avait été enlevée suite à la faute d'Ève. Marie, Mère de l'Église qui ayant initié son fils aux mystères d'Israël, nous enfante maintenant à la foi dans la piscine du baptême, nous initie à la liturgie, dans laquelle l'Église qui nous enseigne est « la Sainte Vierge elle-même en grande patience et majesté » (Claudel, L'Épée et le Miroir).

 

C'est la même Nuée, le même Esprit à l'œuvre à la naissance de Jésus et à la naissance de l'Église. « C'est le même Verbe que l'une conçoit dans l'Esprit-Saint et que l'autre croit dans le même Esprit-Saint » (Lanfranc, De celanda confessione). « Le corps de l'Église, tout comme sa tête, naît du Saint-Esprit et d'une Église vierge, et de toutes les nations comme de membres divers il se forme en un seul homme nouveau » (Guitmond d'Aversa, De corporis et sanguinis Dominici veritate). Une maternité prolonge l'autre : « chaque fois qu'un homme devient chrétien c'est de nouveau le Christ qui naît » (Cardinal de Lubac, Méditation sur l'Église, Cerf, 2003, p. 285). Saint Paul avait conscience de participer à cette fonction maternelle de l'Église, au service de l'adoption filiale : « Mes petits enfants, vous que j'enfante à nouveau dans la douleur jusqu'à ce que le Christ soit formé en vous » (Ga 4, 19).

 

Le Sénevé (Pentecôte 2005) - Journal des aumôneries de

l'École normale supérieure et de l'École des Chartes

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg