Mon cher ami : Tu as encore largement les capacités de progresser. Et c’est dans ce progrès que tu trouveras ton bonheur : la joie d’avancer et de faire effort pour cela. Celui qui ne cherche pas à être meilleur qu’il est, est en train de redescendre. Car notre paresse n’est pas le moindre de nos défauts. Et notre facilité à rester là où nous en sommes est déconcertante. Aussi nous devons nous pousser en avant, aller de l’avant. Car la stagnation est périlleuse pour notre caractère et aussi pour notre âme. Car je suis prêtre et c’est d’abord ton âme qui m’intéresse. Tu es à l’âge pivot : l’âge des choix qui font basculer vers la grandeur ou vers la lâcheté. Et ce choix n’est pas si évident. Car il y a lutte et conflit d’intérêt…

  

 

 

cordéePREMIERE PARTIE : D’un coté, le choix d’une vie tranquille, aisée, facile, ou l’on se détermine un peu comme un "tradi-mili-fachal". On fait le pèle de Chartres, mais souvent, on ne met pas son âme au bout de son idéal. Alors cet idéal est un peu une coquille vide, ou la tentation n’est pas loin de faire "un peu" le mal, et de ne pas tant se soucier de son état de grâce. Bien sur, on a lutté un peu au début, même un peu longtemps… Et puis les difficultés restant les mêmes, et les tentations revenant, on fait moins attention et puis on se trouve pas si mal que ça dans cette situation. Elle nous a fait honte au début, mais tout le monde le fait, même les autres "tradis", alors… Mais ce choix là n’est pas vraiment un choix, c’est l’acceptation silencieuse de nos instincts qui ont repris le dessus, sous couvert de « sagesse selon le monde » (j’allais dire selon « la mode »). Il est bien triste de voir des jeunes qui auraient du être lumière du monde et sel de la terre (comme le dit Notre Seigneur) et qui se vautrent dans la même médiocrité que la masse des gens qui n’ont jamais eu la chance de connaître le Bon Dieu. La différence est que nous ne serons pas jugés de la même manière avec ceux qui n’ont rien reçu. Car nous avons reçu et nous avons fini pas céder à la facilité. Je sais que tu en connais de ceux là. Moi aussi, il y en a plein les HP des troupes biens, il y en a plein les chapelles tradies… Ils renoncent à leur idéal, et vivent comme demi-morts. Des hypocrites seulement capables de faire semblant mais incapables de vivre vraiment selon une règle sublime. Cela fait longtemps qu’ils ne cherchent plus la grande vie que Dieu propose : ils ne cherchent plus non plus la vie claire et pure de ceux qui sont en état de grâce et qui refusent le péché facile. Et ils montrent le mauvais exemple aux plus jeunes : ceux d’après qui croient devenir des gens bien, en faisant comme ces médiocres-là… C’est sur ceux là que le Christ pleure… il ne faut pas en douter…

        
 

 

DEUXIEME PARTIE : Et puis il a un autre coté : le coté de ceux qui savent que le Seigneur les attend, leur propose un plan magnifique pour leur vie d’homme. Ils savent qu’ils sont faibles, ils savent qu’ils sont pécheurs et que leurs tentations sont les mêmes que celles des autres… Mais eux n’ont pas abandonné le combat. Ils désirent cette amitié avec le Christ. Et quand ils entendent le Seigneur leur dire qu’ils sont faits pour être des saints, ils y croient de tout leur cœur et de toute leur âme. Ils recherchent des amitiés entre garçons et filles qui ne tombent pas dans une vaste misère impure. Ils cherchent des amitiés qui les élèvent et les rendent meilleurs (et non pas pires…). Ils refusent le péché public qui souille tous les rapports humains entre catholiques. Ils sont scouts parce qu’ils savent que la loi scoute les aidera a rester debout dans les jours de tentation. Parce qu’ils savent que l’esprit de fraternité scoute leur offrira des amis qui ont le même idéal et qu’ils pourront compter sur eux dans les jours difficiles. Ils font le pèle de Lourdes non pas pour se montrer et faire des mondanités, mais pour aider les vieilles personnes à se rapprocher de Dieu et de Marie dans leurs derniers instants. Ils font Chartres pour se sanctifier et sentir de près cet enthousiasme chrétien qui fait bouger les montagnes. Ils prient non pas pour faire comme tout le monde mais pour parler au Seigneur et lui confier leur vie, leur journée, leurs combats, leurs espérances, leur vocation peut être. Ils travaillent à rendre la terre meilleure : à tourner le monde vers le Bon Dieu, selon leurs moyens et leurs capacités. Collégiens, lycéens, étudiants ? Ou qu’ils sont, ils accomplissent leur devoir d’état, et rayonnent de la beauté de Dieu. Ils existent ces gars là ! Ils ne sont pas les plus nombreux mais ils sont la fierté de l’Eglise et de nos paroisses. Tu en connais et tu en connaîtras. Tu les verras passer. La cruelle question sera : suis-je comme eux ? Ou pas… Ils savent qu’ils ne sont pas les plus nombreux, mais qu’ils sont vraiment dans la main de Dieu et qu’ils sont vraiment lumière du monde et sel de la terre. Car « si le sel devient fade, il n’est plus bon à rien : et on le jette dehors et on le foule aux pieds ». Ils se confessent pour vivre en état de grâce, et savent que si le combat est difficile, l’espérance de la récompense finale les fait tenir dans la joie. La joie ! Car finalement, n’est-ce pas cette joie chrétienne qu’il nous faut cultiver ? Qu’il nous faut rechercher… Non pas la joie du moment (qui n’est pas la joie, mais un « bonheur fugace ») qui ne remplit pas l’âme : sorte de faux-dieux dont l’âme ne peut se satisfaire… Les fausses joies nous dégoûtent bien vite car elles laissent de l’amertume dans notre cœur : alors soit on s’en détourne, soit on y retourne, en croyant que cette foi ce sera la joie parfaite… Mais la joie n’est pas là. La vraie joie est de mettre les pieds dans les pas que Dieu nous trace pour assurer notre éternité. La joie du travail accompli, de la bonne action faite envers notre prochain. La joie d’une conscience sereine et d’une âme pure de toute blessure cachée. La joie d’une âme qui peut tomber mais que le Bon Pasteur relève par l’absolution. Ne croyons pas que ce choix à faire est facile… il est difficile. Tu connais le chemin qui fera du bien à ton âme et qui fera de toi un garçon bien, un homme chrétien, un bon père de famille (ou un bon prêtre), un ami solide sur qui l’on peut avoir confiance. Faire partie de cette élite, ou pas… ou bien rester dans ce lot des mauvais qui feront de toi un des leurs si tu acceptes toutes leurs compromissions. Faire partie de la masse. Avec tout ce que cela comporte de tranquillité, de confort : ne pas sortir du lot, ne pas être jugé, ne pas être moqué… Et même, bientôt, te moquer de ceux, vrais chrétiens, que tu n’auras pas su imiter…



 

scouteurope.jpgTROISIEME PARTIE : La balle est dans ton camp. Mais ne te crois pas trop jeune pour faire ce choix. Ne crois pas que tu peux attendre « plus tard » pour te mettre à l’œuvre de ta vie. Car celui qui remet à plus tard le choix de sa vie d’homme catholique, il risque bien de choisir trop tard, une fois que le caractère est pris, une fois qu’on est dans les petites habitudes, et alors cela devient vraiment dur. Ne te crois pas trop jeune pour vouloir pendre des décisions d’homme. Tu n’es pas encore mature pour beaucoup de choses : le temps viendra. Mais ces décisions là, il n’est pas trop tôt pour les décider. Et de même que tu as prononcé ta promesse scoute devant tes chefs, tes frères scouts et l’aumônier, ces décisions là sont à prendre en compte : dans le secret de ton âme, mais devant Dieu qui est là et qui t’attend. Et qui espère que tu seras du lot de ces amis, du lot de ceux qui se mettent dans son camp à Lui. Il espère que tu seras dans le beau camp des saints ! Ta nouvelle vie ne sera certes pas facile. Beaucoup de changements vont avoir lieu. A toi la liberté, mais aussi, tu le sais bien, le risque de la solitude… Car tu es à un âge ou l’on a peur d’être seul et de s’ennuyer. Peur de prendre ses responsabilités avec ce que cela peut entraîner de conséquences… Ce n’est pas si aisé d’être un homme. Et de ne plus se déterminer en fonction de ses parents, mais en fonction de notre conscience. C’est donc l’année de toutes les libertés. Tu vas vite te retrouver seul à choisir : tes nouveaux amis, tes relations, à prendre de nouvelles habitudes… Ton boulot. Ton âme. Tout ce qui va faire de toi un homme bien ou un homme comme des millions d’autres. Car ce n’est pas la tenue qui fait l’homme. Il y a dans la vie ceux qui portent un uniforme et qui sont fiers de cet uniforme, et qui se comportent selon la dignité qu’inspire cet uniforme. Et puis il y a les autres : ils portent le même uniforme, mais ne vivent pas en accord avec ce qu’ils portent. Ceux-ci sont déguisés. Et, très vite, ils trompent des personnes… Comment tenir cette belle ligne de vie ? Car ce choix n’est pas à faire une seule fois, mais c’est tous les jours que nous devons entreprendre cette grande action de toute notre personne. Comment tenir cet engagement qui nécessite du caractère et de la persévérance ? 1. La prière d’abord et avant tout ! Comme le Christ lui-même qui, dans la nuit, « s’éloignait pour prier son Père ». C’est un besoin de revenir souvent à la grande réalité du Ciel, à la grande réalité de notre vocation éternelle, et de regarder souvent notre vie en face de ce que le Bon Dieu en attend… La prière ne fait pas venir Dieu ! Elle nous rappelle que Dieu est là et qu’il nous aime. La prière est comme la respiration de notre âme. Notre âme a droit à l’air du Ciel ! Sinon elle étouffe. La prière doit tourner en cette méditation heureuse, en cette conversation intime avec Dieu : en prenant comme base les textes de l’Evangile : tous ces textes que nous connaissons à force de les entendre tous les dimanches, mais que nous n’écoutons que d’une oreille distraite, et qui, finalement ne nous touche plus. Pourquoi ? Parce que nous avons oublié que l’Evangile est la parole que Dieu NOUS adresse aujourd’hui. 2. La confession ! L’un des plus beaux cadeaux de Dieu. Car cela n’était pas assez encore de nous délivrer de la damnation éternelle en nous rachetant sur la Croix ! Il fallait encore nous délivrer souvent de nos erreurs quotidiennes et de nos péchés qui, malheureusement, reviennent parfois (et quelque fois souvent). La Confession est la preuve absolue que Dieu nous aimera toujours plus que notre péché puisqu’Il est prêt, par les mains de son prêtre, à nous donner encore et toujours Sa Miséricorde. 3. Le scoutisme ! Un vrai scoutisme : pas celui qui met les autres à notre service, mais qui voit les autres comme Jésus-Christ que je dois servir et que je dois aider à aller au Ciel. Selon une loi scoute catholique qui m’engage sincèrement. Pas de camping ! Du vrai scoutisme qui est une école de sainteté joyeuse quand il est vraiment pratiqué… 4. La direction spirituelle ! L’aide d'un prêtre qui nous connaît et qui nous encourage, qui nous conseille dans les moments difficiles (car nous ne sommes pas des bons juges de notre propre vie). Un père en qui nous avons confiance et qui prie pour nous et qui s’angoisse de notre Ciel. 5. Les Œuvres ! Toutes ces bonnes actions à faire dans des groupes pour aider les plus pauvres et les plus malheureux !

commentaires

Librairie 7ici 28/10/2014 10:56


Merci pour ce bel article plein de bon sens et de sagesse.
Au plaisir de vous lire de nouveau.

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg