A lire certains sites internet, on voit que certains fidèles classés "traditionalistes" ont une bien pauvre connaissance du concile Vatican II contre lequel ils s'acharnent depuis de nombreuses années. En effet, comme les journalistes qui n'y connaissent pas grand-chose en liturgie, ils affirment que le Souverain Pontife en voyage en France, a réintroduit dans les célébrations eucharistiques des usages d'avant le Concile. Les "traditionalistes" s'en réjouissent tandis que les journalistes (et bien évidemment les "tincqueries" du Monde) s'en alarment…

 

 

 

En réalité, pour qui a lu les textes de la Constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium ainsi que l'Institutio generalis Missali romani, il n'y a, dans ce qu'a fait Benoît XVI au cours des messes qu'il a célébrées, rien que de très "conciliaires". N'en déplaise aux uns comme aux autres. Il faut le rappeler avec force; ce qui a été fait en France en matière de liturgie, ce qui a été imposé dans les paroisses, ce qui est devenu une habitude pour beaucoup de fidèles, ce qui a été exigé par certains prêtres - curés de paroisses ou évêques diocésains - n'a jamais été ni ce qui était demandé par Vatican II, ni ce qui était voulu par l'Eglise. On semble aujourd'hui le découvrir grâce à Benoît XVI. Mais le découvrir ne suffira pas à remettre la liturgie en ordre dans nos paroisses : il faudra aussi l'admettre et s'employer à redresser ce qu'on a laissé pousser de travers : il y a, malheureusement, une génération de fidèles et de prêtres qui ne comprendra pas, qui ne voudra pas comprendre, qui ne pourra plus comprendre. Les prêtres de cette génération que l'on pourrait qualifier de "sacrifiée" sont ceux qui, durant sept années d'études dans les grands séminaires diocésains, ont entendu dire jour après jour que désormais la liturgie devait plus ou moins s'improviser et, quoi qu'il arrive, ne devrait plus être célébrée en latin. Et les fidèles de cette génération sont ceux qui ont profité de la dévastation liturgique pour envahir les chœurs d'églises, d'où ils pourraient se donner de l'importance en "animant" des oripeaux de liturgie. Benoît XVI est en train de nous montrer que la liturgie voulue par le Concile n'est pas celle qu'on voit le dimanche dans 90% des paroisses, comme le faisait remarquer Mgr Lagoutte en mai 2000, alors qu'il était Secrétaire général de la Conférence des Evêques de France, lorsqu'il écrivait : « il y a tout de même quelques églises où l'Ordo de Paul VI est observé avec rigueur »... Oui : "quelques" églises. Il s'agit de les trouver !

 

Le Saint-Père, en nous donnant l'exemple de ce qui doit se faire en liturgie, nous a fait comprendre - a fait comprendre aux évêques - que ce n'est pas que dans "quelques églises" que l'Ordo Missae de Paul VI doit être observé avec rigueur... mais bien dans toutes églises. Au nom d'une juste application des directives conciliaires.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg