Homélie du Cardinal José Saraiva Martins, à Lisieux le 13 juillet 2008, pour le 150ème anniversaire de mariage des Vénérables Serviteurs de Dieu, Louis et Zélie Martin. "Très chers frères et sœurs : j'ai voulu commencer cette réflexion avec les mots mêmes de Thérèse, décrivant l'atmosphère familiale dans laquelle elle a grandi" :



 

 

Céline… « Lève les yeux vers la Céleste Patrie,

Et tu verras sur des sièges d'honneur

Un Père aimé… Une Mère chérie…

Auxquels tu dois ton immense bonheur ! … »

 

 

 

 

La famille, du XIXe siècle à aujourd'hui

Quand le ciel se vide de Dieu, la terre se peuple d'idoles. Déjà au XIXe siècle, celui des Martin, et au début du XXe siècle, on s'est progressivement désintéressé du domaine de l'éducation au sein de la famille, au profit du champ socio-économique. Charles Péguy, né cinq jours après Sainte Thérèse, le soulignait, presque prophétiquement : « Un enfant chrétien, écrit-il en effet, dans une de ses œuvres, n'est rien d'autre qu'un enfant auquel on a mis sous les yeux des milliers de fois l'enfance de Jésus ». Dans les rythmes et dans les mots quotidiens on trouve encore des réflexes inconscients de ce peuple chrétien "qui allaient et chantaient" et qui "rempaillaient les chaises dans le même état d'esprit qu'ils sculptaient leurs cathédrales". Pourtant on ne peut pas dire que le petit Charles entre dans la description de l'enfant chrétien chère au Péguy adulte. Autour de lui, dans le milieu familial et scolaire de son enfance, personne ne vit ainsi, le regard familièrement et affectueusement tourné vers Jésus. Mais, pour la famille Martin, c'est le cas. Ce refus de la paternité se poursuit au XXe siècle de façon plus complexe, essentiellement dans l'adhésion aux modèles des grands totalitarismes, lesquels entendaient se substituer à la famille, en confiant l'éducation à l'État totalitaire, communiste ou national-socialiste. Cette abdication, cette éclipse de la figure du père, se prolonge dans la société de consommation, où le carriérisme et l'image ont pris la place à l'éducation des enfants. L'éducation est une question de témoignage. Sans longs discours, sans sermons Monsieur Martin a introduit Thérèse au sens ultime de l'existence. Louis et Zélie ont été éducateurs parce qu'ils n'avaient pas le problème d'éduquer.

 

 

La famille aujourd'hui : L'amour malade en famille

Au début de l'année, un quotidien italien ("Il Mattino di Napoli" [Le matin de Naples] du lundi 14 janvier 2008) publiait un article de Claude Risé, sous ce titre significatif : « L'amour est tombé malade dans la famille ». Est tombé malade l'amour, en particulier est tombé malade le lieu où chaque être humain expérimente pour la première fois l'amour, être aimé et aimer les autres […]. Dans la famille actuelle, les enfants, plutôt que d'être l'objet de l'amour des parents, se trouvent en concurrence avec beaucoup d'autres choses.

 

 

Une famille exceptionnelle : le témoignage des filles Martin

Voilà le témoignage des filles Martin. « Toute ma vie le bon Dieu s'est plu à m'entourer d'amour, mes premiers souvenirs sont empreints des sourires et des caresses les plus tendres ! » (Ms A, 4 v°) : voilà le portrait le plus vivant des Vénérables Serviteurs de Dieu Louis Martin et Zélie Guérin, tracé par la plus illustre de leurs filles. Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus de la Sainte Face, dans les premières pages d'Histoire d'une âme, décrit la douceur et la joie de sa vie familiale. Thérèse, le plus jeune Docteur de l'Église, a perçu sa famille comme la terre d'un jardin, « une terre sainte » où elle a grandi avec ses sœurs, sous la houlette habile et experte de ses incomparables parents. « Le bon Dieu - écrit-elle à l'abbé Bellière quelques mois avant sa mort - m'a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre ». Cette conviction profonde des filles Martin de la sainteté de leurs parents était partagée par les membres de leur famille comme aussi par de simples personnes qui en parlaient comme d'un couple saint. Quatorze ans après la mort de Zélie, dans une lettre de 1891 (mille huit cent quatre-vingt onze), la tante Céline Guérin écrivait à Thérèse, déjà au Carmel : « Qu'ai-je donc fait pour que Dieu m'ait entourée de cœurs si aimants ! Je n'ai fait que répondre au dernier regard d'une mère que j'aimais beaucoup, beaucoup. J'ai cru le comprendre ce regard, que rien ne pourra me faire oublier. Il est gravé dans mon cœur. Depuis ce jour, j'ai cherché à remplacer celle que Dieu vous avait ravie, mais hélas ! rien ne remplace une Mère !...  Ah ! c'est que tes Parents, ma petite Thérèse, sont de ceux qu'on peut appeler des saints et qui méritent d'enfanter des saints ». Léonie, elle-même, qui créa tant de difficulté à ses parents, répétait à ses Sœurs de la Visitation de Caen : « Noblesse oblige ; j'appartiens à une famille de saints ; je dois être à la hauteur ». Les Martin ne sont pas saints pour avoir mis au monde une sainte, mais pour avoir aspiré à la sainteté en tant que couple. Ils étaient animés d'un désir réciproque, il y avait chez tous les deux la volonté de rechercher, dans l'état de vie qu'ils avaient embrassé, la volonté de Dieu et l'obéissance à son commandement : « Soyez saints car je suis saint ». Louis et Zélie Martin ont été l'humus, la terre féconde, où Thérèse est née et a vécu durant quinze ans, avant de devenir « la plus grande sainte des temps modernes ». (Saint Pie X).

 

 

terese-web.jpgLeur secret : une vie ordinaire "extraordinaire"

Louis et Zélie sont un exemple lumineux de vie conjugale vécue dans la fidélité, dans l'accueil de la vie et dans l'éducation des enfants. Un mariage chrétien vécu dans la confiance absolue en Dieu et qui peut être proposé aux familles d'aujourd'hui. Leur vie matrimoniale a été exemplaire, remplie des vertus chrétiennes et de sagesse humaine. Exemplaire ne signifie pas que nous devons calquer, photocopier leur vie en reproduisant tous leurs faits et gestes, mais que nous devons utiliser comme eux, les moyens surnaturels que l'Église offre à chaque chrétien pour réaliser sa vocation à la sainteté. La Providence a voulu que leur Béatification soit annoncée dans le cadre des célébrations du cent cinquantième anniversaire de leur mariage, treize Juillet mille huit cent cinquante huit. Pourquoi après tant de temps ? Une telle famille n'est-elle pas loin de notre époque ? En quoi sont-ils actuels, ces parents Martin ? Peuvent-ils aider nos familles à affronter les défis d'aujourd'hui ? Je suis sûr qu'un vaste débat va s'ouvrir autour de ce couple et lors de leur prochaine Béatification. Conférences, débats, tables rondes chercheront à déterminer l'actualité de leur expérience avec notre histoire si complexe. Une chose doit cependant être claire : l'Église n'a pas canonisé une époque, mais elle a examiné la sainteté. Avec les Martin, l'Église propose aux fidèles la sainteté et la perfection de la vie chrétienne, que ce couple d'époux a atteint de façon exemplaire et, pour utiliser le langage des Procès, jusqu'à un degré héroïque. L'Église ne s'intéresse pas à l'exceptionnel, mais a souligné comment, dans le quotidien de leur vie, ils ont été le sel de la terre et la lumière du monde (Matthieu 5.13-14). Le Serviteur de Dieu Jean-Paul II affirmait : Il est nécessaire que l'héroïque devienne quotidien et que le quotidien devienne héroïque. L'Église a établi que Louis et Zélie ont fait de leur vie quotidienne quelque chose d'héroïque, et de l'héroïsme quelque chose de quotidien. Cela est possible pour chaque chrétien quel que soit son état de vie. Il me plaît de citer ici un passage de la célèbre Lettre à Diognète sur le mariage chrétien et que les époux Martin ont su parfaitement incarner : « Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le territoire, ni par la langue, ni par le vêtement. (…) Ils se marient comme les autres et ils ont des enfants, mais ils n'abandonnent pas les nouveau-nés. Ils vivent dans la chair, mais pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais ils sont citoyens du ciel. Ils obéissent aux lois établies, mais leur façon de vivre dépasse les lois ». Cette lettre trace un modèle concret de vie possible, une route que tout disciple de Jésus est appelé à parcourir, même aujourd'hui : annoncer la beauté du mariage chrétien avec ses expériences authentiques, crédibles, attrayantes. Pour réaliser ceci il faut des époux et des parents mûrs dans l'amour. Louis et Zélie ont embrassé la forme de vie conjugale pour suivre le Christ. Époux, conjoints et parents en Christ où le mariage est accueilli comme un appel et une mission donnés par Dieu. Avec leur vie, ils ont annoncé à tous la bonne nouvelle de l'amour "en Christ" : l'amour humble, l'amour qui n'épargne rien pour recommencer chaque matin, l'amour capable de confiance, de sacrifice. Cette communion émerge clairement dans les lettres échangées entre les deux époux. Dans une de ces brèves lettres, qui est presque une synthèse de l'amour matrimonial, Louis signe ainsi : « Ton mari et vrai ami, qui t'aime pour la vie ». À ces mots, lui font écho ceux de Zélie : « Je te suis en esprit toute la journée ; je me dis : "Il fait telle chose en ce moment". Il me tarde bien d'être auprès de toi, mon cher Louis ; je t'aime de tout mon cœur, et je sens encore redoubler mon affection par la privation que j'éprouve de ta présence ; il me serait impossible de vivre éloignée de toi ». Quel est le secret de cette communion ? Peut-être, le fait que, avant de se regarder réciproquement dans les yeux, ils tenaient leur regard fixé sur Celui de Jésus. Ils vivaient sacramentellement la communion réciproque, à travers la Communion que tous deux cultivaient avec Dieu. C'est là le nouveau "Cantique des Cantiques", propre aux conjoints chrétiens : non seulement ils doivent le chanter, mais eux seuls peuvent le chanter. L'amour chrétien est un "Cantique des Cantiques" que le couple chante avec Dieu.

 

 

La vocation en famille

La vocation est avant tout une initiative divine. Mais une éducation chrétienne favorise la réponse généreuse à l'appel de Dieu : C'est au sein de la famille que les parents doivent être pour leurs enfants, par leurs paroles et leur exemple, les premiers annonciateurs de la foi, et qu'ils doivent favoriser la vocation de chacun, et de façon spéciale, la vocation consacrée (CCC, 1656). Ainsi, si les parents ne vivent pas les valeurs évangéliques, les jeunes hommes et les jeunes filles pourront difficilement entendre l'appel, comprendre la nécessité des sacrifices à faire ou apprécier la beauté du but à atteindre. En effet, c'est dans la famille que les jeunes font leur première expérience des valeurs évangéliques, de l'amour qui se donne à Dieu et aux autres. Il faut même qu'ils soient formés à se rendre responsable de leur liberté, pour être prêts à vivre, selon leur vocation, les réalités spirituelles les plus élevées (Jean-Paul II : Vie consacrée). Tous les enfants Martin ont été accueillis comme un grand don de Dieu pour être ensuite rendus à Dieu. La maman, le cœur déchiré de douleur, a offert ses quatre enfants morts en bas âge. Le papa a offert ses cinq filles, à leur entrée au couvent. Pour leurs enfants, ils n'ont pas seulement souffert les douleurs de l'accouchement physique, mais aussi les douleurs d'engendrer en eux la foi jusqu'à ce que le Christ soit formé en eux (Galates 4, 19). Ils ont été vrais ministres de la vie et parents saints qui ont engendré des saints ; ils ont guidé et éduqué à la sainteté. La famille Martin, comme la famille de Nazareth, a été une école, un lieu d'apprentissage et un lieu d'entraînement à la vertu. Une famille qui d'aujourd'hui va devenir un point de repère pour chaque famille chrétienne.

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg