Laïque - Vie de souffrance continuelle après un accident : 

 

 

 

« Ma vie s'éteint peu à peu dans la souffrance... l'Éternité se rapproche sans cesse…

Bientôt, je vivrai de Dieu, qui est la Vie même. Le Ciel n'a pas de prix, et je me réjouis

chaque minute de l'appel du Seigneur vers la patrie infiniment belle »

 

 

 

Anna Schäffer naît à Mindelstetten (Bavière) le 18 février 1882. Son père meurt à l’ âge de 40 ans, en 1896, laissant sa famille dans une grande pauvreté. Anne qui aspire à la vie religieuse missionnaire doit d’abord travailler pour constituer son trousseau. Dès l’âge de 14 ans elle est employée de maison, ce qui représente des dangers pour sa vie morale, mais elle peut y échapper grâce à la récitation du Rosaire. En 1901 (elle a 18 ans), elle tombe accidentellement les deux pieds dans une bassine de lessive bouillante. Elle doit renoncer à sa vocation missionnaire. Gravement brûlée jusqu’à mi-jambe, elle doit subir plus de 30 opérations et passera le reste de sa vie - 20 années - avec des pansements qu’on se contente de renouveler chaque semaine. Au début, elle ne se résigne pas sans difficulté à son sort. Pour échapper aux avanies de son frère buveur, sa mère déménage avec elle dans une petite maison du village. Là elle commence à recevoir des visites dans sa chambrette de malade. Avec une force de caractère peu commune, elle accepte ses souffrances comme une véritable vocation, et fait à Dieu le sacrifice de sa vie. Cela ne s'est pas fait sans luttes, sans tentations de découragement, de désespoir. Mais peu à peu, elle se laisse saisir par la grâce divine, emporter vers les sommets de la contemplation. Depuis 1901, elle voit son ange gardien. C'est la première des nombreuses grâces mystiques. Elle le voit d'une beauté indescriptible, qui se tient à sa droite, et elle l'appelle « mon plus fidèle ami ». Tertiaire de Saint François, elle reçoit, comme lui, les Stigmates de la Sainte Passion à partir du 4 octobre 1910, (fête du saint), mais elle obtient ensuite la grâce qu’ils deviennent invisibles. Elle est soutenue par la communion quotidienne et parfois on la transporte à l’église, jusqu’au jour où même cela devient impossible. Sa vie est une souffrance continuelle qu’elle accueille comme une grâce. Parfois la douleur est si intense qu’elle ne peut même plus parler. « Dans ces moments-là, dit-elle, je pense que mon Père du ciel doit m’aimer particulièrement ». En 1914, la grâce de mariage spirituel avec le Christ l'établiront dans l'union transformante.

 

Elle écrit ses pensées sur douze carnets et entretient de la correspondance. Elle fait aussi de la couture. Son emblème préféré est le Sacré-Cœur dont elle dessine ou coud les flammes en forme d’épis de blé, traduisant ainsi sa dévotion eucharistique. « J’ai trois clefs du paradis, dit-elle : la plus grande est de fer brut et pèse lourd : c’est ma souffrance. La seconde est l’aiguille à coudre, et la troisième est le porte-plume ». Elle s’éteint paisiblement le 5 octobre 1925 à l’âge de 43 ans. Elle a été béatifiée le 7 mars 1999 par le pape Jean-Paul II à Rome.

 

 

 

Liens : Lettre de l’Abbaye Saint Joseph de Clairval (Dom Antoine Marie, osb) sur la Bienheureuse Anna Schäffer + Homélie de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II lors de la Béatification d’Anna Schäffer + Lettre Encyclique de Jean-Paul II sur le sens chrétien de la souffrance : ‘’Salvifici Doloris’’ (11 février 1984) + Neuvaine, prière pour sa canonisation et bref résumé de sa vie (format PDF)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg