« Chez nous l'unanimité se trouve compromise, dans la mesure où a faibli l'abondance des bonnes œuvres. Alors les fidèles vendaient leurs maisons, leurs propriétés, et pour se préparer des trésors dans le ciel, ils en apportaient l'argent aux apôtres pour le soulagement des indigents. Maintenant nous ne donnons même pas le dixième de notre patrimoine, et, au lieu de vendre, comme nous l'ordonne le Seigneur, nous achetons bien plutôt, nous nous agrandissons. C'est ainsi qu'a dépéri chez nous la vigueur de la foi, c'est ainsi que s'est alanguie la ferme énergie des croyants. C'est à notre temps que songeait le Seigneur, quand il a dit : « Lorsque le Fils de l'homme viendra, croyez-vous qu'il trouvera de la foi sur la terre ? ». Nous voyons cette prophétie se réaliser. On ne croit plus qu'il faut craindre Dieu, qu'il y a une loi de justice, une loi de charité, des œuvres à accomplir. On ne songe plus à redouter l'avenir, personne ne médite plus sur le jour du Seigneur, sur la colère de Dieu, sur les supplices qui attendent les incrédules, sur les tourments éternels promis aux perfides. Tout ce que craindrait notre conscience, si elle croyait, elle ne le craint pas, parce qu'elle ne croit pas. Si elle y croyait, elle serait vigilante; et si elle était vigilante, elle se sauverait. Éveillons-nous donc, frères très chers, dans toute la mesure du possible. Secouons la torpeur de notre inertie invétérée. Veillons à observer et à pratiquer les préceptes du Seigneur. Soyons tels qu'il nous a prescrit d'être, quand il a dit : « Ayez la ceinture aux reins et vos lampes allumées ». Soyez semblables à des hommes qui attendent le moment où leur maître reviendra des noces pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son retour, trouve en train de veiller ! Oui, ceignons nos reins, de peur que, lorsque viendra  le jour du départ, il ne nous trouve embarrassés et empêtrés ! Que notre lumière brille et rayonne dans les bonnes œuvres, qu'elle nous achemine, de la nuit de ce siècle, à la lumière de l'éternelle clarté. Attendons, sans cesser d'être circonspects et sur nos gardes, l'arrivée soudaine du Seigneur, afin que, lorsqu'il frappera à la porte, notre foi s'éveille pour recevoir de lui le prix de sa vigilance. Si nous observons ces consignes, si nous retenons ces avertissements et ces préceptes, nous ne pourrons être la proie du diable qui n'abuse que des dormeurs. Serviteurs vigilants, nous régnerons avec le Christ triomphant ».

 

Saint Cyprien de Carthage - Sur l'unité de l'Église catholique - Cc 26-27 PL4, 518-520

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg