« Hier, nous fêtions la naissance dans le temps de notre Roi éternel, aujourd’hui, nous célébrons la passion triomphale du soldat. Hier, en effet, notre Roi, revêtu de la robe charnelle, sortait du sanctuaire d’un sein virginal et daignait visiter le monde. Aujourd’hui, le soldat quitte la tente de son corps et part triomphant vers le ciel. Le premier, tout en conservant la grandeur de l’éternelle divinité, prend la livrée servile de la chair et entre, prêt à la lutte, dans le champ clos de ce siècle; le second, déposant le vêtement corruptible du corps, monte jusqu’au palais du ciel pour régner à jamais. Le premier descend, couvert du voile de la chair; le second monte, paré de la pourpre de son sang. Étienne monte, tandis que les Juifs le lapident, parce que le Christ descend, tandis que les anges se réjouissent. « Gloire à Dieu dans les hauteurs des cieux » (Luc 2, 13) chantaient hier les saints anges, exultant; aujourd’hui, dans la joie, ils accueillent Étienne en leur société. Hier, le Seigneur sortait du sein de la Vierge; aujourd’hui, le soldat a quitté la prison de son corps. Hier, le Christ, pour nous, était enveloppé de langes; aujourd’hui Étienne est, par lui, revêtu de la robe d’immortalité. Hier, l’étroitesse d’une mangeoire portait le Christ enfant; aujourd’hui, l’immensité du ciel accueille Étienne triomphant. Seul, le Seigneur est descendu, pour en élever beaucoup. Notre Roi s’est humilié pour exalter ses soldats. Il faut pourtant que nous sachions, mes frères, de quelles armes Étienne était équipé pour vaincre la cruauté des Juifs et obtenir un triomphe si heureux. La couronne que son nom signifie, Étienne avait, pour l’obtenir, les armes de la charité. Grâce à elle, partout il était vainqueur. Par amour de Dieu, il n’a pas cédé à la brutalité des bourreaux, par amour du prochain, il a intercédé pour ceux qui le lapidaient. Par charité, afin de les corriger, il reprend ceux qui errent; par charité, afin d’écarter d’eux le châtiment, il prie pour ceux qui le lapident. Revêtu de la force de la charité, il a vaincu Saul et sa fureur cruelle; celui qu’il avait eu comme persécuteur sur la terre, il a obtenu de l’avoir pour compagnon dans le ciel ».

 

Sermon de Saint Fulgence, évêque de Ruspe (Tunisie actuelle), mort en 532

(3° Sermon sur saint Étienne 1-3: CCL 91A, 905-906)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg