Ceux qui écoutent attentivement Benoît XVI auront remarqué qu'un point intéressant fait régulièrement surface dans ses discours. Le Saint-Père parle de la charité, mais il fait toujours précéder cette vertu d'une autre : la Vérité. Sans la Vérité il ne saurait y avoir de charité au sens évangélique du terme.

 

 

Dans les années 68, il était de bon ton de parler uniquement de charité dans l'Eglise, mais l'on entendait presque jamais parler de Vérité. On croyait et l'on enseignait que l'on pouvait pratiquer la charité sans se soucier de la Vérité. Un philosophe et théologien avait pourtant enseigné que l'authentique charité ne saurait se passer de la Vérité. Il s'agissait de l'Italien Romano Amerio. Il avait alors publié une étude volumineuse ayant pour titre "Iota Unum". Mais Romano Amerio était mal vu dans les années 70, et sa lecture était interdite dans les séminaires. La Vérité, disait-on alors, est relative ("à chacun sa vérité") et celle dont l'Eglise se veut la dépositaire ne saurait être imposée - ou même proposée - aux personnes qui pensent autrement. C'est une grave erreur que de ne pas mettre la Vérité avant la charité, ou plutôt de déconnecter la charité de la Vérité. Une erreur que tous les dictateurs ont faîtes : à les entendre, ils ont toujours agi pour le bien du peuple... autrement dit, par pure charité. Il leur manquait cependant le sens de la Vérité qui dirige la charité pour l'empêcher de s'orienter vers la barbarie. « Si la Vérité sans la charité est un fruit amer, la charité sans la Vérité est un fruit pourri », a déclaré Mgr Centène, Evêque de Vannes. La charité sans la Vérité risque de n'être qu'un amour de sensibilité, avec toutes les ambiguïtés que cela suppose. La charité éclairée par la Vérité ne se contente pas de ne procurer aux autres que des biens matériels : elle pratique aussi l'aumône spirituelle par laquelle le prochain est soustrait de la pire misère, celle du péché. Elle se penche sur le prochain, c'est-à-dire sur celui qui est juste à côté de soi et dont la présence n'est pas forcément désirée, et non sur l'homme lointain, anonyme, dont le visage demeure inconnu. "Caritas in Veritate", tel devrait être le titre de la prochaine Encyclique que nous donnera Benoît XVI. Elle nous fera probablement comprendre que la charité chrétienne va plus loin et est plus exigeante que la solidarité ou l'humanitarisme. La charité chrétienne présuppose l'Amour de Dieu : elle est une vertu théologale et, à ce titre, elle s'exerce avec une même puissance sur tous les hommes, de leur conception à leur mort naturelle, et quelle que soit leur condition de vie.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg