1. L'Eglise voit dans l'homme, dans chaque homme, l'image vivante de Dieu lui-même ; image qui trouve -et elle est appelée à le découvrir chaque fois plus profondément- sa pleine raison d'être dans le mystère du Christ. Le Christ nous révèle Dieu dans sa Vérité ; mais, en même temps, il manifeste aussi l'homme aux hommes. Cet homme a reçu de Dieu une incomparable et inaliénable dignité, il a été créé à son image et ressemblance et fut destiné à être enfant adoptif. Le Christ, par son incarnation s'est uni, pour ainsi dire, avec chaque homme.

 

2. Parce qu'il a été fait à l'image de Dieu, l'être humain possède la dignité de personne : ce n'est pas seulement quelque chose mais quelqu'un. Il est capable de se connaître, de se donner librement et d’entrer en communion avec d'autres personnes. Cette relation avec Dieu peut être ignorée, oubliée, enlevée, mais ne peut être éliminée, parce que la personne humaine est un être personnel créé par Dieu pour entrer en relation et vivre avec lui.

 

3. L'homme et la femme ont la même dignité parce que les deux sont images de Dieu et parce que, en outre, ils se réalisent eux-mêmes profondément en se retrouvant en tant que personnes à travers le don sincère d’eux-mêmes. La femme est complément de l'homme tout comme l'homme l'est de la femme. Femme et homme se complètent mutuellement, non seulement du point de vu physique y psychique, mais encore ontologiquement, seulement grâce à la dualité du « masculin » et du « féminin » se réalise pleinement « l'humain ». C'est « l'unité des deux » qui permet à chacun d'expérimenter la relation interpersonnelle et réciproque. En outre, seulement à cette « unité des deux » Dieu leur confie l'œuvre de la procréation et de la vie humaine.

 

4. Toute la création a été faite pour l'homme. En revanche, l'homme a été créé et aimé pour lui-même. L'homme existe en tant qu'être unique et non répétable. C'est un être intelligent et conscient, capable de réfléchir sur lui-même et, par conséquent, d'avoir conscience de soi et de ses actes.

 

5. La dignité de la personne humaine -de toute personne humaine- ne dépend d'aucune instance humaine, mais bien de son être même, créé à image et ressemblance de Dieu. Personne ne peut donc maltraiter cette dignité sans commettre une grave violation de l'ordre voulu par la Créateur. Par conséquent, une société juste ne peut que se réaliser dans le respect de la dignité transcendante de la personne humaine.

 

6. Les personnes handicapées, malgré ses limitation et les souffrances dans son corps et ses facultés, ne cesse pas d'être des sujets pleinement humains, titulaires de droits et devoirs, que personne ne peut transgresser ni discriminer.

 

7. Les enfants à naître sont également des personnes depuis le moment de leur conception ; et leur vie ne peut être détruite par l'avortement ou l'expérience scientifique. Détruire la vie d'en enfant à naître, qui est complètement innocent, est un acte de suprême violence e de très grave responsabilité devant Dieu.

 

 

VIème Rencontre Mondiale des Familles, du 14 au 18 janvier 2009 à Mexico

Indulgence plénière accordée par le pape Benoît XVI aux conditions habituelles :

1. Esprit de rejet du péché, confession, communion et prières aux intentions papales

2. Récitez en famille le Notre-Père, le Credo et des prières d’invocation à la Miséricorde

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg