1. Les informations que l'Evangile nous donne sur a famille de Nazareth sont rares, mais très illustratives.

 

2. C'est une famille construite sur la base du mariage entre Joseph et Marie. Ils furent tous les deux réellement mariés, comme le signalent Saint Matthieu et Saint Luc ; ils vécurent ainsi jusqu'à la mort de Joseph. Jésus était le vrai fils de Marie. Saint Joseph n'était pas son père naturel -il ne l'engendra pas- ni adoptif, mais plutôt supposé, c'est-à-dire qu'il était considéré par les voisins de Nazareth comme le père de Jésus puisque les gens ignoraient le mystère de l'Incarnation et que Marie était mariée avec Joseph. Cette réalité a une grande importance aujourd'hui, puisque la législation civile et la culture ambiante, est très favorable aux unions libres, à celle purement civiles, à d'autres formes, au divorce, etc. La famille de Nazareth se présente aujourd'hui comme un exemple de couple formé par un homme et une femme, unie par amour de façon permanente et avec une dimension publique.

 

3. La famille de Nazareth a vécu comme une famille exemplaire. C'est-à-dire, de façon simple, humble, pauvre, travailleuse, aimante des traditions culturelles et religieuses de sa nation ; profondément religieuse et éloignée des centres des pouvoirs religieux et civils. Un voyageur qui visiterait et ignorerait les faits que nous connaissons, ne trouverait aucun détail qui puisse distinguer la Sainte Famille du reste : ni maisonnette qu'ils utilisaient, ni les vêtements, ni la nourriture, ni la participation aux actes religieux qui se célébraient dans la synagogue, rien. Dieu a voulu nous révéler que la vie ordinaire de chaque jour est l'endroit où Lui nous attend pour que nous l'aimions et nous réalisions son projet sur nous. Le secret est de vivre cette vie avec le même amour et constance que la Sainte Famille.

 

4. Les Evangiles n'éludent pas la profession que Joseph exerça : forgeron, charpentier, artisan... En revanche, ils signalent clairement que c'était un travail manuel et que l'on gagnait sa vie en travaillant. Marie se dédiait, comme toutes les femmes mariées, à moudre et cuir le pain de chaque jour, s'occuper des travaux ménagers du foyer et rendre service aux autres. Ils ne disent rien au sujet de Jésus mais ils laissent supposer qu'il aidait Marie et, plus tard, Saint Joseph dans les travaux manuels. La famille de Nazareth a vécu ce que nous appellerions aujourd'hui « l'évangile du travail » c'est-à-dire : le travail comme réalité merveilleuse qui permet de participer à l'œuvre créatrice de Dieu, qui sert pour porter en avant une famille et aider les autres ; pour se sanctifier et sanctifier par son intermédiaire. Aussi pour cela c'est un modèle parfait pour la famille actuelle. Nombreuses sont celles qui continuent à vivre pareillement et d'autres, malgré le travail hors du foyer et la technification des tâches ménagères continuent à être fondamentalement identiques.

 

5. La famille de Nazareth était une famille israélienne profondément croyante et pratiquante. Tout comme le reste des familles pieuses, ils priaient à chaque repas, ils allaient chaque semaine à la synagogue pour écouter la lecture de l'Ancien Testament et son explication, ils montaient à Jérusalem pour célébrer les fêtes de pèlerinage, comme Pâque et Pentecôte, ils priaient trois fois par jour le « shema Israel Adonaï... ». Le bénédicité, la participation hebdomadaire à la Messe du Dimanche sont encore fondamentaux pour que la famille réalise sa mission éducatrice.

 

6. La famille de Nazareth vivait concentrée sur Dieu : Dieu était tout pour elle. Lorsqu'ils étaient encore fiancés, Joseph se fia de Dieu, lorsqu'il lui révéla en songe que Marie était enceinte par l'opération de l'Esprit-Saint. Mariés, Marie et Joseph durent s'entendre de dire de leur fils qu'ils venaient de retrouver : « pourquoi me cherchiez-vous, ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » Ils ne le comprirent pas mais ils l'acceptèrent et y cherchèrent un sens. Marie, de son coté, ne s'écroula pas dans la foi lorsqu'elle vit son Fils cloué sur la croix comme un criminel et vaincu par les chefs du peuple. La famille chrétienne, dont la vie est toujours un tableau d'ombres et lumières, trouve la paix et la joie lorsqu'elle sait voir Dieu en cela, bien qu'elle ne réussisse pas à le comprendre.

 

 

VIème Rencontre Mondiale des Familles, du 14 au 18 janvier 2009 à Mexico

Indulgence plénière accordée par le pape Benoît XVI aux conditions habituelles :

1. Esprit de rejet du péché, confession, communion et prières aux intentions papales

2. Récitez en famille le Notre-Père, le Credo et des prières d’invocation à la Miséricorde

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg