« Ce que Nous avons dit fait apparaître clairement combien il est important, pour assurer une bonne réforme, aujourd'hui particulièrement, que chacun voie bien le caractère ecclésial et hiérarchique de la liturgie sacrée. Ce qui veut dire que les rites et les formules liturgiques de prière ne doivent pas être considérés comme quelque chose de privé, qui est l'affaire de tout un chacun, de telle paroisse, de tel diocèse ou de telle nation. En réalité, ces formules et ces rites sont l'affaire de l'Eglise universelle dont ils expriment la prière vivante. C'est pourquoi personne n'a le droit de changer ces formules, d'en introduire de nouvelles, de leur en substituer d'autres. Cela est exclu en raison de la dignité même de la liturgie par laquelle l'homme s'entretient avec Dieu : cela est exclu également en raison du bien des âmes et de l'efficacité de l'action pastorale qui serait alors compromise. A ce propos, il est bon de se rappeler ce principe de la Constitution sur la liturgie : « Le gouvernement de la liturgie dépend uniquement de l'autorité de l'Eglise » (Sacrosanctum Concilium n. 22, 1). En vous parlant de ces principes qui doivent guider votre activité, Nous ne pouvons pas passer sous silence certaines façons d'agir que l'on constate dans différentes parties de l'Eglise et qui sont pour Nous un grand motif de préoccupation et de souffrance. Nous voulons parler en premier lieu d'un état d'esprit existant chez beaucoup : on supporte mal tout ce qui vient de l'autorité de l'Eglise, tout ce qui est prescrit par une loi. C'est ainsi que, dans le domaine de la liturgie, il arrive parfois que, de leur propre chef, les Conférences épiscopales elles-mêmes vont plus loin qu'il ne faut. Il arrive souvent aussi que l'on fasse des expériences arbitraires et que l'on introduise des rites qui sont en opposition flagrante avec les règles données par l'Eglise. Il n'est personne qui ne voit que cette façon d'agir non seulement blesse gravement la conscience des fidèles, mais nuit à la bonne mise en œuvre du renouveau liturgique, qui demande que chacun fasse preuve de prudence, de vigilance, et surtout de discipline ». (Allocution de Paul VI au "Consilium" de liturgie, le 14 octobre 1968)

 

--> C'est très clair : la crise liturgique post-conciliaire vient en grande partie de ce que beaucoup ont désobéi et n'ont pas suivi ce qui avait été décidé par l'Eglise au moment du Concile. Et parmi ceux qui ont désobéi, à l'époque, on trouve des prêtres et des évêques, ou même des conférences épiscopales. C'est Paul VI lui-même qui le dit !

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg