« Sans doute, les divins mystères sont cachés et, au dire du prophète, il n’est facile à nul homme de connaître le dessein de Dieu. Toutefois, l’ensemble des actions et des enseignements du Seigneur notre Sauveur nous montre qu’un propos bien arrêté a fait choisir de préférence, pour enfanter le Seigneur, une femme fiancée à un homme. Pourquoi ne fut-elle pas rendue mère avant cet engagement ? Peut-être de peur qu’on ne dise qu’elle avait conçu dans l’adultère. Et l’Écriture, fort à propos, a donné ces deux indications : elle était fiancée et vierge. Sa virginité la montre exempte de tout rapport avec un homme; les épousailles soustrairont au soupçon infamant d’une virginité perdue celle dont la grossesse eût semblé manifester la faute. Et le Seigneur a préféré que certains mettent en doute son origine à lui, plutôt que la pureté de sa mère: il savait combien délicat est l’honneur d’une vierge, et combien fragile son renom de pureté, et il n’a pas jugé à propos de fournir, au détriment de sa mère, les motifs valables de la foi en sa propre origine. L’ange entra chez elle. Reconnais la vierge à sa conduite, reconnais la vierge à sa réserve, reconnais-la dans ses paroles, reconnais-la au mystère. Il est propre aux vierges d’être craintives, de se troubler à l’approche d’un homme, de redouter qu’un homme leur adresse la parole. Que les femmes apprennent à suivre cet exemple de pudeur. Elle est seule dans l’intime de sa maison: nul homme ne peut l’apercevoir, l’ange seulement peut la trouver; seule, sans compagnie, seule, sans témoin, pour que nul entretien peu noble ne puisse l’effleurer, elle reçoit le salut de l’ange. Le secret d’une telle mission devait tomber, non des lèvres d’un homme, mais de celles d’un ange. Aujourd’hui, pour la première fois, on entend: «L’Esprit-Saint viendra sur toi.» On entend, et on croit. Enfin: «Voici, dit-elle, la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole.» Vois son humilité, vois comme elle se livre à Dieu. Elle se dit la servante du Seigneur, elle, choisie pour être sa mère, et la promesse inattendue ne l’a point exaltée. »

 

Homélie de Saint Ambroise, évêque (Traité sur l’évangile de saint Luc II, 1.8.15-16: SC 45bis, 71.75.79)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg