En plein milieu du chemin du Carême, ne soyons pas surpris que l’Eglise tout entière célèbre une des plus grandes et des plus importantes Solennités, l’Annonciation à la Sainte Vierge et l’Incarnation du Seigneur ! Nous sommes projetés de nouveau aux origines, là où tout a commencé : à l’Incarnation du Fils de Dieu dans le sein de la Vierge Marie par l’opération du Saint-Esprit. Nous suivions Jésus qui se dirigeait résolument vers Jérusalem pour vivre les jours de sa Passion, de sa Mort et de sa Résurrection. Et voici qu’arrive le 25 mars, jour où l’on célèbre ce grand mystère : le « Oui » de Marie qui a permis au Verbe de Dieu de prendre notre nature humaine. Mais comment ne pas lire, dans cette pause de grâce extraordinaire, le long du chemin du Carême, un message qui nous invite à regarder vers Celle qui, par son don inconditionné à Dieu, par ses paroles : « qu’il m’advienne selon ta parole » » (Luc 1, 38), a rendu possible la Naissance de Notre Seigneur ?

 

 

 

La Mère de Jésus, se trouvant au centre de l’Incarnation, devient la collaboratrice de la grandeur du Mystère de la Mort et de la Résurrection de Jésus. S’il ne s’était pas incarné, comment aurait-il pu, en effet, nous racheter ? Et qui l’a accueilli, qui nous l’a donné, Jésus, si ce n’est la Mère qui est liée de manière indissoluble avec ce Fils ? Comme à Bethléem, nous trouvons aussi au Calvaire « l’Enfant et sa Mère ». Le Mystère de l’Incarnation que l’on célèbre le 25 mars de chaque année, est rappelé aussi dans la prière du Chapelet, dans le premier mystère joyeux : l’Annonciation de l’Ange à Marie. Le mystère du Fils a voulu se lier au mystère de la Mère. Sans son « Me Voici » il n’y aurait eu les paroles de Marie : « qu’il me soit fait selon ta parole », « me voici ». Dieu l’avait choisie et rendue Immaculée, en vue des mérites infinis de la Rédemption. Ainsi, en Marie, se conjuguent de manière merveilleuse la grâce et la liberté, la Volonté de Dieu et la volonté de la créature, dans une harmonie totale. Cette rencontre pleine d’amour et de liberté a permis à Dieu le Fils de descendre sur la terre et de redonner à chaque homme qui croit en Lui, la liberté perdue. La liberté de la Mère, parfaitement conformée à la Volonté divine, a préparé la voie au Fils de Dieu. A l’Archange Gabriel qui Lui demandait, au Nom de Dieu, l’accord de sa volonté libre pour la maternité divine, la Vierge Marie répond par ce « fiat » qui ne cessera plus jamais. Grâce à lui, la Fleur la plus belle de toute la création pouvait éclore de son sein virginal : le Verbe Incarné ! « Dans ton sein se ralluma l’amour par la chaleur duquel dans l’éternelle paix a germé ainsi cette fleur (Paradiso, XXXIII, 7-9). La Mère, comme créature, reçoit tout de Dieu le Fils. Celui-ci, en tant qu’Homme, a voulu recevoir entièrement son coeur humain de la Mère. Cette Solennité, célébrée pendant le Carême, nous fait rappeler l’union indissoluble qui lie le Fils à la Mère. Au moment culminant de la Passion, résonnera cette parole de Jésus à Jean, qui est un testament, et, ainsi, à toute l’Eglise « Voici ta Mère » (Jean 19, 27). C’est comme si Jésus nous disait : ma Mère est aussi votre Mère ! L’Eglise tout entière a accueilli et faite sienne cette parole de Jésus du haut de la Croix : le Fils laissait à Jean sa Mère, la créature qui « conservait toutes ses choses dans son cœur et les méditait » (Luc 2, 19). Elle est réellement le premier l’Evangile et le plus parfait Evangile vivant du Christ. Ainsi Jean a été le premier « à regarder » dans ce Cœur, à « lire » les mystères les plus profonds qui y étaient conservés. Ne doit-on pas à cette « contemplation » de Jésus dans le Cœur de Marie à ce que Jean ait pu écrire l’Evangile le plus profond et le plus sublime ? Très certainement, l’influence de Marie, le parfum de sa sainteté, sa présence si maternelle, ont marqué le disciple bien-aimé du Seigneur, mais aussi chaque membre vivant de l’Eglise qui reconnaît, en Marie, sa propre Mère.

 

Il y a 25 ans, le 25 mars 1984, le Serviteur de Dieu Jean Paul II, en union avec tous les Evêques du monde, Place Saint-Pierre prononçait solennellement l’Acte de Consécration des hommes et des peuples à Marie. En consacrant le monde au Cœur Immaculé de Marie, de manière collégiale, le Saint-Père répondait à la demande de Notre-Dame de Fatima, dont la statue, par la volonté même du Saint-Père était arrivée tout exprès à Rome, venue du Sanctuaire du Portugal. Le Saint-Père, à genoux devant la statue de la Sainte Vierge, adressait les intentions de son cœur de Pasteur Universel, dans le Cœur de sa Mère. Seul le Ciel connaît les effets de cette consécration à Marie. De quoi nous aura protégés un tel Acte ? Quels dons et combien de dons de conversion nous aura-t-il obtenus ? Jean Paul II terminait cette supplique poignante par cette invocation : « Que se révèle encore une fois dans l'histoire du monde l'infinie puissance salvifique de la Rédemption, la puissance de l'amour miséricordieux ! Qu'il arrête le mal ! Qu'il transforme les consciences ! Que dans ton Cœur Immaculé se manifeste pour tous la lumière de l'Espérance ! » (Jean Paul II, Dimanche 25 mars 1984).

 

Fides

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg