« Si nous ne voulons pas que Pentecôte se réduise à un simple rite ou à une commémoration, même suggestive, mais qu'elle soit un événement actuel de salut, nous devons nous préparer dans une attente religieuse au don de Dieu, par l'écoute humble et silencieuse de sa Parole. Pour que Pentecôte se renouvelle à notre époque, il faut peut-être - sans rien ôter à la liberté de Dieu - que l'Eglise soit moins "essoufflée" par les activités et davantage consacrée à la prière. C'est ce que nous enseigne la Mère de l'Eglise, la Très Sainte Vierge Marie, Epouse de l'Esprit Saint » (Benoît XVI, homélie, Solennité de la Pentecôte, 31 mai 2009).

 

 

 

C’est en ces termes que le Pape Benoît XVI, le jour de la Solennité de la Pentecôte, a montré les priorités nécessaires pour se disposer à accueillir le don du Saint-Esprit : l’écoute humble et silencieuse de la Parole de Dieu, et se consacrer à la prière ! Ces priorités, évidemment, ne valent pas seulement pour vivre dignement la festivité de la Pentecôte qui, comme chaque solennité liturgique, revient chaque année, mais elles sont d’une aide particulière pour chaque jour. En effet, quotidiennement, si nous le voulons, nous pouvons vivre une "petite" Pentecôte, parce que le Seigneur donne son Esprit sans interruption à Son Eglise, et spécialement par le Saint-Sacrifice de la Messe, célébré et participé avec foi. Dans l’action liturgique par excellence, l’effusion du Saint-Esprit est nécessaire afin que puisse se réaliser le grand miracle de la Transsubstantiation, c’est-à-dire quand, après les paroles de la Consécration, le pain n’est plus du pain, et le vin n’est plus du vin, mais ils sont devenus le Corps et le Sang du Christ ! C’est là que se renouvelle le mystère de la descente du Saint-Esprit, qui veut toucher et attirer à Lui tous ceux qui sont réunis, à commencer par le prêtre célébrant. « En effet, à chaque Messe, l’Esprit Saint, invoqué par la prière solennelle de l’Église, descend de nouveau non seulement pour transformer nos offrandes, le pain et le vin, dans le Corps et le Sang du Seigneur, mais aussi pour transformer nos vies, pour faire de nous, par sa puissance, ‘un seul corps et un seul esprit dans le Christ’ » (Benoît XVI, homélie pour la Messe de clôture des JMJ de Sydney, 20 juillet 2008). La force de l’Esprit Divin a pu agir ainsi de manière aussi puissante dans le cœur des premiers disciples du Christ, non pas parce que, à cette époque, elle était plus intense qu’aujourd’hui, comme si, au cours des siècles, elle pouvait « s’affaiblir » ! Les siècles et les millénaires ne peuvent entamer la Force Divine du Saint-Esprit, parce que Dieu est au-dessus du temps et de l’histoire, Il est l’éternel Présent, alors que le monde, de manière inéluctable, passe, en vieillissant. Seul celui qui vit de Dieu et en Dieu, comme l’Eglise, tout en étant dans le temps, ne vieillit pas dans son Esprit, mais reste jeune (+). La « puissance d’En-Haut » (Luc 24, 49) a pu transformer les disciples d’alors, parce qu’elle les a trouvés « dociles » à la Parole de Jésus. Ainsi, la même Force veut transformer aussi les disciples d’aujourd’hui, chrétiens du troisième millénaire, toujours, à la condition toutefois qu’elle trouve en eux le même désir d’appartenir à Jésus, qui animait le cœur et l’esprit des premiers disciples. Les Actes des Apôtres racontent, sans l’ombre d’aucun doute, que les premiers disciples du Christ, guidés par Lui, avaient finalement appris à vivre les deux conditions fondamentales pour accueillir le Paraclet, celles que le Pape Benoît XVI vient tout juste de nous rappeler. Elles sont valables pour chaque chrétien, c’est-à-dire pour tous ceux qui veulent s’assimiler au Christ : rester fidèles à Sa Parole et prier sans se lasser. En effet, Jésus a promis : « Si vous demeurez en moi, et si mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voulez, et cela vous sera donné » (Jean 15, 7). Les Apôtres sont « restés en Jésus », ils ne l’ont pas abandonné pour suivre leur propre « moi » (+), mais ils ont vraiment cru en Lui, en vivant tout ce que le Seigneur leur avait commandé. Sa Parole, en effet, c’est seulement si on la vit que l’on le la perd pas, autrement, elle va se confondre avec mille autres paroles, à commencer par les nôtres. A partir du Cénacle de Jérusalem, les disciples, dans l’attente de la première Pentecôte, à l’exemple de Marie, Epouse du Saint-Esprit, ont appris à prier le Père au Nom de Jésus et, de la sorte, ils ont pu recevoir la Puissance de l’Esprit, et, avec elle, ses fruits : « amour, joie, paix, patience, bienveillance, bonté, fidélité, douceur, domination de soi » (Galates 5, 22). Tout leur était donné, parce qu’ils « restaient en Jésus » ! Le Saint-Esprit vient à condition qu’il nous trouve recueillis en Jésus. Il veut trouver dans notre cœur le Nom de Jésus ! En d’autres termes, au plus intime de nous-mêmes, doit se trouver le désir de Lui. Ce désir, quand il est authentique, est dans un devenir constant, nourri par l’adoration de Dieu « en esprit et en Vérité » (Jean 4, 24) : dans le Saint-Esprit, et dans la Vérité de l’Evangile ! Celui qui n’a pas ce désir, celui qui veut se servir de Jésus et non pas d’abord le servir, celui qui veut se revêtir de Lui de manière superficielle seulement, celui qui ne Le met pas au centre, mais à côté de soi pour ne pas sacrifier son propre « moi », celui-là ne peut recevoir dans son âme la force transformante de Dieu, parce qu’il n’est pas disposé à se vider de lui-même pour devenir quelqu’un d’autre que lui-même : « du Christ ». L’amour de Dieu ne peut répandre sa force que lorsque nous lui permettons de nous changer de l’intérieur », nous rappelle le Saint-Père (Benoît XVI, homélie pour la Messe de clôture des JMJ de Sydney, 20 juillet 2008).

 

La Sainte Vierge fut Celle qui a été « pleine de grâce » comblée du Saint-Esprit, parce qu’elle n’a jamais opposé de résistance à Son action. Son élan vers Dieu, son désir de pleine communion avec Lui, n’a connu ni interruptions, ni déviations, parce que son Cœur Immaculé se laissait transformer, de perfection en perfection, par la « puissance d’En-Haut » ; et c’est pourquoi elle peut être appelée « Epouse du Saint-Esprit ». En La regardant, chaque disciple apprend avant tout la docilité à la Parole de Jésus. Ce n’est pas par hasard que les paroles de la Vierge Mère adresse aux serviteurs, à tous les Serviteurs de son Fils, sont les suivantes : « Faites tout ce qu’Il vous dira » (Jean 2, 5). La foi chrétienne est une foi très active, elle « fait » tout ce que Jésus désire. Que la Mère du Verbe Incarné nous aide nous aussi à vivre toujours plus de la Parole de Dieu.

 

Fides

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg