Une des plus terribles tentations que le démon puisse susciter aux jeunes de notre temps, c’est celle de l’impureté, qui entraîne chaque jour des milliers d’âmes en enfer. Comme la jeunesse est amatrice du plaisir sensuel, le démon lui propose le plaisir infâme de l’impureté comme une amorce pour l’attirer à lui, la séduire et la corrompre ; et quand un jeune est une fois engagé dans cette honteuse passion, il a toutes les peines imaginables de s’en défaire...
 
 
 

 

« Pour garder la chasteté pure et la perfectionner, il existe un moyen
dont l’efficacité merveilleuse est confirmée par l’expérience répétée des siècles :
à savoir une dévotion solide et très ardente envers la Vierge Mère de Dieu.
Celle-ci, selon la parole de Saint Ambroise, est "la Maîtresse de la virginité" et la
Mère Très Puissante des âmes, de celles surtout qui se consacrent au service de Dieu »
(Sa Sainteté le Pape Pie XII - Encyclique "Sacra Virginitas", 58)




Nous lisons dans l’Evangile qu’un père amena son fils à Jésus-Christ pour le délivrer d'un démon qui le possédait. Dans l’absence du Sauveur, cet homme présente son fils aux disciples pour le délivrer, mais ils ne purent chasser ce démon opiniâtre, qui était un démon d’impureté. Lors même que Jésus-Christ vint et commandait à ce démon de sortir, il jetait ce jeune par terre, écumait, et faisait des contorsions. Le Sauveur permit ces résistances de l’esprit impur pour nous apprendre combien il est difficile de le chasser quand il s’est une fois emparé du cœur des jeunes gens. Les disciples demandèrent au Sauveur pourquoi ils n’avaient pu chasser ce malin esprit. C’est, leur répondit-il, que cette espèce de démon ne se chasse que par le jeûne et la prière. Voilà les armes qu’il faut employer pour vaincre et chasser le démon et la tentation d’impureté : c’est la prière, le jeûne, la mortification des sens. Aussitôt qu’on sent quelque attrait pour ce vice infâme, il faut penser à la Passion de Notre Sauveur, regarder au moins en esprit Jésus-Christ crucifié et se dire à soi-même : « Comment, malheureux que je suis, voilà mon Sauveur et mon Dieu qui souffre des tourments inexprimables dans son corps pour expier mes péchés, et moi je voudrais me livrer à des plaisirs honteux, et crucifier Jésus-Christ de nouveau ? ». Il faut penser à la flagellation de Jésus-Christ et faire réflexion que c’est pour expier les voluptés charnelles que Jésus-Christ a souffert cette cruelle flagellation dans son corps, et que c’est ouvrir les plaies du Sauveur et le flageller de nouveau que de se livrer à l’infâme passion de l’impureté. Pour vaincre la tentation, il faut pratiquer les mortifications corporelles, porter des instruments de pénitence. « Je châtie mon corps », disait Saint Paul. Dans la tentation il faut faire souffrir son corps et surmonter les charmes du plaisir par la violence de la douleur. C’est ainsi que Saint Benoît surmonta une furieuse tentation que le démon excitait contre lui, en se roulant dans des épines. Un saint solitaire se délivra de la même tentation en mettant ses pieds sur des charbons ardents : « Éprouve », se disait-il en lui-même, « si tu pourras souffrir les feux de l’enfer ».
 
Pour conserver le précieux trésor de la chasteté, il faut demander cette vertu à Dieu, car c’est un don de Dieu, qu’on ne peut avoir de soi-même. Il faut avoir une dévotion spéciale aux Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, exposer fidèlement ses tentations à son confesseur pour demander des avis salutaires. Il faut avoir aussi une grande vigilance sur tous ses sens, sur ses yeux pour ne pas se permettre des regards trop libres, sur ses oreilles pour les fermer à des paroles impures, à des chansons déshonnêtes, sur ses mains pour ne prendre aucune liberté, sur son habillement… car c’est encore là une tentation bien dangereuse pour les jeunes de notre temps !

commentaires

L. 24/02/2012 00:02


Bonsoir,


je suis toujours confronté à ce problème malgré mes confessions, et ces derniers temps, je retombe dans ce péché et je suis conronté à une grande sécheresse spirituelle depuis plus d'un moi :
j'ai peur pour mon âme et je suis triste de ne plus être aussi proche du Seigneur qu'avant. 


L.

Admin 24/02/2012 10:02



Le Bon Dieu "ne s'intéresse pas au nombre de fois où vous tombez mais au nombre de fois où vous vous relevez" (Benoît XVI, 24/09/11).



Marie Juste 11/01/2012 10:20


@ L.


c'est vrai qu'il faut que vous précisiez votre souffrance, mais si c'est personnel, allez donc trouver un confesseur après avoir fait une prière pour demander à Dieu de vous en trouver un selon
son Coeur!


Cependant, sans cessez la pratique sacramentelle ou la redécouvrant, essayez aussi de vous plongez à nouveau dans l'écoute de la Parole de Dieu en prenant si possible un temps de retraite
strictement silencieuse dans un monastère où justement le silence est "un sacrement"! Voici quelques passages de la Parole de Dieu qui pourraient vous aider à aller à la source de l'Amour de
Dieu, pisque "par sa lumière nous voyons lalumière" (Psaume 36, 10)


-Isaïe 33, 13-16 (comment résister au feu de l'impureté)


- Apocalypse 7, 16-17 (le nouvel état de celui qui a bu le vrai amour!)


Et quant à moi je me répands en prière et en jeûn pour votre délivrance, assuré que vous le serez par l'intercession de Maman Marie et de Maria Goretti!

L. 10/01/2012 23:08


Bonjour, je suis confronté à ce problème, je n'arrive pas à lutter, malgré les neuvaines : que faire s'il vous plaît ? :(

Admin 11/01/2012 00:03



1. Ne pas vous décourager car Jésus-Christ vous aime.


2. Aller se confesser régulièrement si le péché est mortel.


3. Persévérer dans le combat contre Satan et ses anges déchus.



Yves 05/04/2009 16:14

Certes l'impureté ne constitue pas un idéal, mais je trouve que la qualifier d'un des plus grands maux de notre temps est excessif. Le mal, pour moi, se situe ailleurs : il est dans l'exclusion des plus petits et des plus pauvres, dans la haine contre son frère en humanité, dans la violence pratiquée jusqu'au sein même de la famille, etc. Voilà contre quoi il faut s'indigner. Les pulsions sexuelles et les actes qui peuvent en résulter si l'on ne parvient pas à les canaliser ne dépendent pas de notre volonté : elles font partie de notre humanité. La seule chose que nous puissions faire c'est de les accepter et de demander le secours de la grâce pour qu'elles ne nous dévorent pas en faisant de nous des esclaves. Votre article me semble particulièrement culpabilisant en ce ceci qu'il sous-entend que la pureté dépend de nos seules forces. Cela sonne très "19°s"... Dieu merci, on en est revenu de cette époque où l'on faisait une fixation sur les questions d'ordre sexuel en oubliant tout le reste.  

LE ROUZO Denis 21/09/2008 22:12

Bonjour,Vous écrivez: "Pour vaincre les tentations il faut pratiquer les mortifications corporelles, porter des instruments de pénitence". Très juste, c'est ce qui était pratiqué pour contrer les tentations charnelles jadis, les grands saints en sont ds exemples, mais de nos jours qui pourrait nous enseigner, selon vous, cette pratique de la mortification? En effet, elle est mise au placard depuis Vatican II. Auriez- vous des adresses?Cordialement,le_rouzodenis@hotmail.com

Eric 21/08/2008 18:39

Merci pour cet intéressant billet.

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg