Avoir le souci d'attirer les jeunes à l'église le dimanche est tout ce qu'il y a de plus louable. S'imaginer qu'on les attirera avec des célébrations que l'on adapte à ce que l'on croit être leurs goûts est une grave erreur: les messes imaginées pour soi-disant attirer les jeunes sont à la fois anti-liturgiques et anti-pédagogiques. A plus ou moins long terme, elles font fuir plus qu'elles n'attirent.
Si les chiens pouvaient parler, c'est certain qu'ils se moqueraient de leurs maîtres ou maîtresses qui croient se faire comprendre de leur animal de compagnie en lui parlant le "langage chien". Le jeune chrétien n'est pas un chien : il n'a pas besoin de trouver en face de lui des adultes qui croient se mettre à sa portée en le singeant; le jeune qui va à la messe a besoin de voir en face de lui ou à côté de lui des adultes qui se comportent en adultes et non des adultes qui sombrent dans le gniangnian dès qu'ils prétendent s'adresser à des adolescents.


 

 

Les jeunes qui sont obligés de participer aux messes soi-disant faites pour eux, avec banderoles, rondes, maman-catéchistes affairées et célébrants patauds qui veulent se mettre au niveau de leur assistance, savent parler; mais comme ils sont polis et dociles, ils ne disent rien et font ce qu'on leur demande de faire. Seulement, dès qu'ils ne sont plus obligés de participer à ces célébrations infantilisantes qu'on croirait imaginées par des simplets, ils n'y viennent plus : la pratique religieuse leur semble un truc fait pour des adultes un peu demeurés...
Il n'y a guère que dans la catholicisme occidental qu'on croit pouvoir attirer les jeunes à la messe en bradant la liturgie de l'Eglise : nulle part ailleurs, dans aucune autre religion, on ne fait de pareilles erreurs. Et c'est bien normal puisque partout les rites liturgiques officiels apparaissent comme des sortes de sas par lesquels il s'agit de passer pour construire ce qu'il est convenu d'appeler "une foi adulte".
Imagine-t-on, chez les Orthodoxes, le prêtre disant aux jeunes de sa paroisse qu'on va organiser pour eux une liturgie adaptée, sans les chants sacrés, sans l'iconostase, sans les rites? Ce serait totalement absurde. Cela nous paraît absurde, à nous qui avons un certain sens de ce qu'est la liturgie. Mais curieusement cela ne l'est pas pour les pratiquants de nombreuses paroisses. Alors ils préfèrent ne pas impliquer les jeunes dans le déroulement normal de la liturgie romaine, qui leur paraît trop rébarbative.


 

Ce qu'ils ne voient pas, c'est que les "messes des jeunes" ennuient profondément les jeunes; elles n'intéressent guère que les quelques personnes qui s'investissent à fond pour les organiser et croient attirer les adolescents en singeant leurs comportements. Le nivellement de la liturgie par le bas n'a jamais attiré grand monde à l'église; le plafonnement qui empêche de faire toujours mieux non plus.
N'en tirons pas la conclusion qu'il ne faut rien faire pour intéresser les jeunes à la liturgie. Au contraire ! Mais cela, il faut commencer par les sensibiliser à la liturgie : la vraie liturgie, celle de l'Eglise, et non la liturgie frelatée de certaines de nos équipes paroissiales. On n'initie pas quelqu'un à l'oenologie en lui faisant boire de la piquette; on ne sensibilise pas quelqu'un à la liturgie en lui donnant à participer à des "célébrations piques-niques" sur fond de refrains proches de comptines. Pour amener les jeunes à la liturgie de l'Eglise, il faut les introduire dès le plus jeune âge dans les trésors des rites et de la musique propre de la liturgie romaine : le grégorien. Contrairement à ce que l'on pense généralement, les rites et le grégorien sont à leur portée et ils y sont très sensibles pour peu qu'on sache leur présenter ces richesses comme des réalités vivantes, actuelles, et d'une valeur permanente. Tout est une question de pédagogie : son efficacité est liée au fait que les jeunes doivent pouvoir trouver en face d'eux des pratiquants convaincus et convaiquants, leur montrant que par les liturgies auxquelles ils participent ils entrent peu à peu dans une compréhension adulte de leur foi.

 

Pro Liturgia

commentaires

Sylvie 02/11/2015 18:05

Je suis désolée de lire cela. Je suis chrétienne et responsable d'aumônerie dans une paroisse. Avec votre repli sur vous, vous ne portez pas le message du Christ, vous le gardez entre vous. Jésus a vécu parmi les pêcheurs. C'est là que nous devons être, nous en sommes nous mêmes. Le rituel "ancien" n'est plus audible par une majorité de jeunes. La seule chose importante, c'est leur faire connaître le Christ, et pour cela, il faut aller à leur rencontre et parler leur langage. Il faut vivre dans son époque, sinon nous serons responsables d'avoir arrêté le message du Christ. Je prie pour vous et pour nos jeunes. Vivons en Jésus, c'est l'essentiel. Les moyens, ce n'est pas l'essentiel.

Admin 03/11/2015 14:27

Commentaire complètement hors-sujet. Cet article ne défend pas le rituel "ancien" comme vous le dîtes. De plus, il n'y a aucun "repli" communautariste ou identitaire. C'est au contraire les personnes qui s'amusent à "communautariser" la liturgie (pour les jeunes par exemple) qui sont totalement repliées sur elles-mêmes, et non sur l'Église universelle. Par la Liturgie, le Christ s'adresse à tous : jeunes, vieux, familles, etc.... et son message transcende toutes les particularités d'un groupe donné.

Les jeunes veulent être pris au sérieux. Vous pouvez penser le contraire mais les chiffres me donne raison. Que vous soyez investie comme responsable d'aumônerie, très bien, et le Christ vous en sera grandement reconnaissant. Mais demandez-vous pourquoi il y a une "chute" incroyable entre la 1ère Communion et la Confirmation par exemple. Et si vous n'êtes pas d'accord avec mon analyse, essayez tout de même de vous poser la question du "pourquoi". Si l'aumônerie se résume à du coloriage ou à des "danses" autour de l'autel, les jeunes ont bien raison de rester chez eux.

Relisez aussi votre catéchisme, notamment le N°1125.

FREDERIC AMANI CANANGA 08/06/2015 11:45

Je suis ravi d'un si bon texte lequel nous servira d'exemple. Pour rencherir: J'ai eu, la période dont j'étais chargé de la macgras jeunes de notre paroisse de Chai à Bukavu RDC, à organiser avec la coordination une neuvaine de noël qui a réuni plus de1000jeunes. Le coordo Ombeni étonné; lui qui était accoutumé aux organisations culturelles avec l'idée que la prière ne les interesserait pas plus me temoignère sa surprise sympatique. En decembre prochain nous en serons en notre troisième neuvaine.

ALICE 06/02/2016 06:58

bonjour FRÉDÉRIC j'ai aime ton commentaire , je fais moi-même parti de la pastorale des jeunes sur ma paroisse et nous cherchons les moyens de retenir ces jeunes qui partent après la confirmation et je voudrais en savoir plus sur ta neuvaine de noël merci pour ta réponse

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg