Le 13 octobre 1917, eut lieu la dernière apparition de Notre Dame du Rosaire aux enfants de Fatima. Pendant que les enfants conversent avec la Vierge Marie, la foule, elle, voit "danser" le soleil. Ce jour-là, tout le Portugal était représenté à la Cova da Iria, une foule de croyants, des curieux, mais aussi des incroyants, des médecins et des scientifiques. Sous une pluie torrentielle, 70 000 personnes attendaient l'heure du miracle annoncé. Quand les trois petits voyants parurent, Lucie demanda à la foule de fermer les parapluies pour réciter le chapelet. A midi, la Sainte Vierge était là. Lorsqu'elle eut donné son message, ouvrant les mains, Elle les fit réfléchir sur le soleil et, tandis qu'Elle s'élevait, le reflet de sa propre lumière continuait à se projeter sur le soleil. A ce moment, selon la promesse de la Sainte Vierge et conformément à l'annonce de Lucie, Dieu, le Tout-Puissant, Roi du Ciel, appose sa signature, en un prodige grandiose. Le soleil commence à bouger et durant 12 minutes, à trois reprises, le soleil tourne comme une roue de feu, lançant des faisceaux multicolores de lumière, peignant tout, le sol, les arbres, les gens, de différentes couleurs. Il semble devoir s'écraser sur la terre. La foule est frappée de terreur. La chaleur devient de plus en plus intense et les assistants sont épouvantés et ont l'impression que la fin du monde prédite dans l'Evangile où le soleil et les astres se précipiteront en désordre sur la terre est arrivée. Beaucoup tombent à genoux, en sanglots, et des cris s'élèvent : « Miracle !  Miracle !  Ô mon Dieu de Miséricorde ! Pardon !  Je crois, mon Dieu ! ». On récite en larmes l'acte de contrition, puis on chante le Credo. En même temps, le soleil arrête sa chute vertigineuse, remonte en zigzaguant comme il était descendu et reprend sa place dans le firmament, retrouvant son éclat normal. La foule s'est relevée, revenue de sa stupeur, pour constater que les habits tout trempés de pluie dix minutes plus tôt, sont maintenant absolument secs. Le phénomène solaire a été constaté à des kilomètres de la Cova da Iria, par des gens qui ignoraient tout de ce qui s'y passait. Les trois visions de 13 octobre 1917 sont les suivantes :

 

• 1. La vision de la Sainte Famille : Saint Joseph apparut avec l'Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l'Enfant-Jésus semblaient bénir le monde avec des gestes qu'ils faisaient de la main en forme de croix. • 2. La vision de Notre Seigneur Jésus-Christ et de Notre-Dame des Douleurs : Peu après, Notre-Seigneur apparut, ensuite rejoint par Notre-Dame. Lucie n'aperçut que le buste de Notre-Seigneur. Il bénissait le monde. Il paraissait exténué et était vêtu de rouge, comme lors du couronnement d'épines. Notre-Dame, vêtue de violet, semblait être Notre-Dame des Douleurs. • 3. La vision de Notre-Dame du Mont-Carmel : Puis vint Notre-Dame sous l'aspect de Notre-Dame du Carmel avec un scapulaire pendant à sa main. Soeur Lucie dira plus tard que le port du scapulaire est le complément indispensable au Rosaire.

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg