La Liturgie de ce Dimanche comporte deux parties : d'abord, la bénédiction, la distribution et la procession des Rameaux évoquant l'entrée triomphale de Jésus-Christ dans Jérusalem et réalisant ainsi la prophétie de Zacharie : « Tressaille d'allégresse, fille de Sion. Livre-toi aux transports de la joie, fille de Jérusalem : voici ton Roi qui vient vers toi ; il est le Juste et le Sauveur. Il est pauvre, et il s'avance monté sur un ânon, le petit de l'ânesse » (cf : Zacharie, IX, 9). Ensuite, la Liturgie de l'Église offre au Père Éternel le Saint-Sacrifice de la Messe, avec comme Évangile la grande lecture de la Passion (si possible chantée), pour nous faire immédiatement entrer dans la Semaine Sainte, la Semaine la plus sacrée de l'Année Liturgique. L'Église, après avoir acclamée notre Roi-Jésus, nous invite maintenant à accompagner chaque jour notre Sauveur dans toutes les douleurs, les angoisses et les souffrances de Sa Sainte Passion qu’Il veut accomplir en toute volonté pour notre propre rédemption. « Venez, gravissons ensemble le mont des Oliviers ! Allons à la rencontre du Christ. Il revient aujourd'hui de Béthanie et Il s'avance de son plein gré vers Sa Sainte et Bienheureuse Passion, afin de mener à son terme le mystère de notre salut » (Saint André de Crète, moine et évêque, 660-740). Kyriale XVII + Credo Ambrosien

 



 

        

SERMON DE ST JEAN CHRYSOSTOME : « Nous avons achevé la navigation du jeûne et nous voici, par la grâce de Dieu, arrivés au port. Mais ne nous négligeons pas, parce que nous sommes arrivés au port; au contraire redoublons de zèle, parce que nous avons atteint le terme du voyage. Ainsi font les pilotes; au moment de faire entrer dans le port un vaisseau chargé de blé et d'un poids énorme de marchandises, ils sont inquiets, ils prennent mille soins pour empêcher que le navire, après avoir traversé de si vastes mers, ne se brise contre un écueil, et ne sombre avec toutes les marchandises. Voilà les inquiétudes, les craintes que nous devons ressentir, nous aussi; au terme de la traversée gardons-nous de perdre le prix de nos fatigues. Voilà pourquoi nous devons redoubler de zèle. Ainsi font les coureurs encore : quand ils se voient arrivés au moment de recevoir leurs prix, c'est alors qu'ils redoublent de vitesse. Ainsi font les athlètes encore ; après les luttes et des victoires sans nombre, quand ils touchent au moment des couronnes, c'est alors qu'ils se dressent plus vivement, qu'ils font de plus généreux efforts. Faisons donc de même, nous aussi, maintenant. En effet, ce qu'est le port pour les pilotes, le prix pour les coureurs, la couronne pour les athlètes, la semaine où nous sommes est tout cela pour nous. C'est la source de nos biens, et il s’agit maintenant de se disputer les couronnes; et voilà pourquoi la présente semaine s'appelle la Grande Semaine. Ce n'est pas que les jours y soient plus longs que dans les autres; d'autres semaines, en effet, ont des jours plus longs. Ce n'est pas que les jours y soient plus nombreux; car, dans toutes les semaines, le nombre des jours est le même; mais c'est que, dans cette semaine, Dieu a fait des choses particulièrement glorieuses, c'est dans cette Grande Semaine que la longue tyrannie du démon a été brisée, que la mort a été éteinte, que celui qui était fort, a été enchaîné; ses vases ont été pillés; le péché enlevé; la malédiction effacée; le paradis s'est ouvert; le ciel est devenu accessible, les hommes se sont mêlés aux anges; le mur qui séparait tout a disparu; le voile a été enlevé; le Dieu de paix a étendu la paix dans le ciel et sur la terre. Aussi l'appelle-t-on la Grande Semaine, et, de même qu'elle est la première des autres semaines, de même le grand jour du sabbat est le premier de ces jours, et ce que la tête est pour le corps, le sabbat l'est pour cette semaine. Aussi, dans cette semaine, un grand nombre de personnes montre un zèle plus ardent; les unes ajoutent à l'austérité de leur jeûne ; les autres prolongent leurs veilles sacrées ; d'autres font des aumônes plus abondantes, et le zèle qu'elles montrent pour les bonnes oeuvres, et leur application à la piété, attestent la grandeur du bienfait que Dieu nous a accordé. De même qu'au jour où le Seigneur ressuscita Lazare, tous les habitants de Jérusalem coururent au-devant de lui, et leur grand nombre attestait qu'il avait ressuscité un mort (car l'empressement de tous ceux qui accouraient, était une preuve du miracle) ; de même, aujourd'hui, le zèle que fait éclater cette Grande Semaine, est un témoignage, une démonstration des grandes choses qui s'y sont opérées. Et en effet, nous ne sortons pas d'une seule cité, nous qui courons aujourd'hui au-devant du Christ. Ce n'est pas la seule Jérusalem, c'est la terre entière qui envoie au-devant de Jésus ses églises, riches de peuples qui ne tiennent pas, qui ne secouent pas dans leurs mains des rameaux de palmier, mais qui portent l'aumône, l'humanité, la vertu, le jeûne, les larmes, les prières, les veilles, toutes les fleurs de la piété, pour les offrir à Notre-Seigneur, au Christ ». (suite de l’homélie de Saint Jean Chrysostome sur la Grande Semaine)

 

 

 



 

 

 

 

RÉSUMÉ LITURGIQUE POUR LE

DIMANCHE DES RAMEAUX

(SELON LE MISSALE ROMANUM 2002)

(DOMINICA IN PALMIS DE PASSIONE DOMINI - FORMA PRIMA)

POUR PLUS DE PRÉCISIONS LITURGIQUES, LIRE LES COMMENTAIRES DU CÉRÉMONIAIRE

 

 

 

 

 

 

• AD PROCESSIONEM :

Dans un lieu distinct de l'église, le Peuple de Dieu accueille le clergé en chantant l'antienne "Hosanna Filio David".

Le prêtre devra porter son "pluvial" rouge. Après l'aspersion et la distribution des rameaux, le prêtre (ou diacre)

proclame l'Évangile. On fera éventuellement une très brève homélie. Pourra alors commencer la procession

dès que le prêtre (ou diacre) entonnera le "Procedamus in pace". Le Missale Romanum et le Graduale

Romanum proposent l'antienne du "Pueri Hebrærorum", l'hymne du "Gloria Laus..." et le répons 

"Ingrediente" (toutes paroisses peut chanter au moins l'hymne assez facile du "Gloria Laus") 

 

ANTIENNE : "HOSANNA FILIO DAVID" + DE BENEDICTIONE RAMORUM +

DE DISTRIBUTIONE RAMORUM + AD LITURGIAM VERBI (A, B, C) :

 

- ANNÉE A - Matthieu, 21, 1-11 : Entrée messianique du Seigneur

- ANNÉE B - Marc 11, 1-10 ou Jean 12, 12-16 : Entrée messianique du Seigneur

- ANNÉE C - Luc 19, 28-40 : Entrée messianique du Seigneur 

 

 

Procedamus in pace. In Nomine Christi. Amen.

Antienne du "Pueri Hebraerorum portantes..."

Hymne de Procession au Christ-Roi : Gloria Laus

Répons : Ingrediente Domino in sanctam civitatem

Transition pour la Messe de la Passion : Kyrie Eleison

 

 

 

 

• AD MISSAM :

Dès la fin de la procession, nous enchaînons directement avec la Messe par le chant du Kyrie.

Par l'allée centrale, le prêtre se dirigera directement vers l'Autel de Dieu. (Avant) ou plutôt

après avoir baisé et encensé l'Autel pendant que l'assemblée chante le Kyrie, le prêtre

enlèvera son "pluvial" (chape) rouge pour revêtir sa chasuble rouge normalement

préparée à son siège. Le chant du Kyrie terminé, lprêtre chante "Oremus" et

l'oraison. Les "exemples-enregistrements" ci-dessous proviennent tous de la

Basilique N-D de Maastricht (Sanctuaire "Sterre der Zee", 2012, Pays-Bas).

 

I. AD LITURGIAM VERBI :

 

- Isaïe 50, 4-7 : Le Serviteur de Dieu accepte ses souffrances

 

   grego3.gif

Trait de la Messe : "Deus, Deus, meus"

 

- Philippiens 2, 6-11 : Abaissement (kénose) et glorification de Jésus-Christ

 

   grego3.gif

Graduel de la Messe : "Christus factus est"

 

 

La proclamation de la Passion de Notre-Seigneur se déroule sans encens et sans cierges et commence

directement par "Passio Domini Nostri IESU Christi secundum.... " sans salutation ni signe de Croix.

On évitera toute "théâtralisation" de l'Évangile. Le prêtre peut lire/chanter à lui seul l'intégralité de 

la péricope. Après les mots annonçant la mort de Jésus ("emisit spiritum" ou bien "exspiravit"),

on se met à genoux (le temps d'un Pater). Le prêtre termine par le "Verbum Domini" et omet

de baiser l'Évangile. Ensuite, brève homélie OU temps de silence pour enchaîner avec le

chant du Credo (au §34 de la lettre circulaire "De festis paschalibus" (16/01/1988), il est

précisé, contrairement au "Missale Romanum"que l'homélie devra être obligatoire).

 

- ANNÉE A - Matthieu 26, 14 à 27, 66 : La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ 

- ANNÉE B - Marc 14, 1 à 15, 47 : La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ 

- ANNÉE C - Luc 22, 14 à 23, 56 : La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ 

 

 

II. AD LITURGIAM EUCHARISTICAM :

 

    grego3.gif

Offertoire de la Messe : "Improperium exspectavit"

    grego3.gif

Communion de la Messe : "Pater, si non potest"

 

 



 

        

 

Liens : Commentaire de la Parole de Dieu, par la bibliste Marie-Noëlle Thabut (ANNÉE B) + (ANNÉE C)Texte d'un prêtre pour la rentrée dans la Semaine Sainte + Hymne : Christus vincit Hymne : Lauda Jerusalem + Hymne : Vexilla Regis + Hymne pour le Dimanche des Rameaux + Ouvrez-vous, portes de justice (Renouveau) Dernière semaine avant la Passion, par la Mystique Anne-Catherine Emmerich + Le Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur, par l'Abbé Gérard Thieux (ANNEE C) + (ANNEE A) + Homélies du Pape Benoît XVI pour les Rameaux (2006) + (2007) + (2008) + (2009) + (2010) + (2011) + (2012) + Homélie du Pape François pour le Dimanche des Rameaux (2013) + (2014) + Sermon de l'Abbé Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Rameaux 2013) + Commentaires Liturgiques (avant la réforme de Pie XII) + Messe pour le Dimanche des Rameaux (forme extraordinaire) + Propre de la Messe (forme ordinaire) + Oraisons super populum pour la Semaine Sainte (forme ordinaire) + Messages de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II pour la Journée Mondiale de la Jeunesse (1987 à 2005) + Pape Benoît XVI (2006 à 2013) + Pape François (2014 à 2016)

 

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg