Les fidèles traditionalistes légitimement attachés à la forme extraordinaire du rite romain auraient peut-être intérêt à voir les choses avec un certain recul.
En effet : ils se plaignent régulièrement de ce que le Motu proprio Summorum Pontificum n'étant pas - ou très peu - appliqué en France, il est difficile de trouver la forme extraordinaire célébrée dans les églises. Or si l'on regarde les choses avec du recul, on voit qu'il est tout aussi difficile - sinon plus ! - de trouver la forme ordinaire de la Liturgie romaine dans les paroisses.
La conclusion est sans appel : ce dont nos évêques ne veulent pas, ce n'est pas la forme extraordinaire. Ce dont ils ne veulent pas, c'est la Liturgie tout court, quelle que soit sa forme, du moment qu'elle est de l'Eglise.
C'est donc en vain que les fidèles traditionalistes demanderont la forme extraordinaire aux évêques puisque ces derniers, par principe, refusent toute Liturgie célébrée sous une forme reconnue par l'Eglise.
C'est ainsi : nous avons, en France, un épiscopat qui n'accepte que ce qui est antiliturgique, aliturgique et déliturgisé.
Mais ce n'est sûrement pas une raison pour rester là à ne rien faire !
Rappelons ce qu'enseigne l'Eglise, à ce propos, dans l'Instruction Redemptions Sacramentum approuvée par Jean-Paul II :
- « (...) tous les fidèles du Christ disposent du droit de bénéficier d'une véritable Liturgie - et cela vaut tout particulièrement pour la célébration de la sainte Messe - qui soit conforme à ce que l'Eglise a voulu et établi, c'est-à-dire telle qu'elle est prescrite dans les livres liturgiques et dans les autres lois et normes. De même, le peuple catholique a le droit d'obtenir que le Sacrifice de la sainte Messe soit célébré sans subir d'altération d'aucune sorte, en pleine conformité avec la doctrine du Magistère de l'Église (...) » (Cf. n°12) – « (...) Les Évêques, les prêtres et les diacres, dans l'exercice de leur ministère sacré, doivent s'interroger en conscience sur l'authenticité et sur la fidélité des actions qu'ils accomplissent au nom du Christ et de l'Église dans la célébration de la sainte Liturgie. Chaque ministre sacré doit s'interroger, et même sérieusement, sur le point de savoir s'il a respecté les droits des fidèles laïcs, qui, avec confiance, se confient eux-mêmes et confient leurs enfants aux bons soins de leur ministère avec la conviction que tous exercent consciencieusement en faveur des fidèles ces fonctions, que, l'Eglise, par mandat du Christ, a l'intention d'accomplir en célébrant la sainte Liturgie. En effet, il faut que chacun se souvienne toujours qu'il est le serviteur de la sainte Liturgie » (Cf. n°186)

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg