Dès qu’un évêque de la « nouvelle génération » célèbre une messe selon la forme « ordinaire » conforme au missel romain, dès qu’il célèbre selon la forme « extraordinaire », dès qu’il rétablit l’usage du latin et du grégorien... il est critiqué. Critiqué par qui ? Critiqué par celles et ceux qui, infiltrés dans les paroisses, n’y connaissent strictement rien en liturgie mais ont la main mise sur toutes les messes. Critiqué par celles et ceux qui ont fait des célébrations paroissiales leur pré carré. Critiqué par celles et ceux qui se réclament sans arrêt de Vatican II mais n’ont jamais étudié le moindre document conciliaire. Que pourrait-on suggérer à ces évêques qui aimeraient redonner à la liturgie de l’Eglise son vrai visage en corrigeant conformément aux orientations données par le Souverain Pontife les aberrations qui y ont été introduites ?

 

 

 

Qu’on nous permette de leur suggérer en tout premier lieu d’être davantage pédagogues. En effet : les fidèles ont été tellement habitués, durant les 50 dernières années, à participer à des messes paroissiales n’ayant plus qu’un rapport très lointain avec la célébration de la foi, ils ont tellement entendu leurs prêtres leur dire que le latin et le grégorien étaient des « machins » dépassés qui ne correspondent plus à la pastorale actuelle qu’ils sont devenus totalement incapables de comprendre ce qui peut pousser un évêque à réintroduire dans les célébrations liturgique des rites et des chants que d’autres, avant eux, se sont employés à liquider... au nom du Concile ! Il faudrait donc que les évêques sachent en premier lieu expliquer les choses avec un langage clair et des références précises à l’appui. Or, c’est malheureusement ce qu’ils ne font pas. Peut-être parce qu’ils n’ont pas eu eux-mêmes de solide formation liturgique. L’évêque qui aura toutes les chances de remettre de l’ordre dans la liturgie de son diocèse - pour autant qu’il veuille le faire - sans risquer d’être critiqué sera celui qui aura su expliquer les choses et - tout aussi important - qui aura su s’entourer de personnes compétentes capables de mettre en œuvre de façon irréprochable ce qui aura été décidé. Voudra-t-il, par exemple, redonner au chant grégorien la place dans la liturgie qu’a toujours voulu lui réserver l’Eglise ? Très bien. Mais dans ce cas il lui faudra impérativement s’assurer des services d’une schola, pas forcément nombreuse mais qui sait son répertoire et est capable de le chanter de façon à la fois vivante et populaire pour faire sentir aux fidèles dès la première pièce que le grégorien, ce n’est pas ringard. C’est une question d’esprit, après tout. Et il faudra qu’il y ait une cohérence dans ce qu’il mettra en œuvre : si la schola chante bien le grégorien mais que le célébrant culbute sur la moindre oraison, alors il y a fort à parier que l’objectif poursuivi sera en partie manqué. Si dans telle église on prend soin de respecter la liturgie alors que trois paroisses plus loin le célébrant fait n’importe quoi, alors l’objectif poursuivi sera manqué tout autant.

 

Tout ceci demande préparation : préparation matérielle, bien sûr, mais aussi préparation des esprits et des cœurs. Tel est le prix à payer pour qu’une action pastorale en faveur de la liturgie ne soit pas qu’un feu de paille mais s’inscrive dans un projet plus vaste et durable. Ceci s’appelle « pédagogie » : ça consiste à ne pas attendre qu’une action provoque une levée de boucliers pour devoir se justifier. Ça consiste à expliquer d’abord, répondre aux questions ensuite, enfin montrer. Si ces trois étapes ne sont pas respectées, il n’y a aucune chance de réussir quoi que ce soit et l’évêque le plus bienveillant du monde finira pas se décourager et par rejoindre les rangs de ce « magistère déficient » que constitue l’épiscopat français.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg