http://img.over-blog.com/386x281/0/21/41/34/2008/scout.jpgA ce scout trop fier qui ne cessait de maugréer parce que son C. P. lui confiait ce que "monsieur" croyait être les basses besognes, l'aumônier rappela un jour les paroles de la petite Thérèse : « Il faut beaucoup d'humiliation pour faire un peu d'humilité ». L'obéissance, surtout lorsqu'elle est difficile, est une école d'humilité. Tous les religieux le savent. Car c'est l'humilité qui façonne les grandes âmes, qui forge aussi les âmes de chef. […] Non l'obéissance passive ou servile, qui plie par manque de caractère ou crainte du châtiment. Mais l'obéissance intelligente, l'acceptation libre et digne, qui convient à un être raisonnable. L'homme qui sait la nécessité d'une discipline et la valeur d'une hiérarchie, pour que règne le bien commun. L'obéissance à la scoute. Accepte donc avec le sourire les petites injustices éventuelles, inévitables et bien rarement volontaires, de tes supérieurs ! Cela t'évitera à toi-même d'en commettre trop plus tard lorsque tu auras charge d'âmes. Tu découvrira aussi que ce que tu prenais pour des brimades n'était souvent que l'aiguillon nécessaire à ta formation morale. Bienfaisantes "corvées" !

 

 

Tu rêves d'être chef ? Commence donc par obéir ! On n'a jamais vu de bon chef qui n'ait d'abord donné l'exemple d'une soumission joyeuse et pour tout dire chrétienne. La vertu de commandement suppose décidemment la vertu d'obéissance. Si Sainte Jeanne d'Arc commandait si hardiment les hommes de guerre, c'est qu'elle agissait "en nom Dieu" et qu'elle se pliait avant tout à ses "voix" qui n'étaient pas de complaisance : « et pourtant j'aimerais mieux filer auprès de ma mère, car ce n'est pas un état pour lequel je suis faite » , disait-elle. Avant d'obéir à Dieu comme général, elle obéissait à sa mère comme simple paysanne. Saintement. Il est aussi beau de filer de la laine en chantant pour l'amour de Dieu que, pour cet amour, conduire des armées en pleurant. Car sainte Jeanne d'Arc pleurait devant les morts. Obéissance chrétienne est mère de sainteté.... Quant à « ne rien faire à moitié », la petite fille de Dieu appliquera jusqu'au martyr ce rajout terrible de l'arcticle 7. « A la peine » jusqu'au bout.

 

Un chef, une mission, des moyens :

- Un chef : "Messire Dieu premier servi !"

- Une mission : Sauver la France "en grande pitié". 

- Des moyens : "Les hommes d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire."

 

Encore faut-il que chacun obéisse et bataille à son rang, à sa place comme il faut, sans réplique et sans calcul. En cette matière, la défaillance des élites est la plus fatale. Sainte Jeanne la soumise, l'humble bergère, saura leur tenir tête. Car l'obéissance à la chrétienne n'est pas asservissante. Elle n'est pas le respect des fausses vénérations, des grandeurs illusoires. Toujours respectueuse des fonctions et des autorités légitimes, sainte Jeanne oppose à ces fausses valeurs, devant les "grands" de ce monde et ses juges solennels, ce que le poète a nommé "sa magnifique vertu d'insolence", corollaire de sa vertu d'obéissance. La vraie ! Car oui, elle est soumise et veut bien les humiliations pour elle : l'ingratitude, les injures, la prison, le procès, le bûcher... Mais qu'on n'humilie pas son Dieu ! Qu'on ne la force pas à salir son âme ! Oui, elle est soumise au roi, aux princes, à ses juges, au pape, aux cardinaux, archevêques et autres prélats. "Oui, mais Dieu premier servi".

 

Rémi Fontaine, in Le livre d'Hermine

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg