http://img.over-blog.com/177x188/0/21/41/34/liturgie/liturgiebenoitXVI.jpgSur le plan liturgique, la majorité des évêques de France commence sérieusement à perdre la face et à ne plus être crédible. Car enfin quoi ? Voilà plus que 40 ans qu'eux et leurs prédécesseurs nous garantissent qu'ils suivent le Concile, qu'ils veulent le Concile alors que dans le même temps très rares sont ceux qui célèbrent la liturgie que le Concile a voulu. Bien au contraire, tout leur est prétexte pour adapter la liturgie de l'Eglise aux fantaisies du moment et, dans le même temps, encourager leurs prêtres à ne jamais célébrer la messe comme l'Eglise demande qu'elle soit célébrée. On veut bien croire que beaucoup d'évêques ne sont plus maîtres dans leurs diocèses (certains nous l'avouent avec une humilité qui force le respect); ainsi, quand bien même voudraient-ils respecter la liturgie qu'ils ne le pourraient pas tant certains groupes de fidèles bien établis font pression à tous les niveaux, diocésains et paroissiaux, pour empêcher que les livres liturgiques issus de Vatican II - à commencer par le missel romain - soient intelligemment utilisés en vue de réaliser des messes qui ne soient pas autre chose que ce que doit être une messe au sens catholique du terme. Par contre, ce qu'on comprend beaucoup moins - voir pas du tout - c'est cette pastorale mise en oeuvre de façon quasi uniforme et qui consiste à livrer les fidèles aux tics, aux manies, aux futilités, aux enfantillages qui caractérisent les célébrations du dernier curé qui aura été nommé dans un secteur paroissial donné. La messe dominicale se transforme alors un exercice de décérébration: pour garder la foi et éviter de tomber dans la confusion, il faudrait pouvoir être présent tout en se soustrayant à ce qui se dit, se chante et se fait. On avouera que cette capacité de faire abstraction de ce qui se déroule devant soi n'est pas donnée à tout le monde et n'est pas exactement celle qui permet de participer "chrétiennement" à la célébration de l'Eucharistie.

 

Il reste donc que ce sont nos évêques qui portent l'entière responsabilité de cette démolition de la liturgie qui aboutit à ce que de nombreux fidèles, le dimanche venu, préfèrent rester chez eux plutôt que d'aller à l'église pour y subir des messes qui ne sont en rien conformes au missel romain restauré à la suite de Vatican II. Curieusement, la médiocrité liturgique généralisée ne parvient pas pour autant à choquer ceux qui continuent à venir tellement ils trouvent à présent normal, en entrant dans une église, de ne trouver que des célébrations insipides les dimanches ordinaires et kitsch les jours de fête. Une situation bloquée, donc, de part et d'autre. Il serait à souhaiter que nos pasteurs, au lieu de n'avoir que le mot "Concile" à la bouche, prennent le temps de lire, d'étudier, de comprendre et surtout de mettre enfin en oeuvre ce qui est indiqué dans l'Exhortation post-synodale Sacramentum Caritatis. Ce serait, pour une fois, très... "conciliaire".

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg