Voici ce qu'écrivait l'Abbé Delagneau (FSSPX) dans Marchons Droit (n° 128, 4e trimestre 2009) et qui est repris comme un leitmotiv par certains "traditionalistes": « Jamais nous n'accepterons de dire ou d'assister à la messe catholique amputée de tout ce qui déplaît aux protestants. Nous ne pouvons pas accepter que le culte que Notre-Seigneur offre à son Père avec son Eglise soit défiguré pour plaire aux hérétiques. Cette messe nouvelle (celle dite "de Paul VI" - n.d.l.r. -) n'a qu'un droit, celui de disparaître. (...) Jamais nous n'accepterons la liberté religieuse, qui a chassé Notre-Seigneur des constitutions des Etats catholiques. Notre-Seigneur a reçu une dégradation publique, il a été découronné par les autorités de l'Eglise pour plaire au monde. Mais quel mal a-t-il fait? (...) Jamais nous n'accepterons la collégialité qui introduit la démocratie dans l'Eglise. L'autorité des supérieurs vient directement de Dieu et avec elle une vraie responsabilité devant Dieu de ses décisions. Les inférieurs sont consultés, mais n'ont aucun pouvoir de décision. Notre-Seigneur règne, gouverne à travers ces autorités qu'il a investies, et non à travers les inférieurs. (...) »

 

 

Commentaire :

 

1) Exactement comme Martin Luther, l'Abbé Delagneau pense que l'Eglise s'est gravement dévoyée - ce qui revient à douter de la promesse du Christ d'assister son Eglise jusqu'à la fin des temps -; comme Martin Luther, l'Abbé Delagneau entend redonner à l'Eglise l'âme qu'elle aurait perdue...

 

2) Comme chez beaucoup de "réformateurs" autoproclamés, il y a dans les propos de l'Abbé Delagneau un certain nombre de contradictions. La plus flagrante: "l'autorité des supérieurs vient directement de Dieu"... Et quelques lignes auparavant: "jamais nous n'accepterons..." une restauration liturgique pourtant décrétée par ceux qui tiennent leur autorité de Dieu.

commentaires

WalkTsin 27/04/2011 16:03



Cependant quand l'Epouse ne fait pas appel à l'Esprit qui est Dieu entre elle et  le Seigneur qui est Dieu ? L'épouse ne commet elle pas une sorte d'adultère ?


Quand on suit l'argumentation de l'abbé Delagneau, on voit qu'il reprend le magistère catholique, il reste fidèle à l'Eglise, et c'est l'Eglise elle même (sans appeller l'Esprit Saint, qui va
contre celle qui a appellé l'Esprit Saint)



Admin 27/04/2011 17:46






L’Abbé Delagneau ne critique pas la forme mais le fond. Il faut choisir : c’est binaire. Si on est catholique, alors la
Vérité (qui est incarnée dans l’Epouse) ne peut pas être à deux endroits en même temps. Depuis la Pentecôte, l’Esprit de Vérité s’est toujours incarné pleinement et entièrement là où le
Successeur de Pierre est. Hors de cet unique Esprit, pas de Vérité absolue. Si L’Abbé
Delagneau pense que cet Esprit s’est « envolé » à Ecône depuis 40 ans, alors il tombe dans le modernisme. Les Paroles de NSJC sont claires. L’Epouse n’a pas un bras à Ecône, une jambe
chez les protestants et un pied chez les orthodoxes. Son Corps d’Epouse entièrement pure et immaculée dans lequel est conservé précieusement le dépôt inviolé de la foi appartient exclusivement au
Vicaire du Christ. Depuis 2000 ans, il en est la garde face aux hérésies de toutes sortes qui cherchent à pervertir et à violer cette Epouse Immaculée.


 


Ceux et celles qui – à l’exemple des juifs à l’époque de l’Epoux – refusent de reconnaître en l’Epouse-Vierge la seule voie de
Salut possible ne font que recrucifier et déchirer la tunique sans couture du Christ. Les juifs les plus endurcis ont refusé de reconnaître la Vérité de l’Epoux ; aujourd’hui, c’est exactement
identique avec les protestants, les modernistes, les sédévacantistes, etc… qui refusent de reconnaître la Vérité pleine et entière de Son Epouse Immaculée. Le manque de sainteté des catholiques
est bien souvent la cause de ces nombreuses déchirures à travers les siècles. L'orgueil et l'endurcissement des coeurs aussi.


 


Même si les méfaits de ses princes sont énormes (= les Apôtres de Jésus en étaient le signe avec le reniement de Saint Pierre),
l’Epouse-Vérité restera toujours liée d’Amour - jusqu'à la Croix ! - au « doux Christ sur la
terre ». Malgré les imperfections humaines, les péchés, etc... notre Seigneur a donné les clefs du Paradis à celui qui L’a renié trois fois ; malgré les reniements de
certains fidèles, prêtres et évêques, le Christ ne cesse de prier pour que la Foi du Successeur de Pierre ne défaille pas (Luc 22, 32).



WalkTsin 27/04/2011 15:59



Je ne dis pas le contraire, je sais que l'Eglise restera fidèle, car c'est l'épouse du Christ, mais je sais aussi, et je pense que l'abbé Delagneau dans son discours ressent la même chose, que
l'Eglise actuelle, par les (mé)faits de ses princes s'est gravement engagée dans une voie qu'on peut dire bien plus protestante que la réthorique de protestation de Delagneau. Car il ne faut pas
Oublier que comme le dit le DC par l'entrmise de Léon XIII, que soit condamné celui qui dit que l'Eglise est une institution humaine, l'Eglise est divine, mais quand les hommes font prendre l'eau
à la barque de Dieu, qui est divine, ne s'en prennent ils pas à Dieu, et si ils ne sont pas avec eux avec qui sont ils ?


Oui c'est sévère, mais la Charité est sévère, c'est dans ce but, je n'en doute pas une seule petite seconde que vous avez écrit cela, mais je crois que l'abbé Delagneau n'a pas écrit ca dans un
sens d'opposition à Rome, come un Luther, mais comme un catholique profondément romain, ayant une haute estime de la fonction papale, et qui souffre, comme nous de ce qui peut se passer



WalkTsin 27/04/2011 13:52



C'est sévère comme jugement, surtout que votre second point, cela a été pris dans la collégialité, donc suit son raisonnement, secondement que les supperieurs (Pie V au temps de la messe de
trente) avait dit que cette messe était à perpetuité, donc les papes devaient se soumettre à cette théorie, c'est eux qui ont désobéi non ?



Admin 27/04/2011 14:42



Sévère ? Vous avez peut-être raison... mais pour un catholique, une chose est certaine : la Vérité ne se négocie
pas. Les portes de l'Enfer n'atteindront jamais l'Epouse du Seigneur (Mt 16, 18). Penser que Son Epouse aurait été violée dans la pureté de sa foi est une attitude typiquement protestante,
moderniste, progressiste, etc… La Messe de Saint Pie V n'a jamais été interdite. Je suis très loin de nier les graves dérives liturgiques et doctrinales de ces dernières années ainsi que la
persécution exercée contre la Messe de Saint Pie V par certains prêtres et évêques… mais il faut faire la différence entre "les hommes d'Eglise" (qui sont tous pécheurs) et l'Eglise en tant que
telle (qui est déjà sur cette terre l'Epouse immaculée et toute pure du Christ-Epoux). « Afin de
ne nous écarter en rien de la Vérité, nous devons toujours être disposés à croire (…) qu'entre Jésus-Christ, notre Seigneur, qui est l'Époux, et l'Église, qui est son Épouse, il n'y a qu'un même
Esprit qui nous gouverne et nous dirige pour le salut de nos âmes, et que c'est par le même Esprit et le même Seigneur qui donna les dix commandements qu'est dirigée et
gouvernée notre
Mère la Sainte Église » (Ignace de Loyola). Le Christ étant la Vérité en Personne, il ne peut pas nous mentir. Même sous les calamités actuelles, NSJC
prie pour le Pape pour que sa Foi ne défaille pas (Luc, 22, 32).



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg