« Les JMJ de Rio ont été l’occasion de voir un beau moment de partage fraternel. Avec des évêques prêts à suivre aveuglement n’importe quelle mise en scène pour faire « d'jeuns ». Mais quels seront les résultats d’un tel « woostock catho » ? Aujourd’hui, chacun s’évertue à reconnaître que l’Eglise est multiple, colorée, plurielle, variée, polyvalente... et qu’il faut savoir exprimer librement sa foi dans des célébrations faites sur mesure pour tel ou tel catégorie de fidèles. Ainsi, il y a quelques jours, à Mulhouse (Haut-Rhin), les forains ont-ils eu droit à « leur » messe célébrée sur un de « leurs » manèges... Les « charismatiques » aussi ont droit à « leur » messe, tout comme les « Néocat », les « tradis », les « modernos », les... etc.

 

 

 

jmj-rio-2013.jpgDans un tel contexte où l’éclatement des structures est devenu la règle, les fidèles ne sont plus élevés vers le Christ, mais comme des enfants capricieux : on leur donne l’habitude de se servir comme dans un « fast-food », et on livre des célébrations sur mesure comme on livrerait des pizzas à domicile. Avec un peu plus de ceci et un peu moins de cela. On personnalise, on fait du « sur mesure » ; la liturgie, comme la foi, est livrée en kit. D’ailleurs, tous les dimanches, les célébrations sont « sur mesure » : on distingue les « simili formes ordinaires » qui répondent au goût ou au dégoût des fidèles qui la fréquentent encore, et la forme « extraordinaire » qui se veut respectueuse d’une recette ancestrale. Malheureusement, bien souvent on est convaincu par aucune des deux formes : les deux se donnant trop souvent en spectacle ; la forme « ordinaire » au grand jour car on y voit instantanément la médiocrité, et la forme « extraordinaire », qui se veut parfaite pour l’œil, dès lors qu’on en découvre les coulisses. Finalement, aux fidèles qui aimeraient ni plus ni moins que « la » liturgie, on ne donne plus que les miettes qu’ils veulent bien recevoir. Forcément. Car pour avoir la paix et désengorger les églises de fidèles soucieux de liturgie, les évêques jettent quelques graines de satisfaction : vous aurez « votre » liturgie. Ite, missa est !

 

Pourtant, dans tout ce fatras liturgique existe la « vraie forme ordinaire », celle qu’on doit appeler « romaine » dès lors qu’elle est célébrée conformément au missel « romain » reçu de l’Eglise. Missel si rarement respecté au su et au vu de tous, à commencer par nos évêques. Par « forme romaine », il convient de ne pas faire d’amalgame avec la « forme brésilienne » telle que vue ces derniers jours durant les JMJ : un mélange de tout et de n’importe quoi, un peu de « melody bands » genre évangéliques qu’on voit déjà à Notre-Dame de Paris en guise de chorale, un manque de concentration des concélébrants (évêques et prêtres en chasuble qui prennent des photos pendant la messe)... A Rio, on sait que le carnaval se déroule au printemps avec une ferveur populaire et un enthousiasme d’un peuple dont le tempérament a été perceptible durant ces JMJ. Hélas, dans la plupart de nos églises de France, le carnaval est toute l’année, chaque dimanche. Et il commencé bien avant les JMJ 2013 à Rio de Janeiro ! Un curé faisait remarquer qu’ « en France, le prêtre qui accueillera des danseuses aux seins nus ne sera pas inquiété pas son évêque : mais celui qui évincera une « super laïque » désireuse de distribuer la communion sera aussitôt convoqué à l’évêché... ». Exagérait-il en affirmant ça ? Non, si les prêtres qui se battent pour respecter la forme ordinaire (Missel Romain) relataient chacun les réprimandes, provocations ou menaces auxquelles ils doivent faire face, c’est une très grosse partie de l’épiscopat français qui serait décrédibilisé.

 

Il serait bon qu’au cours des dimanches qui viennent, chaque fidèle s’interroge sérieusement lorsqu’il réaffirmera sa foi lors du « Credo » : « Je crois... en l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique » Le « Credo », c’est un chant d’amour adressé à Dieu, au Christ et à l’Eglise telle qu’elle est. Avec un peu de d’intelligence et de foi, il faut accepter que cette Eglise soit universelle et non franco-française et que son unité réside essentiellement dans des célébrations conformes à ce qui a été transmis et revu par les pères de l’Eglise. Etrangement, en restant en Amérique du Sud, on sait trouver des messes en langues vernaculaires très respectueuses du Missel Romain : le fidèle lambda y a ses repères que le fidèle lambada a davantage de mal à trouver... En Afrique, certains pays tel que le Bénin, par exemple, respectent le Missel Romain ; il en est de même en Asie, dans certains pays d'Europe, aux Etats-Unis... Là, on a appris aux fidèles à ne pas chercher le plaisir passager de célébrations intenses sur le plan émotionnel, mais a pratiquer une simple « endurance » liturgique en respectant ce qui existe pour l’ensemble de l’Eglise et ce, à chaque célébration. Là, on est en communion avec l’ensemble de l’Eglise, à travers tous les continents, dans un esprit de louange à Dieu qui a intrinsèquement tous les visages des peuples catholiques de la terre. C’est ça le visage de l’Eglise, la réalité. Une réalité qui, à travers la « forme ordinaire » de la liturgie, dépasse infiniment le ressenti du moment à l'instant même où des sacrements sont donnés, où prêtre meurt tandis que très loin un autre est ordonné, à l’instant même où un enfant est baptisé tandis qu'un fidèle est porté en terre, à l’instant où quelqu’un récite son chapelet tandis qu’une autre personne se confesse, tandis que l’ « Angelus » sonne quelque part dans le monde ou qu’une vieille femme entre dans une chapelle pour y allumer un cierge. Chose étrange à laquelle nous devrions réfléchir : on peut voyager à travers toute la planète, les « McDo » ou les « Coca Cola » restent identiques partout. Il n'en va plus de même pour la messe : il suffit d’aller à l’église du coin, ou à celle d’après, pour se rendre très vite compte qu'il ne faut plus logiquement parler de la liturgie de l’Eglise, mais plutôt des célébrations de chapelles. Ne serait-il pas temps de se rendre compte que les liturgies à la carte ont creusé un fossé de plus en plus profond entre les fidèles et la foi de l’Eglise catholique ? »

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg