En France, les évêques se réclament sans arrêt de Vatican II et vont jusqu'à demander aux fidèles "traditionalistes" d'accepter la liturgie restaurée à la suite de la Constitution Sacrosanctum Concilium (forme dite "ordinaire"). Or, il suffit de voir les photos de messes mises sur les sites internet des diocèses et des paroisses pour constater que très rares sont les évêques qui célèbrent eux-mêmes cette "forme ordinaire". Leurs connaissances au sujet de la liturgie sont généralement si faibles, que dans le meilleur des cas ils ne savent célébrer la liturgie que de façon très approximative quand ce n'est pas de manière ouvertement blasphématoire, c'est-à-dire sans respect pour le Corps et le Sang du Seigneur.

 

 

 

Il est devenu manifeste qu'ils ne respectent plus rien, ni la liturgie, ni le missel, ni les orientations données par le Saint-Père et se plaisent à remplacer la pratique reçue de l'Eglise par des mises en scène favorisant l'autocélébration des communautés devant lesquelles ils cherchent à se donner en spectacle. C'est une constatation que chacun peut facilement faire: il n'y a, chez la majorité des évêques de France, aucune volonté de respecter la liturgie, aucun désir de corriger ce qui devrait l'être, aucune envie de mettre en oeuvre le missel romain "conciliaire", aucune intention de suivre la direction indiquée par le Souverain Pontife, aucune attention portée à la dignité... Dans les paroisses, on ne donne plus aux fidèles que des formes déviées de la liturgie qui, au lieu de célébrer la foi et de développer une authentique vie ecclésiale, créent des confusions, donnent naissance à des chapelles, entravent une authentique vie ecclésiale, multiplient et officialisent des pratiques erronées, blessent les fidèles jusqu'à parfois les convaincre que pour continuer à aimer et à respecter l'Eglise, mieux vaut ne plus aller à messe. En ayant depuis longtemps choisi de ne rien faire pour corriger ce qui doit l'être et en négligeant de donner le bon exemple lorsqu'ils sont à l'autel, nos évêques participent activement à la chute de la pratique dominicale et à la crise des vocations sacerdotales. Car, comme l'a souligné le Cardinal Ratzinger, "la crise de l'Eglise que nous vivons aujourd'hui repose largement sur la désintégration de la liturgie." Or la liturgie se désintègre parce que, tout simplement, de très nombreux pasteurs diocésains veulent qu'elle se désintègre : ne comprenant plus ce qu'elle est et ce qu'elle représente, ils restent sourds aux appels du Successeur de Pierre.

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg