Au mois de mai, l’Eglise se met tout particulièrement à l’écoute de la Mère de Jésus qui, sans se lasser, ne cesse de nous répéter, à nous qui somme ses enfants : « faites ce qu’il vous dira » (Jean 2, 5). Ce sont les dernières paroles de Marie, comme nous les transmet l’Evangile de Jean, l’Apôtre qui, plus que tout autre, a recueilli les secrets de la connaissance et de l’amour que la Sainte Vierge avait sur le Verbe Incarné. « Faites ce qu’il vous dira » est son testament d’amour pour nous. Les nombreuses apparitions mariales tout au long de l’histoire, jusqu’à notre époque, ne sont rien d’autre que la réactualisation de cet appel pressant. Chaque fois que vient à manquer « le vin » et qu’est nécessaire le miracle du Seigneur, qui s’appelle concrètement « conversion de l’humanité », aussitôt se rend présente la Mère qui, comme à Cana de Galilée, intercède auprès de Son Fils, en invitant les serviteurs à faire Sa Volonté.

 

 

 media-144204-2.jpeg

 

C’est avec regret que nous devons dire que les apparitions mariales, bien souvent, sont devenues bien autre chose que ce pour quoi elles ont été données : occasion de disputes sans fin, de difficultés et d’extrémismes, dans un sens ou dans l’autre… Chaque apparition authentique est donnée essentiellement pour demander la conversion au Seigneur : là où Marie est présente, se réalisent les paroles d’Isaïe, appliquées à Jésus : « Tu as multiplié la nation, tu as fait croître sa joie ; ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit à la moisson, comme on exulte au partage du butin » (Isaïe 9, 2). Il serait impensable que la seule action humaine, et à plus forte raison encore l’action diabolique, puisse multiplier la nation et faire croître sa joie en demandant la conversion permanente à Dieu. Les endroits « visités » par Marie conservent une attirance toute particulière, que l’on ne peut exprimer par des paroles, et que l’on ne peut mesurer avec des instruments humains ; mais c’est précisément cette fascination exercée par la présence de Marie qui attire tant de monde, proches et lointains, en leur faisant redécouvrir Jésus. En ces endroits, l’action du Saint-Esprit s’intensifie grâce véritablement à une prière que l’on n’expérimente pas ailleurs. Marie intercède en effet auprès de son Fils, afin que, en manifestant Sa Gloire, la foi en Lui augmente dans le cœur de tous les hommes de bonne volonté. L’amour de Marie est incommensurable, son seul et unique désir est que s’accomplisse la Volonté de son Fils, que chacune de ses Paroles devienne une réalité vécue, sans hésitations, sans revirements, ni même de regrets. Parfois nous sommes assaillis par la tentation de croire que, en suivant l’Evangile à la lettre, nous serons des « ratés », des « oubliés », des « gens mis à l’écart ». En effet, c’est ce que nous sommes pour le « monde », parce que le « monde » est bien loin d’être attiré par le témoignage de vie des serviteurs du Christ qui occupent la dernière place. La pensée mondaine tombe malheureusement dans le piège des premières places, il ne faut pas nous en étonner : Jésus nous a mis en garde à plusieurs reprises contre cette tentation. La Servante du Seigneur , ne l’oublions jamais, se fait d’autant plus présente dans notre vie, que croît en nous le désir de l’humilité, parce que plus nous nous faisons petits, plus se répandra de manière mystérieuse, à partir de notre vie, la gloire de Dieu. C’est comme si on gravait dans ces cœurs, en gros caractères, la parole merveilleuse du psaume qui dit : « Non pas à nous, Yahvé, non pas à nous, mais à ton Nom rapporte la gloire » (Psaume 115 (113 B), 1).

 

Il est beau de relire, dans ce contexte, un passage de la prière que le Pape Benoît XVI a adressée à Marie à son arrivée à Munich en Bavière : « Ton Fils, peu avant l'heure du congé, a dit à ses disciples: "Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous" (Mc 10, 43sq). Toi, à l'heure décisive de ta vie, Tu as dit: "Je suis la servante du Seigneur" (Lc 1, 38) et Tu as vécu toute ton existence comme un service. C'est ce que Tu continues à faire au cours des siècles de l'histoire. De même qu'autrefois, à Cana, Tu as intercédé silencieusement et avec discrétion pour les époux, Tu agis toujours ainsi: Tu te charges de toutes les préoccupations des hommes et Tu les apportes devant le Seigneur, devant ton Fils. Ton pouvoir est la bonté. Ton pouvoir est le service » (Prière du Pape Benoît XVI au pied de la "Mariensäule", Marienplatz, Munich, Samedi 9 septembre 2006). Que Dieu veuille bien que, grâce à la présence de Marie, se multiplie dans le cœur des fidèles, la joie de Lui donner pour toujours toute la gloire et toute la louange.

 

Fides

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg