De quel droit les évêques diocésains encouragent-ils les prêtres (car il s’agit bien d’un encouragement par un silence approbateur) à donner aux fidèles d’autres liturgies que celle que veut leur donner l’Eglise ? C’est une question à laquelle les évêques de France devraient enfin répondre tant les fidèles sont excédés de ne plus trouver dans leurs paroisses que des messes bâclées, que des célébrations sabotées, et tant ils sont lassés d’entendre leurs pasteurs chanter les louanges d’un Concile qu’ils s’emploient à ne surtout pas respecter.

 

 

 

r-nouveau-missel.jpegBeaucoup de prêtres, c’est vrai, croient qu’ils respectent la liturgie « conciliaire » simplement parce qu’à l’autel, ils disent les prières données dans le Missel romain. Mais respecter les prières ne suffit pas à faire une liturgie, au vrai sens du terme. Les oraisons de la Messe n’ont de dimension liturgique et de portée sacramentelle qu’insérées dans un « contexte » très particulier fait de signes, de gestes, de chants, de silences, de déplacements, de tenues vestimentaires... etc. agencés harmonieusement et selon une logique qui reflète l'intelligence de la foi. Or, c’est actuellement ce « contexte » qui fait presque partout défaut. Ce contexte ne s’invente pas : il ne dépend ni du célébrant, ni d’une quelconque « équipe » composée de membres mandatés par l’évêque diocésain. Ce « contexte » se construit à partir des règles données dans la « Présentation générale du Missel romain » (PGMR) laquelle n’est d'ailleurs pas une simple « présentation » comme le laisse entendre le titre en français, mais bien une « Institutio » selon le terme latin, c’est-à-dire une « prescription » qui doit être reçue comme telle. « Règle générale » aurait été un meilleur titre : une règle étant quelque chose que l’on suit dès lors qu’on veut éviter le désordre, l'anarchie. Mais qui, parmi les célébrants qui croient ou prétendent être fidèles à la liturgie voulue par le Concile, a lu la « PGMR » ? Qui en a compris le sens ? Qui s’applique à la suivre ? A voir la tournure que prennent les Messes dans la majorité des paroisses, on peut répondre sans craindre de se tromper : bien peu de prêtres. Trop peu ! Et cette méconnaissance de la « PGMR » largement répandue dans les milieux ecclésiastiques est bien la preuve qu’on a aujourd’hui à tous les échelons des diocèses et des paroisses, des prêtres - évêques y compris - qui non seulement ne connaissent pas ou très mal la liturgie qu’ils sont censés célébrer mais qui, en plus, sont incapables de se rendre compte que leurs célébrations ne sont plus que des caricatures plus ou moins grotesques de la Messe : des caricatures imposant des comportements défavorables à une juste expression et à une bonne transmission de la foi catholique. C’est d’ailleurs la généralisation de ces célébrations caricaturales qui a poussé Mgr Nicola Bux à se demander - selon le titre d’un de ses livres - que faire pour garder la foi quand on va à la Messe. 

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg