Le Cardinal Brandmüller, spécialiste de l’histoire de l’Eglise, s’est exprimé dans le quotidien italien « La Stampa » sur les problèmes posés par la réception du Concile Vatican II et le manque de sens pastoral qui a marqué la mise en œuvre de la réforme liturgique qui en est issue : « Nous devrions avoir une meilleure image d’ensemble des choses », dit-il lorsqu’on lui fait remarquer qu’à l’heure qu’il est, le concile Vatican II n’a toujours pas été vraiment reçu par les fidèles catholiques. Et il ajoute : « Cette impatience est typique de notre époque friande de nouveautés et d’immédiateté. Mais que sont cinquante ans face à un tel évènement ? »

 

 


cardinalbrandmullerLe Cardinal Brandmüller cite alors les conciles de Nicée (325), de Constantinople (381) et de Trente (1546) : des décennies après leur clôture, on débattait toujours des questions qui les avaient occupés. Il précise : « Prenez le Concile de Nicée : les débats autour du dogme défini par ce Concile - à savoir la consubstantialité du Père et du Fils - ont duré plus d’un siècle ! De même, lors de son cinquantième anniversaire, les fruits du Concile de Trente étaient encore bien maigres. Il fallut qu’une nouvelle génération d’évêques et de prêtres grandisse et soit formée dans le véritable esprit de ce Concile pour que celui-ci trouve son plein épanouissement. (...) Il est clair, aujourd’hui, que la réforme liturgique mise en place après le Concile, avec tous ses tâtonnements, ses fausses pistes et ses bouleversements - et, de plus, pas encore totalement mise en œuvre - ne peut être imputée au texte même de la Constitution sur la Liturgie. La disparition très large du latin et du chant grégorien, comme l’apparition quasi systématique des autels face au peuple ne peuvent en aucun cas s’appuyer sur des textes du Concile. De plus, en jetant un coup d’œil en arrière, il apparaît clairement combien on a manqué de sens pastoral et de respect des fidèles dans la mise en œuvre de la réforme liturgique. Cela fait penser à la rage iconoclaste qu’a connue le VIIIe siècle et à ses nombreux excès qui ont blessé tant de croyants dans leur foi. (...) On comprend mieux aujourd’hui que la liturgie est une manifestation essentielle de la vie de l’Eglise, certes soumise à une évolution, historique et organique, mais qui ne saurait être décrétée, comme ce fut le cas, « par ordre du Mufti ». La situation actuelle est une conséquence de cet état de fait. »

 

(Source : Kathnet. Trad. MH/APL)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg