« (…) Le mot "personne" ne peut-être utilisé à tort et à travers, la personne est un être qui parle. Cette dimension éclaire en profondeur la nature de l'homme crée à l'image et à la ressemblance de Dieu. Dieu se révèle par Sa Parole, de même qu'Il crée le monde par Sa Parole - Son Verbe, du latin Verbum qui traduit le mot grec Logos. Non seulement Dieu parle mais Il est Parole. (...) En parlant, il [l'homme] a la capacité originelle de dire le vrai parce qu'il possède un reflet du Verbe Divin, la raison qui lui permet de (...) participer, à la mesure d'un être fini, à la Pensée créatrice. la Vérité est sa vocation naturelle. (...) Dieu est surprenant, car Il est à la fois l’Etre absolu, le terme pour nous le plus abstrait, et Quelqu’un de très concret qui parle familièrement avec les hommes. Ce paradoxe insoutenable aux yeux des philosophes païens est admirablement exprimé dans l’épisode du buisson ardent (Exode 3, 14). (…) La « rupture anthropologique » a pour cause la destruction progressive, depuis la fin du Moyen-Âge, de cette relation fondamentale entre la personne humaine et l’être. « L’homme moderne » s’est émancipé de Dieu pour s’être émancipé de l’être, puis de l’être pour mieux s’émanciper d’un Dieu rendu intolérable par la folle ambition de se substituer à Lui. Avec la thématique incantatoire de l’abolition des frontières, le refus de se soumettre à un ordre ontologique qui précède, l’homme atteint aujourd’hui un seuil critique. La négation de l’être est consommée dans un discours où les distinctions les plus fondamentales (l’homme et l’animal, le masculin et le féminin) est à ce point violentée, les pires inquiétudes sont légitimes. »

 

Extrait d’un article de Florence Eibl (Professeur à l’IPC) - La Nef, Novembre 2009

commentaires

Jérôme 17/02/2011 08:18



Si on prend comme définition pour le mot personne "être qui parle", on entrevoit plus précisément en effet en quoi l'homme peut être à l'image et à la ressemblance de Dieu. 


Alors que dire de l'enfant in utero? Il n'est pas encore un "être qui parle"; et ce jusqu'à quelques mois après sa naissance...Et comment l'appliquer aussi à ceux qui suite à une atteinte
quelconque ne peuvent plus s'exprimer?


La "personne" n'est-elle donc qu'un "être qui parle"? Auquel cas on deviendrait "personne" au cours d'une étape de l'existence humaine, un zénith de la vie...


Ou existe-t-il d'autre termes philosophiques pour aborder l'être humain incluant celui qui n'a pas la parole, mais qui pourtant existe et sera un jour en mesure de la prendre ; ou encore ceux qui
prophétisent par leur vie, l'offrande de leur souffrance...sans parole



Admin 18/02/2011 09:06



L'enfant un utero parle selon sa manière d'être. Je ne pense pas qu'il faille interprèter le mot "parler" par la seule "voix". On peut parler
selon plusieurs modes : gestes, regards, sourires, ressentis, pensées, pure rationnalité, écriture, etc... Le Logos n'est pas seulement "parole" au sens de "voix". Il inclut la totalité de
l'être. La "personne" est créée par Dieu dès la fécondation. Elle est éternelle et aura un choix à faire au cours de son existence : enfer ou paradis (refus de l'Amour du Christ ou pas).



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg