(…) Un important courant critique va se fomenter et éclater ouvertement à l’encontre du magistère suite à la publication de l’Encyclique Humanae Vitae (1968). Beaucoup de chrétiens et de théologiens n’acceptèrent pas la position magistérielle sur la condamnation des moyens de contraception. La déclaration Persona Humana (1975) accentua la virulence de l’opposition par une remise en cause de la nature humaine et de la loi naturelle. Une dernière lettre de Jean-Paul II, Familiaris Consortio (1981) consommera la fracture entre le magistère et ce courant de pensé – que nous qualifierons de « séculier » – par une remise en cause de la compétence du magistère en matière de morale. Ce courant de sécularisation à l’intérieur même de l’Église radicalisera la position de l’écoute du monde encouragé par Vatican II. Séduits par les sciences humaines, les diverses idéologies du moment – comme le marxisme ou le positivisme – et une certaine exégèse, un certain nombre de théologiens et de penseurs chrétiens adhéreront imprudemment et sans réserve aux idées contemporaines. On identifiera l’Église au monde en annulant sa capacité de recul sur ce dernier : l’Église doit être dans le monde et comprise seulement à partir de lui. Dans cette perspective, les valeurs transcendantes de la révélation chrétienne auront tendance à être délaissées ou redéfinies au profit des seules valeurs humaines. Des valeurs comme la charité chrétienne seront redéfinies dans une perspective humaniste : pour être authentique, la charité – désormais plus facilement renommée « générosité » – doit contribuer au progrès social dans un engagement d’ordre politique. L’influence nietzschéenne au sein du christianisme contribuera à introniser un chrétien autonome capable de résoudre ses problèmes sans Dieu. On passe d’un point de vue théocentrique à un point de vue anthropocentrique, pour lequel on prendra soin d’éliminer toutes références à l’autorité, à la Tradition et à la foi, susceptibles de « polluer » une éthique chrétienne se voulant scientifique.

 

(…) En théologie morale, la sécularisation post-conciliaire jouera sur deux points importants. Le premier point d’achoppement sera la critique textuelle des textes sacrés par une exégèse basée sur des critères scientifiques. L’exégèse moderne – particulièrement l’exégèse historico-critique – va traiter les Écritures comme un texte classique. Nous ne contestons pas ici la nécessité de la critique textuelle, c’est un travail vital pour la recherche de la vérité. Mais dans le courant de sécularisation, la critique textuelle s’effectuera avec un arrière fond idéologique et, qui plus est, partira d’un apriori négatif sur le donné de la foi, quand la foi n’est pas purement et simplement mise à l’écart par soucis de vérité scientifique. Tout s’opère dans une lecture horizontale par le critère des seules sciences humaines. Le deuxième point problématique en morale va être la révision du dogme. Les dogmes chrétiens vont subir une réinterprétation idéologique. Ici aussi la démarche pourrait être bonne s’il s’agissait seulement de prendre en considération le contexte historique d’une formulation pour l’appréhender correctement. Mais cette lecture n’est pas exempte de notions idéologiques, l’influence des idées modernes marquent fortement la relecture et écartent des notions métaphysiques importantes, comme la pensée « substantialiste » des Pères de l’Église, avec pour conséquence la perte de la dimension ontologique qui pose la nature de la morale. Ces deux piliers sont importants pour la théologie morale qui se retrouve attaquée par des réinterprétations humanistes au moment où elle cherchait justement à retrouver ses fondements bibliques et ontologiques. La loi naturelle – fragilisée car encore tributaire des fondements nominalistes qu’on lui donne à ce moment là – sera relativisée aux vues des multiples cultures et de leurs évolutions historiques. La casuistique, dont le point de vue est considéré comme trop individuel, sera critiquée pour être remplacé par une dimension politique qui deviendra le critère de réflexion principal en morale (…).

 

 

Lien : Pour lire cet article remarquable dans son intégralité

commentaires

Olivier C 02/04/2013 03:33


Bonjour,


Le lien de l'article source a changé :


http://christus.fr/les-sources-de-la-morale-chretienne-analysees-par-pinckaers/


Auteur de l'article, je travaille au référencement du nouveau site...


Cordialement

Admin 02/04/2013 20:34



Corrigé, merci +



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg