sainte-famille-nazareth.jpgDe Benoît à François, d'un pape à l'autre, l'Eglise mène depuis 2000 ans le combat de l'éducation. « Mère et Maîtresse », elle ne cesse de nous enseigner et de nous guider sur les chemins ardus qui conduisent vers le vrai bonheur: celui d'ici-bas - autant qu'il peut être atteint -, et surtout la joie éternelle. L'éducation a toujours été nécessaire pour faire du petit d'homme, cire encore malléable, un homme accompli. Une bonne culture doit s'ajouter à la nature sous peine de voir les hommes se transformer en bêtes. Il s'agit d'aider les potentialités du nouveau-né à s'épanouir (educere : tirer hors de) en qualités qui feront de lui un homme digne de ce nom, capable de prendre ses responsabilités dans la société, pour son bien et le bien de tous. Eduquer suppose une anthropologie, une vision de ce qu'est l'homme, de sa nature et de sa finalité, des blessures que lui inflige le péché. Aujourd'hui, dans le monde occidental, à l'éducation fondée sur une vision de l'homme chrétienne (au moins d'inspiration), des groupes de pression internationaux, qui ont confisqué les pouvoirs politiques, économiques, médiatiques, tentent de substituer une contre-éducation fondée sur une idéologie relativiste, laïciste et hédoniste. Les idées de liberté et d'égalité, devenues folles, nient toute différenciation naturelle. Cette idéologie se traduit par une contre-morale que les pouvoirs politiques veulent imposer à la société : théorie du genre, déconstruction de la famille, du mariage, de la morale naturelle ... « Le gouvernement s'est engagé à s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités, notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles », a ecrit le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon. Face à cela, les familles chrétiennes doivent se battre pour garder leur liberté et leur identité, contre un totalitarisme de plus en plus affiché. 

 

Il y a un combat à mener au niveau politique et social. Il y a aussi, tout simplement et fondamentalement, un combat pour préserver une saine éducation familiale. La famille est la cellule de base de la société, le lieu d'apprentissage des vertus, de la formation humaine et chrétienne. Dans le sanctuaire familial, petite Eglise domestique, l'enfant reçoit les leçons de vie de ses parents, encore plus par l'exemple que par la parole et les actes. Il acquiert le sens des valeurs, il est formé aux vertus naturelles et apprend à faire attention aux autres, en luttant contre l'égoïsme ancré en chaque être humain depuis le péché originel. Il s'agit de développer en lui les dispositions qui le rendront libre, responsable, maître de soi : notamment le sens du sacrifice et le goût de la vérité. Les parents doivent veiller, au fur et à mesure qu'il grandit, à le former, par le contrôle de ses passions et, en particulier aujourd'hui, par le bon usage des moyens de communication, à la vraie liberté qui est une rude conquête. 

Une éducation naturelle serait vaine si la grâce ne venait guérir et élever la nature. Une famille chrétienne doit vivre sous le regard de Dieu, prier chaque jour ensemble, recevoir les sacrements après s'y être sérieusement préparée, conserver ou retrouver les belles traditions des fêtes chrétiennes. Pourquoi aussi ne pas instituer un temps de lecture de la Parole de Dieu en commun ? La formation chrétienne, par l'apprentissage du catéchisme, est essentielle. Et aussi le développement d'une culture chrétienne par de bons films vus en famille, par les vies de saints, les témoignages, les visites des hauts lieux chrétiens, les temps forts (pèlerinages, séjours en abbayes, retraites ...), et par les discussions autour de la table. Il est vital de préserver des temps de silence, de coupe d'avec le monde extérieur, qui devient de plus en plus envahissant. Il faut veiller à juger les choses selon les critères de la foi chrétienne et non selon ceux du monde. La charité vis-à-vis du prochain doit être concrètement vécue : le sens du service généreux, le pardon demandé et accordé, la correction fraternelle, créent l'ambiance unique des familles vraiment chrétiennes. Elle aide puissamment au progrès de chacun. Les vertus morales, fondamentalement naturelles mais rendues surnaturelles par la grâce, sont parfois trop négligées. 

 

Cette tâche éducative des parents, aidés des formateurs associés (notamment des écoles vraiment libres), est certes difficile aujourd'hui, mais elle est possible et exaltante.  L'enjeu de ce combat éducatif est la liberté des enfants de Dieu pour leur salut. C'est aussi l'ébauche d'une chrétienté nouvelle, où les hommes pourront vivre plus fraternellement et répondre plus facilement à l'appel de Dieu qui les invite au bonheur éternel. 

 

Fr. Dominique-Marie de Saint Laumer, prieur (FSVF)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg