D’un internaute : « Dans ma communauté de paroisse, qui compte 8 clochers, je ne me souviens plus d’avoir entendu qu’il y a des confessions à l’église. Mais aux messes dominicales, tout le monde communie. Ces messes sont très peu fréquentées et il me semble que le célébrant, à lui seul, pourrait assurer la distribution du Corps du Christ. Eh bien non : ce sont maintenant les sacristains et quelques prétentieuses et omniprésentes « mamies bigoudis » en mal de reconnaissance qui font tous les dimanches offices de ministres « extraordinaires » (?) de la communion. Et comme nous sommes en zone rurale et que les gens se connaissent bien, on sait que la plupart de ses « ministres » désignés par notre curé sont divorcés, remariés... etc. Ce qui fait beaucoup jaser. Notre Archevêque, qui dit veiller à ce que la liturgie de l’Eglise soit dignement et respectueusement célébrée, laisse faire... Pouvez-vous rappeler les normes données par l’Eglise pour ce qui concerne la distribution de la communion ? Merci d’avance. »

 

Réponse : l’article 162 de la « Présentation générale du Missel romain » indique que s’il n’y a ni diacre ni autre prêtre présent, et si le nombre de communiants est vraiment élevé, le prêtre célébrant peut faire appel pour l’aider à des ministres extraordinaires. L’Instruction « Redemptionis Sacramentum », au nn. 151 et 158, précise que les ministres extraordinaires de la communion ne sont légitimes qu’en cas de vraie nécessité, c’est-à-dire si le prêtre est empêché de distribuer lui-même le Corps du Christ en raison de son grand âge ou d’une maladie, ou si le nombre de communiants est si élevé que la célébration de la messe serait prolongée de façon déraisonnable. Concrètement : au cours des messes paroissiales, on ne devrait jamais voir de laïcs distribuer la communion...

 

Pro Liturgia

commentaires

FOUSSAT Jean Paul 23/11/2013 17:41


Malheureusement ce n'est pas le cas en paroisse, les laics donnent la communion pour une messe de moins de cent personnes. Si une Hostie tombe par terre, ce n'est pas grave, on la ramassera
aprés!!!  Le relativisme va trés loin, et celui qui fait remarquer ces faits passe pour un ringard.  Comment vivre la charité ensuite? Comment s'étonner devant si peu de respect de la
présence de Jésus, qu'il y ait si peu de vocation, si peu de charité, si peu de Joie et donc si peu de monde dans les assemblées.

Admin 23/11/2013 22:56



S'il y a des abus, n'ayez pas peur de dire les choses bien en face, en rappelant par exemple les grandes vérités de foi (présence réelle, etc)... et en
montrant les directives liturgiques officielles de l'Eglise comme preuves. J'ai conscience que c'est parfois très difficile, surtout si vous êtes dans une paroisse "sinistrée" avec un curé en
mode "flower power". 


 


La charité n'est pas un concept "bisounours" qui consisterait à tout accepter.


A ceux qui vous accuserons de "manquer à la charité", n'ayez pas peur de leur faire


lire l'Encyclique Caritas et Veritate de Benoît XVI (cf : je vous invite
à lire cet article).



Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg