16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 16:27

Pour trois grandes raisons : 1. Durant des années, les évêques ont systématiquement évincé les candidats au sacerdoce qui se montraient trop « romains » et qui, par conséquent, risquaient de remettre en cause les orientations (souvent problématiques) de la pastorale diocésaine ; 2. Les vocations sont étouffées par des « équipes d’animation pastorale » devenues le réceptacle de laïcs qui ne cessent de critiquer et d’entraver les prêtres souhaitant accomplir fidèlement leur mission sacerdotale ; 3. Les jeunes gens équilibrés redoutent la compagnie d’autres candidats à la prêtrise dont l’équilibre psychologique s’avère fragile et qui pensent trouver une réponse à leurs problèmes existentiels d’abord dans des « séminaires-cocons » puis dans une vie sacerdotale réduite à de vagues bons sentiments.

 

De ces trois points, le dernier est sûrement celui dont les évêques devraient s’inquiéter le plus s’ils ne veulent pas que de prochaines ordinations sacerdotales soient à l’origine de drames aussi bien spirituels qu’humains, tant chez ces prêtres eux-mêmes que chez les fidèles qu’il seront amenés à guider.

Partager cet article
Repost0

commentaires