Certains fidèles traditionalistes - pas tous ! - attachés de façon exclusive à la liturgie d'avant le Concile (forme "extraordinaire") ont parfois des attitudes déconcertantes et qui blessent le Successeur de Pierre. Réduisant plus ou moins l'Eglise à leur "clan" :
- ils se disent attachés au pape Benoît XVI mais refusent de lui obéir dès qu'il leur demande d'accepter Vatican II... et la forme "ordinaire" de la liturgie qui en est issue. En cela, ces "traditionalistes" se comportent comme un grand nombre d'évêques français (qu'on pourrait qualifier de "traditionalistes inversés") qui, eux aussi, refusent la forme "ordinaire" de la liturgie romaine. Ou ne l'acceptent que lorsqu'ils peuvent y introduires leurs fantaisies pour la trahir.
- ils se disent attachés à ce qu'ils appellent "la messe de toujours"... mais évitent soigneusement d'étudier les témoignages de l'Histoire de la liturgie qui leur permettraient de constater que la messe qu'il revendiquent n'a ni "toujours" ni partout été célébrée comme ils imaginent.
- utilisant la méthode Coué, ils répètent que la liturgie restaurée à la suite de Vatican II est "défectueuse", ce qui leur évite d'avoir à reconnaître que n'importe quelle liturgie peut devenir "defectueuse" à partir du moment où elle est mise en oeuvre par un clergé... défectueux. Pourquoi ne reconnaissent-ils jamais que les pires saboteurs de la liturgie actuelle ont été, au moment-même où se déroulait le Concile, les prêtres formés à l'ancienne liturgie ? Ne faudra-t-il pas qu'on nous explique un jour ce qui était enseigné dans les séminaires d'avant le Concile et ce qui s'est passé dans la tête des clercs de cette époque qui furent les premiers à obliger de ne plus respecter le missel romain ? 
- ils s'emploient à faire un subtil distingo entre "Magistère" et "Tradition", ce qui leur permet de pouvoir décréter, lorsqu'ils ne veulent pas suivre les enseignements de l'Eglise sur tel ou tel point, que ce qu'enseigne le Magistère trahit la Tradition. Mais se rendent-ils compte qu'affirmer comme ils le font que la Tradition devrait être considérée comme une valeur indépendante planant au-dessus du Magistère, c'est rejoindre les réformateurs des XVè et XVIè siècles qui pensaient pouvoir libérer la Parole de Dieu contenue dans la Bible en la détachant de l'autorité magistérielle ?

 

On voit l'erreur !
- ils s'emploient à ne donner des bons points à Benoît XVI que lorsqu'il nomme des nouveaux évêques favorables à l'ancienne liturgie. Ce qui revient, une fois encore, à faire comme chez les Réformés où ce sont les fidèles membres de la communauté locale qui acceptent ou refusent le pasteur qu'on leur propose.
On trouve donc, chez certains fidèles "traditionalistes", un certain nombre d'attitudes ou de prises de position peu réfléchies qui, en s'ajoutant à la désobéissance endémique de trop de clercs, portent gravement préjudice à l'action que veut mener Benoît XVI pour faire davantage rayonner l'Eglise. On n'aide pas le Successeur de Pierre lorsqu'on s'emploie à lui faire la leçon ou à le critiquer; on ne l'aide pas lorsqu'on s'emploie à attirer les loups dans le troupeau en bêlant plus fort que les autres agneaux.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg