http://img.over-blog.com/203x345/0/21/41/34/liturgie/liturgy.jpg- "Après le concile de nombreux prêtres ont délibérément érigé la désacralisation au niveau d'un programme d'action (...) ils ont rejeté les vêtements sacrés; autant qu'ils l'ont pu, ils ont dépouillé les églises de leurs splendeurs qui rappellent le sacré; et ils ont réduit la liturgie au langage et aux gestes de la vie de tous les jours, par le moyen de salutations, de signes d'amitié et autres éléments." (Cardinal Joseph Ratzinger, Conférence aux évêques Chiliens, Santiago, 13 juillet 1988)

 

- "(...) il semble qu'il soit sorti de l'esprit des créateurs de la liturgie, occupés qu'ils sont de manière toujours plus pressante à réfléchir sur la manière dont on peut présenter la liturgie d'une manière toujours plus attrayante, et plus communicative, en impliquant activement toujours plus de gens, que, en réalité, la liturgie est "faite" pour Dieu et non pour nous-mêmes." (Cardinal Joseph Ratzinger, L'ecclésiologie de la Constitution conciliaire Lumen gentium, Congrès d'études sur le Concile Vatican II, 22-22 février 2000)

 

- "Aujourd'hui, on peut se demander si, après tout, il y a encore un rite latin; la conscience de ce rite n'existe certainement plus guère. Aux yeux de la plupart, la liturgie apparaît plutôt comme une chose à réaliser par chaque communauté, tâche en vue de laquelle les groupes concernés bricolent de semaine en semaine leurs "liturgies" propres avec un zèle aussi admirable que déplacé. Cette rupture dans la conscience liturgique fondamentale me paraît être ce qu'il y a ici de véritablement funeste. Les frontières entre liturgie et réunions estudiantines, entre liturgie et convivialité disparaissent insensiblement; on s'en aperçoit aussi, par exemple, au fait que des prêtres croient, conformément aux usages de la civilité bourgeoise, ne pouvoir communier eux-mêmes qu'après avoir distribué la communion aux autres; au fait qu'ils n'osent plus dire "je vous bénis", rompant ainsi le face à face liturgique fondamental; et encore aux salutations souvent insupportables avec leurs séries de banalités, que certaines communautés attendent pourtant maintenant comme une politesse indispensable, et qui sont devenues ici monnaie courante." (Cardinal Joseph Ratzinger, La célébration de la foi, 1981)

 

- "On a une liturgie dégénérée en "show", où l'on essaie de rendre la religion intéressante à l'aide de bêtises à la mode et de maximes morales aguichantes, avec des succès momentanés dans le groupe des fabricants liturgiques (...)" (Cardinal Joseph Ratzinger, Gedenkschrift für Klaus Gamber, Cologne 1989)

 

- A la question "est-il inconcevable, pour lutter contre cette manie de tout niveler et ce désenchantement [de la liturgie], de remettre en vigueur l'ancien rite? Le Cardinal Ratzinger répond: "Cela seul ne serait pas une solution. (...) Des centres où la liturgie est célébrée sans affectation, mais avec respect et grandeur, attirent, même si l'on ne comprend pas chaque mot. C'est de tels centres, qui peuvent servir de critères, que nous avons besoin." (Cardinal Joseph Ratzinger, Le sel de la terre, Cerf, 1997

 

- "Je suis convaincu que la crise de l'Eglise que nous vivons aujourd'hui repose largement sur la désintégration de la liturgie, qui est parfois même conçue de telle manière (...) que son propos n'est plus du tout de signifier que Dieu existe, qu'Il s'adresse à nous et nous écoute." (Cardinal Joseph Ratzinger, Ma vie mes souvenirs, Fayard 1998)

 

- "Plus récemment, le concile Vatican II exprima le désir que l'observance et le respect dus au culte divin soient de nouveau réformés et adaptés aux nécessités de notre temps. Poussé par ce désir, notre prédécesseur le Souverain Pontife Paul VI approuva en 1970 des livres liturgiques restaurés et partiellement rénovés de l'Église latine; (...) Jean-Paul II reconnut la troisième édition type du Missel romain. Ainsi, les Pontifes romains se sont employés à ce que "cet édifice liturgique, pour ainsi dire, (...) apparaisse de nouveau dans la splendeur de sa dignité et de son harmonie." (Benoît XVI, Motu proprio Summorum pontificum)

 

- "La meilleure garantie pour que le Missel de Paul VI puisse unir les communautés paroissiales et être aimé de leur part est de célébrer avec beaucoup de révérence et en conformité avec les prescriptions; c'est ce qui rend visible la richesse spirituelle et la profondeur théologique de ce Missel." (Benoît XVI, Lettre aux évêques accompagnant le Motu proprio Summorum pontificum)

 

- "(...) le nouveau Missel restera certainement la forme ordinaire du Rite romain, non seulement en raison des normes juridiques, mais aussi à cause de la situation réelle dans lesquelles se trouvent les communautés de fidèles." (Benoît XVI, Lettre aux évêques accompagnant le Motu proprio Summorum pontificum)

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg