- Les offices confiés à des fidèles laïcs ne doivent pas être perçus ou vécus comme « une aspiration indue au ministère ordonné, ou comme une érosion progressive de sa spécificité. »

- « Il n'est pas licite de faire prendre à des fidèles non-ordonnés la dénomination de « pasteur », d’« aumônier », de « chapelain », de « coordinateur », de « modérateur » ou autres dénominations... »

- « Durant la célébration de l’Eucharistie, l’homélie doit être réservée au ministre sacré, prêtre ou diacre. Les fidèles non-ordonnés en sont exclus, même s'ils remplissent le rôle d'« assistants pastoraux » ou de catéchistes, auprès de n'importe quel type de communauté ou de groupe. (...) On ne peut donc admettre l’usage, pratiqué en quelques circonstances, de confier la prédication de l'homélie à des séminaristes, étudiants en théologie non encore ordonnés. L’homélie en effet ne peut être considérée comme un entraînement en vue du ministère futur. »

- « Les fidèles non-ordonnés peuvent remplir des tâches de collaboration effective au ministère pastoral des clercs, (...) restant ferme qu’il s'agit de participatio in exercitio curae pastoralis, et non pas de diriger, coordonner, modérer, gouverner la paroisse ; chose qui (...) ne revient qu'à un prêtre. »

- « C’est le propre du curé que de présider les conseils paroissiaux. Par conséquent les décisions élaborées par un conseil paroissial réuni hors de la présidence du curé, voire contre lui, sont invalides, et donc nulles. »

- Dans la célébration eucharistique, il n’est pas permis aux diacres et aux fidèles non-ordonnés de proférer les oraisons ni toute autre partie réservée au prêtre célébrant - surtout la prière eucharistique avec sa doxologie conclusive -, ni d’exécuter des actions et des gestes (par exemple lever les mains pour dire le « Notre Père ») qui sont propres au célébrant. C’est aussi un grave abus que de permettre à un fidèle non-ordonné d’exercer de fait une quasi « présidence » de l’Eucharistie, en ne laissant au prêtre que le minimum nécessaire pour en garantir la validité.

- « On doit chercher à éviter soigneusement jusqu’à l'apparence de confusion qui peut ressortir des comportements liturgiquement hors-normes. De même qu'on rappelle aux ministres ordonnés l'obligation d'endosser tous les ornements sacrés qui sont prescrits, de même les fidèles non-ordonnés ne peuvent revêtir ce qui ne leur appartient pas en propre. »

- « La discipline sur le ministre extraordinaire de la sainte Communion doit être correctement appliquée pour ne pas provoquer de confusion. Un fidèle non-ordonné, si des motifs de vraie nécessité y invitent, peut être député en qualité de ministre extraordinaire par l’Evêque diocésain, en utilisant la formule de bénédiction liturgique appropriée. (...) Dans des cas exceptionnels et imprévisibles, l’autorisation peut être concédée ad actum par le prêtre qui préside la célébration eucharistique. (...) Une telle charge est supplétive et extraordinaire, et elle doit être exercée selon les normes du droit. Dans ce but il est opportun que l’Evêque diocésain édicte des normes particulières qui, en étroite harmonie avec la législation universelle de l’Eglise, règlent l'exercice de cette charge. » 

- Pour ne pas provoquer de confusions, il faut éviter et faire disparaître plusieurs pratiques, qui se sont répandues depuis quelque temps dans certaines Eglises particulières, comme par exemple : le fait de se communier soi-même comme si l'on était concélébrant ; l’usage habituel de ministres extraordinaires au cours des Messes, en étendant arbitrairement le concept de « nombreuse participation ».

- Les fidèles non-ordonnés ne peuvent guider les funérailles ecclésiastiques que dans le cas d’un vrai manque de ministre ordonné. (...) On ne peut admettre à l’exercice de ces tâches les catholiques qui ne mènent pas une vie digne, qui ne jouissent pas d'une bonne réputation, ou qui se trouvent dans des situations de famille contredisant l'enseignement moral de l'Église. De plus, ils doivent posséder la formation requise pour accomplir convenablement la fonction qui leur sera confiée. (...) Ils devront perfectionner leurs connaissances (...) en prenant grand soin de ce que la doctrine enseignée soit absolument conforme au magistère ecclésial et de ce que le climat en soit vraiment spirituel. »

 

(Source : « Instruction sur quelques questions concernant la collaboration des fidèles laïcs au ministère des prêtres » - août 1997 -.)

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg