On ne sortira pas de la crise de la liturgie - qui est aussi une crise de la foi - tant que les évêques ne seront pas décidés à parler haut et clair pour interdire l’introduction des pratiques (chants mièvres, gestes désordonnés, petites voix de gamines compassées, attitudes relâchées, commentaires creux que personne n'écoute, présence de laïcs qui se donnent à voir ou à entendre dans les sanctuaires, modifications des textes officiels, décors sans valeur...) qui n’ont pas leur place dans les célébrations et pour exiger que toutes les messes paroissiales - toutes ! - soient célébrées dans le strict respect du missel romain. On ne sortira pas de la crise liturgique tant que les évêques eux-mêmes se permettront toutes les fantaisies lorsqu’ils célèbrent et tant qu’ils ne donneront pas l’exemple de messes dignement célébrées, parfaitement préparées, où chacun fait tout ce qu’il a à faire et seulement ce qu’il a à faire, comme il doit le faire et non comme il croit pouvoir le faire. Et sans qu'il soit besoin de leur rappeler ce qu'ils ont à faire et à être au moment-même où se déroule la liturgie. Mais pour ça, il faudrait que les évêques aient une solide formation liturgique. Or ils ne l’ont pas : ils font partie de cette génération de prêtres à laquelle, dans les séminaires diocésains, on a appris à ne pas respecter le missel, à ne pas suivre les instructions venant de Rome, à ne pas s’inspirer de ce qui était traditionnel et cohérent en matière de liturgie, à ne pas conserver le grégorien ou, si l’on ne pouvait pas faire autrement que de le conserver ici ou là, à le chanter exprès mal.

 

Il y a quelques années, le Cardinal Ratzinger se demandait si le rite romain existait encore et il concluait, au vu de la situation, que la « la conscience de ce rite n’existe certainement plus guère. » Dans les paroisses de France, du fait du silence des évêques et des mauvais exemples que donnent plusieurs d’entre eux, il est clair que le rite romain, tel que le conçoit l’Eglise, n’existe plus ; seules subsistent des messes « à la façon romaine », c’est-à-dire des célébrations qui imitent très mal ce qu’est vraiment « la » messe. Les fidèles qui pratiquent par habitude et ne se posent pas de questions s’en contentent ; mais d’autres n’en veulent plus et demandent, même si c’est à travers des formulations maladroites, autre chose que ces rassemblements dominicaux organisés autour de liturgies volontairement et systématiquement déstructurées qui affaiblissent la foi et salissent le visage de l’Eglise.

 

Pro Liturgia

commentaires

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg