espagne *** Mémoire facultative propre à l'Espagne

 

 

 

 

therese-audela

   

Emission RCF (25 min 45), par le père Paul Préaux
(Modérateur Général de la Communauté Saint-Martin)

jeunefille.jpgJe viens, mon Dieu, me prosterner aux pieds de votre Majesté, pour me donner tout à vous. Je vous offre mon cœur ; je vous le donne sans partage, je vous le consacre sans réserve avec toutes ses affections. Ne permettez pas qu’aucune créature le partage avec vous, possédez le vous seul, régnez seul dans mon cœur comme un Roi sur son trône. (...) Ôtez-en mes vices, faites-y régner vos vertus, surtout la chasteté, la pudeur, l’innocence, et la candeur, l’humilité, la modestie, la dévotion, et la ferveur. (...) Je serai, avec le secours de votre grâce que j’implore, chaste dans mes pensées, modérée dans mes désirs, pure dans mes sentiments, modeste dans mes regards, simple dans mes habits, réservée dans mes paroles, prudente dans mes démarches, réglée dans ma conduite. J’éviterai les vains divertissements du monde, les bals, les danses, et les festins. Au lieu de suivre le torrent du mauvais exemple je tâcherai d’en préserver mes compagnes. Au lieu d’aller avec le monde insensé me livrer à ses fausses joies, j’irai dans les églises me prosterner aux pieds des autels, ou dans ma chambre aux pieds du crucifix, gémir sur les désordres qui se commettent dans les assemblées profanes et tumultueuses, où le mélange indécent des deux sexes occasionne tant de désordres. Je ferai tous mes efforts pour réparer tant de crimes qui s’y commettent, en offrant à Dieu la pureté, la sainteté de Jésus et de Marie, en satisfaction de tant d’impuretés, de saletés, d’horreurs, et d’abominations qui se commettent dans ces lieux de débauche où le démon triomphe, où les âmes se corrompent et se perdent.

 

Je renonce aussi aux vaines parures, aux vanités du monde, comme je l’ai promis au baptême. Au lieu d’aimer à voir ce qui pourrait contenter ma curiosité, je détournerai mes regards des personnes et des objets qui pourraient être pour moi un sujet de scandale et une occasion de péché. Je fermerai mes oreilles à la médisance et à tous les discours déshonnêtes. J’aimerai la retraite et la solitude, je n’en sortirai que pour aller à l’église, au travail, et où mon devoir m’appellera. Je mortifierai mon corps par le jeûne et la pénitence pour me préserver des tentations de la chair. Je ne ferai rien par hypocrisie en vue de plaire aux hommes. Loin de vouloir être estimée de mon pasteur et de mon confesseur, j’en souffrirai patiemment le mépris. Au lieu de m’élever au-dessus des autres et de mes compagnes, je m’abaisserai au-dessous de toutes. Je ferai dans le ménage les ouvrages les plus vils, les plus abjects, et les plus difficiles. Loin d’envier et de jalouser les autres, je me réjouirai de leurs avantages et prendrai part à leurs peines. Au lieu d’acheter des habits superflus, j’achèterai de bons livres de piété. Et au lieu d’aller courir çà et là, causer, rire, et badiner, folâtrer, je m’occuperai à faire de saintes lectures et de pieuses méditations, et je mépriserai mon corps, qui n’est que cendre et poussière, et je donnerai tous mes soins pour sanctifier mon âme, qui est créée à l’image de Dieu et rachetée du Sang de Jésus-Christ. Si on profère devant moi quelques paroles déshonnêtes, je les empêcherai si je puis, du moins je les détesterai à cause de l’outrage qu’elles font à Dieu, et j’offrirai pour les réparer les paroles saintes et pures qui sont sorties de la bouche de Jésus et de Marie.

 

Telles sont, ô mon Dieu, les résolutions que je prends aujourd’hui en votre présence. Bénissez-les, Seigneur, ratifiez-les, confirmez-les. Faites-moi la grâce de les exécuter fidèlement dans toutes les circonstances de ma vie jusqu’à l’heure de ma mort. Vierge sainte, je me jette à vos pieds, que j’embrasse avec une humilité profonde et une tendresse filiale. J’ose vous prendre pour ma Mère, daignez me protéger comme votre enfant. Vous êtes le modèle de tous les chrétiens, surtout de notre sexe. Obtenez-moi la grâce d’imiter vos vertus, votre pureté, votre modestie, et votre humilité, votre charité et votre douceur. Je veux faire toutes mes actions pour la gloire de votre cher Fils Jésus-Christ, mon Dieu et mon Sauveur, dans les mêmes vues et les mêmes intentions que vous aviez en faisant les vôtres, pour lui plaire, pour son amour, pour sa gloire et pour la vôtre. Préservez-moi, Vierge sainte, des dangers auxquels les filles sont sujettes dans ce malheureux monde, où il y a tant de libertins, tant d’occasions de péché. Je mets ma chasteté en dépôt entre vos mains, conservez-la ; ne permettez pas que rien puisse ternir et altérer cette précieuse et aimable vertu. Obtenez-moi surtout de passer ma jeunesse dans la piété, l’innocence, sans tomber dans les pièges du démon, et d’éviter toutes les tentations et les écueils auxquels cet âge est sujet plus que tous les autres. Troupe incomparable de vierges, dont la pureté surpasse la blancheur des lys, intercédez toutes pour moi et pour toutes les personnes de mon sexe, afin que nous vous imitions sur la terre et que nous régnions avec vous dans le ciel. Ainsi soit-il.

jeunegarçonMon Dieu, je viens, comme l’enfant prodigue, me prosterner à vos pieds pour pleurer les égarements de ma jeunesse. Je retourne à un Père plein de miséricorde. Je reconnais mes désordres. J’ai péché contre le ciel et contre vous, mon Dieu, mon Père, mon Sauveur. Le nombre de mes péchés surpasse celui des cheveux de ma tête. Mais je quitte dès ce moment tous mes désordres, l’impureté, l’ivrognerie, la débauche. Je me propose d’éviter avec soin la compagnie des libertins, mais aussi les chansons déshonnêtes, les jurements, la colère, les emportements, les disputes et les batailles. En un mot, je renonce à tout péché et à toutes occasions prochaines de péché. Je renonce à tout ce qui vous offense. Je quitte tout ce qui peut vous déplaire pour me donner à vous sans réserve. Oui, mon Dieu, je me consacre à vous sans partage et sans réserve. C’est vous seul que je veux servir, aimer, et bénir. J’offre ma jeunesse à Jésus-Christ pour honorer la sienne, et je vous demande humblement la grâce de la passer dans la piété, la sainteté, sans commettre jamais aucun péché mortel, croissant tous les jours en sagesse, en grâce, et en vertu à mesure que j’avancerai en âge.

 

Car je veux faire dans ma jeunesse provision de bonnes œuvres et de mérites, mortifier mon corps, sanctifier mon âme. Je renonce à tous les vains plaisirs et à tous les divertissements du monde, aux danses, aux bals, aux jeux défendus, et à toutes les joies profanes et criminelles. Je mettrai désormais mon plaisir à servir et à aimer Dieu, à honorer sa sainte mère, à invoquer et à imiter les saints, à fréquenter les églises, à approcher des sacrements, à faire de saintes lectures, à bénir le saint Nom de Dieu en tout temps et en tous lieux. Jamais paroles impures ni jurements ni malédictions ne sortiront plus de ma bouche consacrée par la sainte communion. Si j’en entends proférer par mes compagnons j’en demanderai pardon à Dieu. J’offrirai pour les expier et les réparer les paroles saintes qui sont sorties de la bouche de Jésus et de Marie, et les louanges des anges et des saints. Je veux aimer, honorer mes parents, mes supérieurs, par des motifs de religion, en vue de Dieu et par rapport à Dieu. Je veux m’acquitter de tous mes devoirs, faire mon travail, souffrir les peines de mon état dans l’intention de plaire à Dieu, de procurer la gloire de Dieu et le salut de mon âme.

 

Telles sont, ô mon Dieu, les résolutions que je prends aujourd’hui aux pieds de vos autels. Je vous les offre ; je vous prie de les bénir, de les confirmer, de me donner la grâce de les exécuter fidèlement jusqu’au dernier soupir. Je prie la Sainte Vierge de me prendre sous sa protection. Je prie les anges de me conduire dans la voie du salut et me préserver des pièges et des attaques du démon. J’invoque spécialement Saint Étienne, Saint Laurent, Saint Pierre de Luxembourg, Saint Louis de Gonzague, Saint Stanislas Kosca, et tant d’autres Saints qui se sont sanctifiés dans leur jeunesse. Je les prie de m’obtenir toutes les grâces nécessaires pour éviter tous les dangers et les tentations de la jeunesse et pour pratiquer toutes les vertus et les bonnes œuvres convenables à cet état, surtout la chasteté, et pour conserver ce précieux trésor de la chasteté qui rend l’homme semblable aux anges. (...) Je renonce déjà par avance à toutes pensées impures, à toutes inclinations déréglées qui pourront me survenir dans la suite. Je veux que Jésus et Marie possèdent seuls mon cœur, mon âme, et mon corps, sans partage et sans réserve, pour le temps et l’éternité. Ainsi soit-il.

flags of Germany *** Mémoire facultative propre à l'Allemagne

 

homosexueliaté-peche« L’homosexualité est un désordre : un désordre mental, comportemental, moral, social, un désordre sentimental, un désordre amoureux. L’homosexualité est un mal, un mal social, un mal spirituel, un mal existentiel, et rien ne nous empêchera de le penser et de le dire – comme de penser et dire que deux et deux font quatre. (...) Nous sommes prêts au martyre – c’est-à-dire au témoignage à temps et contretemps. Personne n’ose faire une attaque en règle de l’homosexualité. Personne n’ose aborder le sujet, attaquer la question de front, ni aller au fond des choses. Personne n’ose parler franc. Tout le monde emploie de prudentes circonvolutions pour ne pas choquer le siècle, s’adonne à de pusillanimes tergiversations. Pardon si ces propos choquent. Nous ne voulons blesser personne. Mais il faut couper court à cette pudibonderie ambiante, souvent oppressante et tyrannique, qui règne dès qu’il s’agit de parler de l’homosexualité. Nous savons bien que nous risquons l’opprobre public et médiatique, si ce n’est pénal (quel scandale !). Mais nous ne pouvons nous taire davantage ni jouer plus avant le jeu de cette terreur morale, de cette conspiration du silence. (...) Si condamner une « communauté » dans anyquestionses agissements pervers est une phobie selon le langage psychiatrisant contemporain, alors nous sommes homophobes comme le Christ était pharisianophobe : « race de vipères », « sépulcres blanchis », « hypocrites », tout cela ne vous dit rien ? Comme le Christ était donc méchant. Comme il était phobe. Verrons-nous donc se déchaîner contre nous l’ire des homosexuels (...) parce que l’on attaque frontalement, sincèrement et franchement leur vision du monde ? Une inquisition aurait-elle chassé l’autre ? Nous en voudront-ils, nous tiendront-ils rigueur d’être un brin rentre-dedans, un tant soit peu provocateurs ? Auraient-ils donc le monopole de la provocation, de la désacralisation ? Ces propos seront-ils donc à leur goût sacrilèges, impies, blasphématoires ? Revendiquons-le : nous sommes des mécréants des valeurs contemporaines, des credos relativistes. Va-t-on nous traiter en hérétiques ? Catholiques, n’aurions-nous pas voix au chapitre ? Ce serait le comble, en cette époque de religion de la sacro-sainte tolérance. Le nihilisme éthique supporterait-il tout discours, à l’exception de celui qui le critique ? Nous verrons bien.

 

Extrait d'une tribune libre de Falk van Gaver et de Jacques de Guillebon (NDF) - Source

drapeaupays-bas *** Fête propre pour les Pays-Bas

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Actualité du livre

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg