En ces jours, l’information sensationnelle et bouleversante dans le monde des médias, c’est le scandale de l’Église Catholique concernant la maltraitance des enfants par son clergé. L’attaque par les médias et les journalistes consiste à dépeindre le Pape et l’Eglise Catholique qu’il conduit, comme « l’épicentre de la violence sexuelle sur les jeunes. » Dans ce petit article je tiens à expliquer aux lecteurs ce qui se passe dans le monde aujourd’hui, comment le Pape et l’Eglise sont blâmés et ridiculisés et ce qu’ils font dans le monde actuel. Ceux qui ignorent ce qui se passe de nos jours dans le monde - particulièrement depuis la révolution sexuelle qui s’est installée dans notre société dans les dernières années du deuxième millénaire - pourraient penser que le Pape, le chef de l’Eglise catholique, les évêques et prêtres célibataires proches de lui, sont à blâmer pour tous les scandales sexuels dans le monde et particulièrement ceux de pédophilie.

  

 

 

 

vneeoecc.jpegLa révolution sexuelle qui s’est répandue dans toutes les couches de la société, a perverti et dégradé la dignité humaine en détruisant toutes les formes de valeurs morales et les fondements éthiques de la vie. Tout ce que les gens considéraient comme moralement bon jusque récemment, n’est maintenant plus bon ! Il n’y a pas si longtemps encore, c’était moralement bon pour un jeune homme ou une jeune fille d’être chaste ou vierge, maintenant cela est considéré comme anormal et malsain. De même,  pour les couples mariés, c’était une obligation morale pour un couple de rester fidèle l’un à l’autre dans les liens du mariage, maintenant c’est considéré comme une atteinte à la liberté personnelle. Auparavant, l’avortement était considéré comme un assassinat d’enfant, maintenant, il est approuvé et légalisé partout comme une normalité. Autrefois, l’homosexualité et le lesbianisme étaient qualifiés de perversion, maintenant ce sont des gens normaux dans notre société ! Il y a très peu de temps aussi les personnes âgées étaient respectées, elles recevaient la compassion, l’amour et les soins, mais maintenant la société veut s’en débarrasser par l’euthanasie. C’était normal également que les enfants soient nés après le mariage, mais maintenant la majorité des enfants, particulièrement dans les pays occidentaux, sont nés hors mariage. Le nombre d’hommes et de femmes vivant ensemble avec des relations sexuelles, sans aucune forme de mariage, civil ou religieux, est en augmentation. Il en est de même quant au nombre des unions entre homosexuels ou lesbiennes. La masturbation, le sexe avant le mariage, la fornication, l’adultère, le sexe libre, le concubinage, la prostitution, le divorce, l’avortement, l’homosexualité, l’euthanasie, la pornographie, les boutiques érotiques et de sexe, les hôtels et maisons pour la pédophilie, etc. … sont devenus comme quelque chose de normal et acceptable dans la « société moderne et permissive d’aujourd’hui. »

 

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, quarante deux millions d’avortements sont officiellement signalés chaque année ! Les avortements sont principalement le résultat de vies licencieuses et immorales. Le taux de divorces dans les pays occidentaux est environ de 70%. Depuis ces cinq dernières années, plus de la moitié des enfants nés dans les pays occidentaux, sont nés de mères célibataires. L’industrie pornographique gagne 2.500 euros par seconde en Europe (cf : Pornographie : théorie = pédotrafic : pratique !). A chaque seconde, 28.000 utilisateurs réguliers visitent les sites internet pornographiques. Chaque année l’industrie pornographique gagne plus de 75 milliards d’euros. L’abus sexuel d’enfants, « la pédophilie » est la conséquence « normale » d’une société moralement malade et permissive comme celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui et dans laquelle le « sexe » lui-même en tant que pur instrument de luxure et de plaisir, est anormalement valorisé par les institutions publiques et privées. Selon l’étude du Secrétaire Général de l’ONU sur la violence contre les enfants (2006), 150 millions de filles et 75 millions de garçons de moins de 18 ans sont contraints de subir des rapports sexuels et de la violence sexuelle chaque année et pour la plupart d'entre eux par leurs parents, leurs proches et éducateurs. Environ 10-15% de tous les enfants européens sont victimes de maltraitance. 1,8 millions d'enfants sont contraints à la prostitution et la pornographie, et 1,2 millions d'enfants sont vendus comme esclaves pour le travail des enfants y compris les victimes du tourisme sexuel, spécialement populaire en Europe. Le taux de pédophilie par les homosexuels est plus important  que tout autre dans la société.

 

 

Mai68-6.jpegL'Église catholique est la seule institution, avec le Saint-Père le Pape à sa tête, ses Évêques et prêtres comme ses messagers, qui se bat constamment bec et ongles et sans aucun compromis, contre l'ignominie morale, la dépravation et la dégradation dans la société humaine. Il est certain que le démon de l’immoralité qui pervertit la société humaine essaie de salir le Pape et l’Eglise par la calomnie et la diffamation et ceci afin d’éliminer la voix du Pape et de l’Eglise qui est en réalité la voix du Maître. L’esprit d’antichrist, celui qui détruit l’œuvre du Christ, est actuellement au travail dans le monde. Le Pape actuel, Benoît XVI, comme ses prédécesseurs, a averti, et ceci à maintes reprises, des dangers de l’esprit de modernisme, du sécularisme etdu relativisme. Une façon de pensée antichrétienne grandit de jour en jour dans le monde. Elle consiste à croire que la vie humaine n’est pas sacrée et que par conséquent il n’est pas nécessaire de défendre la vie dans le ventre de la mère ; le mariage n’est pas simplement et intrinsèquement l’union entre un homme et une femme, donc les unions entre personnes de même sexe doivent être considérées comme normales ; Le sexe et la sexualité sont un besoin pour tout homme et chacun devrait être libre de les utiliser comme bon lui semble ;  la religion ne devrait pas dicter ses règles à la conscience humaine, hommes et femmes, etc.  Pour atteindre ces objectifs et d’autres également, la voix de Jésus qui s’exprime dans l’Eglise à travers le Pape et le clergé, doit être réduite au silence ! Tout le monde sait que l’Europe est en train de retirer toute la culture et les racines chrétiennes ! D’où l’attaque actuelle contre l’Eglise et le Pape, campagne habilement et frénétiquement planifiée par Satan afin de diffamer le nom du Pape et celui de l’Eglise dans le monde d’aujourd’hui. Il y a même des appels téléphoniques au Vatican provenant d’Autriche, d’Allemagne, d’Angleterre et d’Irlande, demandant au pape de démissionner. Certains ont même osé réclamer son arrestation ! Ne laissez pas Satan et tous ceux qui sont contaminés par ses tactiques, penser qu’ils peuvent intimider et museler le Pape et l’Eglise. Jusqu’à la fin des temps, le Pape et l’Eglise lutteront contre l’Esprit d’antichrist et l’esprit d’immoralité et la victoire finale sera celle de l’Eglise.

 

 

Demeurant fidèle et authentique à la voix de son maître, l’Eglise, par ses Papes, ses Evêques et ses Prêtres, préconise, propage et favorise la sainteté de vie, particulièrement en ce qui concerne la pureté sexuelle, basant les enseignements sur de solides valeurs morales et éthiques provenant des lois naturelles et divines. Toujours et partout l’Eglise courageusement proclame haut et fort : « La volonté de Dieu pour l’humanité est la sainteté de vie, par conséquent tout être humain doit s’abstenir de toute forme d’immoralité » (I Th 4 : 3). L’esprit que souffle l’Eglise sur ceux qui croient en Jésus Christ est un esprit de sainteté et de pureté, et par conséquent les Chrétiens tout particulièrement sont appelés à la sainteté de vie (I Th 4 : 7-8). Dans ce contexte il est facile de comprendre pourquoi l’esprit d’impureté et d’impiété est en train d’entrer en guerre, comme un lion rugissant, contre l’Eglise et le Vicaire du Christ. Il est temps pour l’Eglise de discerner et connaître les esprits d’impureté et d’antichrist qui infestent l’humanité et d’être équipée pour lutter contre eux avec courage et audace. Il est vrai que l’esprit d’impureté s’est infiltré dans la vie de quelques ecclésiastiques dans l’Eglise Catholique et qu’ils sont maintenant la proie des journalistes et des médias. Les Papes récents étaient conscients de cela, et sans cacher les choses ils ont fait de leur mieux pour corriger, réprimander et même dans une certaine mesure punir ces personnes. Le Pape actuel, Benoit XVI, met toujours en évidence la nécessité d’une culture exempte d’abus sexuel. Même avant de monter à la Papauté, il était déterminé à nettoyer l'Église de « la crasse » (le discours de Ratzinger à Subiaco - Avril 2005). Le Pape Benoît XVI a cherché énergétiquement et efficacement à nettoyer l'Église des diverses tendances et pratiques corrompues qui s’y sont glissées.

 

 

mai68.jpgDans les 50 dernières années, des prêtres ont été accusés pour 3000 cas d'abus d'enfants déclarés, bien qu’ils n’aient pas tous été reconnus coupables et passibles de condamnation. Charles J. Scicluna promoteur de justice de la congrégation pour la doctrine de la foi (qui est comme un procureur général au Vatican, responsable des affaires criminelles) dit que de ces 3000 cas, 60% sont des actes d’éphébophilie, 30% sont des cas de relations hétérosexuelles et seulement 10% sont véritablement des cas de pédophilie ; cela signifie seulement 300 cas sur un  total de 500.000 prêtres dans le monde ce qui fait seulement 0.06 %. (…) Par l'exagération et le mensonge une "panique morale" artificielle est créée, spécialement à l’Occident, sur la pédophilie du clergé catholique. Les politiciens et la presse essaient de ramener l'Église à l'Europe médiévale, à l'époque de la révolution française, afin de la détruire. Selon Jenkins – la force de la propagande ininterrompue sur le problème de la pédophile est l'un des moyens de propagande et de harcèlement utilisé par les politiciens dans leur tentative de briser la puissance de l'Eglise catholique allemande en particulier dans les domaines de l'éducation et des services sociaux. La plupart des cas de pédophilie du clergé datent des années 60 ! (cf : liquider la génération Mai 68 qui a détruit l'Eglise). C'était l’époque où des universités catholiques aux Etats-Unis et en Europe ont développé un enseignement erroné sur la sexualité humaine et la théologie morale. Peut-être que quelques-uns parmi les séminaristes de cette époque ont été influencés par cet enseignement et ont agi de façon indigne. Le Pape Jean-Paul II s’est fermement opposé à cette corruption, annulant l'autorisation d’enseigner de certains enseignants dans les séminaires et les universités. (…) Le Pape Benoît XVI a agi sans aucune tolérance, sans aucun compromis contre tout ce qui a terni l’honneur et la dignité du sacerdoce et l’intégrité des victimes de violence sexuelle. Il a pris des mesures rapides lorsque le problème de pédophilie a commencé à apparaître dans certains diocèses des USA et en Irlande. Dans une des ses lettres à l’Eglise en Irlande, le Pape a appelé « traîtres » ceux qui sont coupables d’abus et a annoncé une inspection rigoureuse dans les diocèses, séminaires et organisations religieuses. Quand il était le Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi, il a inclus ces abus dans la liste des péchés graves et exhorté les Evêques à soumettre ces cas au Vatican.

 

 

A ce stade, nous devrions connaître la signification de l’Eglise. L’Eglise est à la fois humaine et divine. L’Eglise est fondée par Jésus-Christ, le saint et unique Fils de Dieu, sur  le fondement des apôtres qui marchaient avec lui. Grâce à la réception des divers sacrements, l’Esprit Saint garde les membres de l’Eglise comme les concitoyens des Saints (Ep 2 : 19-22). Mais en même temps, les membres de l’Eglise vivent ici sur terre, ils sont de chair et de sang avec toutes leurs faiblesses et fragilités et ils cherchent à être saints avec la grâce reçue dans les sacrements et la prière liturgique. Les membres de l’Eglise sont appelés à être saints, mais aujourd’hui ils se battent et luttent contre Satan, la chair et le monde et sont sur le chemin de la sainteté. Ainsi, l’Eglise sur terre n’est pas la communion des saints mais c’est la communion  de ceux qui sont appelés à être saints et qui deviennent des saints ! Il faut savoir que les prêtres et les ministres de l’Eglise sont également partie intégrante de cette Eglise – la maison de Dieu. Qu’en est-il des 99,4 % de prêtres catholiques qui ne sont pas accusés de scandale sexuel ? Ils sont les témoins de la sainteté de l’Eglise Catholique grâce à la pratique de leur célibat, et les journalistes et médias dans le monde n’ont rien à dire sur eux. La sainteté des prêtres catholiques par la pratique du célibat est l’axe et l’épicentre pour toute l’humanité pour recevoir la puissance et la grâce de vivre une vie moralement bonne ; et c’est là la force de l’Eglise Catholique. Il y a une histoire qui raconte qu’une fois une petite statue est tombée du dôme d’une grande cathédrale et les journalistes ont pris des photos et fait des reportages sur ce sujet et ont mis des informations sensationnelles dans tous les journaux, magazines, télés, etc.  Ils en parlent avec une profonde tristesse, mais ont oublié de dire que 999 belles et grandes statues étaient encore debout sur la même coupole ! Les prêtres catholiques qui vivent une vie sainte par la pratique du célibat connaissent la puissance de celui-ci et ils la font rayonner sur ceux parmi lesquels ils travaillent les amenant à la sainteté de vie.

 

 

crsss.jpg(…) Il est dommage que les autres confessions du christianisme qui ont enlevé la vérité de l'Eglise, qui est colonne et support de la vérité et se sont séparés de l'Eglise Mère pour leurs propres intérêts égoïstes, sont maintenant en train de condamner les fautes de l'Église Catholique avec une attitude non chrétienne. Déjà nous avons vu qu'il y a plus de pédophiles et  abus sexuels dans ces églises que dans l'Église Catholique. Et ils disent que tout cela est à cause du célibat des prêtres dans l'Eglise Catholique. Des millions et des millions d'enfants maltraités dans le monde ne sont pas abusés par des prêtres catholiques, mais par des gens mariés, et même par leurs propres parents. Il faut savoir que de nombreux pasteurs de ces églises ont divorcé de leurs épouses, ils ont officiellement légalisé l'avortement, le divorce et les unions homosexuelles. Qu'est-ce à dire ! Ils n'ont pas seulement des femmes prêtres, mais ils ont des prêtres et des évêques lesbiennes. Ce sont eux qui tentent d'enlever l'écharde dans les yeux de l'Eglise catholique oubliant la poutre qui se trouve dans leurs propres yeux. Aujourd'hui, le Christ interroge la conscience de ceux qui accusent l'Eglise catholique : « Que celui d'entre vous qui est sans péché Soit le premier à lui jeter la première pierre » (Jn 8: 7). Pendant ce temps de purification, l'Eglise doit être consciente de ce que dit la Bible : « Soyez sobres et veillez. Votre adversaire le diable, comme un  lion rugissant, rôde cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi, sachant que c’est le même genre de souffrance que subit la communauté des frères, répandue dans le monde » (I P 5: 8-9). « Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes.» (Ep 6: 12). Mais elle ne craint pas les agressions de l'ennemi parce que Jésus le Seigneur et Chef de l'Eglise est là pour se battre avec elle. La promesse que Jésus avait faite au premier Pape Pierre, reste toujours valable et la même pour le Pape aujourd'hui, « Eh bien ! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans le cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié » (Mt 16, 18-19). Jésus a fondé l'Eglise Catholique, avec le Pape à sa tête, et lui a donné les clefs du royaume de Dieu, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. Quand les soldats ont crucifié Jésus, ils ont pensé que Son histoire était terminée, mais ce n'était seulement que le commencement de l'histoire.

 

 

L'humiliation dans laquelle l'Eglise Catholique a été traînée par le mensonge et la calomnie des journalistes et des médias dans le monde se terminera bientôt, la véritable Eglise du Christ, l'Eglise Catholique, va triompher à nouveau comme la lumière du monde pour répandre la lumière et la grâce sur tous ceux qui vivent dans l'ombre du péché et les ténèbres, spécialement dans les péchés d'immoralité, de sorte que les êtres humains créés à l'image et à la ressemblance de Dieu qui est sainteté et bonté, puissent à nouveau briller par une vie sainte grâce aux enseignements de la Bible et de l'Église.

 

Extrait d’un article du Père James Manjackal M.S.F.S. Munich le 6 Avril 2010

http://img.over-blog.com/570x549/0/21/41/34/2010/meprisdumonde-copie-1.jpgO vanité étonnante ! ô lamentable amour des richesses ! A venin amer ! Pourquoi infectes-tu tant d'âmes, en rendant cher ce qui passe plus vite que la flamme d'un feu d'étoupe ? Homme misérable; réfléchis donc; la mort arrête tous les humains. Qu'est-il dès le principe, celui qui ne connaît pas encore le trépas ? La créature ignore quand viendra le moment de sa fin; celui qui vit aujourd'hui sera peut-être livré demain à la pourriture. J'admire que, pensant à la mort, on puisse se réjouir; le genre humain est tellement livré à la mort, qu'il ne sait quel chemin chacun suit après son départ; aussi un gagé tient à son propre sujet ce langage. Quand je pense à la mort, je suis triste et je pleure; il est certain que je mourrai, j'en ignore le jour; ce qui m'échappe aussi, c'est le choeur auquel je serai uni; je supplie le Seigneur de me placer dans la société des saints. Pourquoi le monde combat-il sous l'étendard de la vaine gloire ? Sa prospérité passe bien vite, sa puissance se brise aussi rapidement que l'oeuvre du potier, que le vase fait d'une argile fragile. Ayez plus de confiance dans les lettres tracées sur la vitre qu'à l'apparence trompeuse de ce monde malheureux; ses récompenses ne satisfont jamais, il n'a de la vertu que l’apparence, jamais il n'eut un jour qui pût inspirer la confiance. Mieux vaut croire là hommes véridiques que se fier aux prospérités misérables de ce monde, à ses songes vains et à ses vanités, à ses goûts trompeurs et à ses voluptés. Dites-moi, où est Salomon, autrefois si brillant ? Que sont devenus Samson, ce chef invincible, le bel Abraham, au visage éclatant de beauté, et le doux Jonathas, autrefois si amiable ? Où s'en sont allés César, si élevé en pouvoir, le riche fameux, avec ses splendides festins, Tullius, avec son éloquence, Aristote, avec son puissant génie ? Toutes ces illustrations, toutes ces grandeurs, tous ces chefs, tous ces empires célèbres, tous ces princes, toute cette puissance, tout est tombé en un clin-d'oeil. Quelle fête rapide que cette gloire du monde ! les joies sont comme l'ombre de l'homme, elles dérobent toujours les récompenses éternelles et jettent les humains dans les plus durs écarts. Nature de vices ! ô tas de poussière ! ô vaine rosée, pourquoi t'élever ainsi ! Tu ne sais si demain tu seras en vie ? Fais du bien à tous, tant que tu le pourras. Cette gloire de la chair, si fort estimée, les saintes Ecritures l'appellent la fleur de l'herbe; c'est une feuille légère qu'enlève le vent. Voilà comment la vie de l'homme est arrachée à la lumière. N'appelez pas vôtre ce que vous pouvez perdre; ce que le monde vous donne, il entend le ravir; pensez aux biens d'en haut, que votre coeur soit dans le ciel, heureux qui a pu mépriser le monde. Homme, dis-moi pourquoi tu abuses de la grâce du discernement, pourquoi tu abandonnes te chemin de la vie, et tu diriges tes pas vers les supplices ? Au salut tu préfères l'oisiveté, et ce qui est vil à ce qui est précieux. La crainte du châtiment ne t'émeut jamais; l'espoir du salut ne t'ébranle point, ne te porte point à la recherche des joies suprêmes. Dis-moi, ô homme, pourquoi tu abuses du don de discrétion ? Considère ce que vaut la gloire du monde que tu embrasses avec tant d'ardeur, bien des indices te montrent que tu te trompes à plaisir ; tu te mets à la poursuite d'un monde qui te fuit, il tombe, tu tombes avec lui; tu poursuis des choses qui passent. Voilà comment l'oreille bouchée, tu passes outre les dons qui restent. Homme, dis-moi pourquoi tu abuses du don du discernement ? Certainement, tu n'es point excusable pour faire comme si tu ne savais point cela, car si tu t'échappes par ce moyen, il te reste ta conscience qui ne tait point les choses secrètes; et tu ne pourras éviter le jugement de Dieu; et si tu es convaincu, ta sentence de mort est assurée. Dis-moi, ô homme, pourquoi tu abuses du don de discernement ? Ne compte point sur le pardon, si ta pénitence est tardive. Le jour est arrêté, si tu ne le préviens par des oeuvres, si tu ne purifies tes souillures, la misère fondra sur toi, sans nulle miséricorde, et tu seras à jamais avec les réprouvés. Dis-moi, ô homme, pourquoi tu abuses du don de discernement ? Considère donc, que lorsque tu paraîtras en présence du juge, il te traitera selon tes oeuvres. Que tes vices ne te fassent point perdre la glorieuse patrie. Si tu te présentes sans tache, tu auras part aux joies éternelles avec les justes. Dis-moi, ô homme, pourquoi tu abuses du don de discernement ? O longanimité et trop longue patience du Christ ! ô surprenante bonté et miséricorde excessive ! ô endurcissement du coeur, et vol rapide de la mort ! Pourquoi diffères-tu, pourquoi ne réfléchis-tu pas ! Examine donc, quelle est la brièveté de la vie, quel fut notre premier état. Vanité des vanités, ô soucis abondants, pourquoi ambitionner les dignités, pourquoi entasser les trésors ? Où aboutit cet amas; de quoi sert la cupidité ? si le dehors du sépulcre est éclatant de blancheur, le dedans n'est que pourriture. Méditez et considérez ce que nous fûmes d'abord. Combien cruelle est la mort, et combien grand l'effroi qu'elle cause ! lorsqu'elle sépare de tout, de quoi servent la joie et les plaisirs ? Que demandes-tu maintenant en retour de la vie ? O cruel souvenir ! que la méditation examine quel fut notre premier état. O esclave, que penses-tu quand tu comparais au tribunal ! ô puissante et cruelle accusation de l'ennemi ! ô douleur et confusion ! ô horreur et ténèbres ! ô éternité des châtiments ! ô incendies dévorants ! que notre méditation examine ce que nous fûmes d'abord. O homme, pourquoi ne te hâtes-tu point d'obtenir le séjour de l'immuable félicité, le séjour d'où la terreur est bannie, où règne l'éternelle allégresse, où se trouvent les saints dans une félicité parfaite et dans la vision de Dieu. que notre méditation examine ce que nous fûmes d'abord. O homme, puisque tu n'es que terre et que boue infecte, pourquoi t'élèves-tu ? Vois ce que tu es, ce que tu seras. Aujourd'hui fleur, et demain cendre. L'âme en croissant, ou plutôt en décroissant, l'entraîne vers le néant. Pareille à l'ombre qui décline, la vie s'élève, se hâte et s'éteint derrière le trépas. Homme, ton nom vient d'humus; tu passes vite parce que tu ressembles à la fumée. Jamais tu ne gardes le même état dans le mouvement de la vie qui coule et l'entraîne. O triste sort ! ô dure destinée ! ô loi cruelle, que la nature a portée sur de pauvres malheureux ! Naissant dans le chagrin, tu traînes, ô homme, la vie avec fatigue, et tu meurs dans la crainte. Aussi, puisque tu connais ta condition, pourquoi poursuis-tu les voluptés charnelles ? Souviens-toi que tu mourras et que, après ton trépas, tu récolteras ce que tu auras semé. Tu foules la terre, tu portes la terre, et tu retourneras au sein de la terre, dont tu as été tiré. Regarde ce que tu es et ce que tu seras; fleur aujourd'hui, demain tu seras cendre et poussière.

En ce mois de juin, l’amour du Sacré-Cœur de Jésus est particulièrement vif dans nos églises, ce mois étant dédié à cette grande dévotion. En regardant le Cœur du Christ nous rencontrons immédiatement à côté de Lui (ou même à l’intérieur), le Cœur de Marie qui bat à l’unisson avec celui de son Fils. Le sang qui coule du Cœur de Jésus a été entièrement pris du sang de Marie, les fibres de ce Cœur Immaculé ont nourri la Sainte Humanité du Christ, qui dans son Cœur, a une importance particulière. C’est pourquoi le Cœur de cette Mère est au Ciel avec son Fils ; il est l’unique Cœur que le Christ a porté avec soi : l’unique parce qu’il n’y en a qu’un ! 

 

 

 

On oublie parfois que Marie est montée au Ciel avec son âme et son corps. C’est un dogme de foi, proclamé par Pie XII le 1er novembre 1950. Ainsi le Cœur de chair de la Vierge Mère est au ciel, entièrement transfiguré à la ressemblance de celui de son Fils. Lui sur terre a pris ses traits humains, Elle au Ciel a reçu de son Fils les traits de gloire qui sont typiques de Lui : comme Lui, Elle est au ciel avec son corps ! Dans le calendrier liturgique, la mémoire du Cœur Immaculé de Marie suit la Solennité du Très Saint Cœur de Jésus. Un Cœur qui appelle l’autre, un Cœur qui suit l’autre. Il est beau de contempler le mystère de Marie dans le mystère du Fils et vice-versa ; de cette façon, la dévotion mariale n’est pas perçue comme quelque chose à part, mais est vécue comme une partie intégrante de l’amour de Jésus qui sur la Croix nous l’a donnée comme notre Mère. Les nombreux enseignements de Jean-Paul II, dans les longues années de son Pontificat, nous ont conduit beaucoup plus loin sur ce chemin, dans le sillon du Concile Œcuménique Vatican II. Justement le « Totus tuus » du Serviteur de Dieu - comme le rappelait le Pape Benoît XVI à une année de la mort de Jean-Paul II - « résume bien cette expérience spirituelle et mystique, dans une vie entièrement orientée vers le Christ par l’intermédiaire de Marie : « Ad Iesum per Mariam » (Homélie du 3 avril 2006). Cette orientation vers le Christ par Marie permet au chrétien de pouvoir vivre pleinement son rapport avec l’Eglise, laquelle est Corps mystique du Christ et aussi, par conséquent, fille de Marie. Le titre de « Mère de l’Eglise » proclamé par Paul VI éclaire d’avantage ce mystère de grâce. Retrouvons dans ce contexte nous les paroles prononcées par le Souverain Pontife Benoît XVI, lors de la Solennité de l’Immaculée Conception de Marie. Le Pape, contemplant le mystère de Marie dans le mystère du Christ et de l’Eglise, affirmait : « la Mère de la Tête est aussi la Mère de toute l’Eglise ; elle est, pour ainsi dire, totalement expropriée d’elle-même : elle s’est donnée entièrement au Christ et avec Lui elle s’est donnée à nous tous. En effet, plus la personne humaine se donne, plus elle se trouve elle-même. Le Concile voulait nous dire cela : Marie est tellement unie au grand mystère de l’Eglise qu’elle et l’Eglise sont inséparables, comme elle est inséparable du Christ » (Homélie du 8 décembre 2005). Ainsi, à l’école des Souverains Pontifes, il nous est rappelé qu’aimer le Christ, Marie et l’Eglise est pour le chrétien un amour indissociable, qui vit et se développe dans la Vérité de l’Evangile, dans la vie sacramentelle, dans la vie de prière, et dans la charité fraternelle !

 

Fides

• TEXTES LITURGIQUES (S. IUSTINI, MARTYRIS)

 

- 1 Corinthiens 1, 18-25 : Nous prêchons un Christ crucifié

- Psaume 34, 3 : Je veux bénir le Seigneur en tout temps

- Matthieu 5, 13-19 : Soyez le sel de la terre et la lumière du monde

 

 

 

 

 

 

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Dossiers / Synthèses

 


 

http://img.over-blog.com/600x408/0/21/41/34/2010/hippycatholicism-copie-1.jpg

 


 

 


 

 


 

Actualité du livre

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg