En Autriche, en Allemagne, en Irlande, en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, et maintenant en France et même en Slovaquie, le catholicisme est défié de l’intérieur par des « agités », des simples croyants qui, avec le soutien des quelques prêtres, veulent demander à l’Eglise de s’engager dans un certain nombre de réformes. Ils souhaitent lancer un vaste mouvement de désobéissance qui n’est en fait que l’amplification d’une insoumission rampante dont l’initiative est à attribuer au clergé post-soixante-huitard.




Ce que veulent ces « agités », c’est - entre autres choses - la transformation du sacerdoce ministériel en une charge tirant sa légitimité du consensus d’une communauté locale ; ce qu’ils veulent - et qui se pratique déjà - c’est l’abandon des règles liturgiques et le droit de donner la Communion à toute personne qui la demande. Leur combat est toujours le même : il est dirigé contre le Vatican considéré comme le bastion d’un obscurantisme qui refermerait l’Eglise sur elle-même au lieu de l’ouvrir aux hommes. C’est-à-dire l’ouvrir aux sociétés (dont tout le monde sait qu’elles se portent très bien) et aux modes éphémères. Bref, ils veulent une Eglise ectoplasmique pour une foi mollassonne. Mais ce qui est alarmant, c’est de constater, en discutant avec des fidèles « ordinaires » de nos paroisses, que beaucoup ne seraient pas opposés à de tels changements. Il est vrai que depuis des années, une majorité de fidèles a perdu leurs repères suite au lavages de cerveaux insidieux que leur ont fait perdre certains clercs qui enseignaient que le prêtre est un homme comme un autre, que la messe n’est qu’un repas, que le « peuple de Dieu » devait imaginer une « Eglise autre », que le rôle d’un père-évêque était uniquement d’ « être à l’écoute », que la constitution d’ « équipes d’animation pastorale » était un réel progrès... etc. Ainsi, l’agitation des clercs opposés aux enseignements magistériels tombe-t-elle aujourd’hui dans un terreau paroissial et diocésain préparé de longue date pour inciter les simples fidèles à critiquer systématiquement ce qu’enseigne le Successeur de Pierre. On voit déjà, à la manière dont ils prennent des libertés avec la liturgie, que beaucoup de clercs n’entretiennent plus avec l’Eglise catholique qu’une unité de façade. Les fidèles ne devraient-ils pas s’en inquiéter et réagir ? 

 

Pro Liturgia

R. Face adorable de Jésus (4 fois)

 

 

1. Ô visage de l’Agneau, ô Cœur ouvert, ô ma blessure

Ô ma source et mon bonheur, ô visage de l’Agneau

 

2. Ô visage de l’Amour, ô cœur meurtri, ma guérison

Ô chair de Dieu immaculé, ô visage de l’Amour.

 

 

© Communauté du Lion de Juda et de l’Agneau Immolé (1984)

« Les jeunes filles sont l'image précieuse de notre mère lorsqu'elle avait notre âge. Petites ou grandes, blondes ou brunes, elles sont claires, nettes et saines, et Dieu lui-même doit sourire lorsqu'Il les voit passer. Plus tard seulement, lorsque tu seras plus mûri, tu découvriras parmi elles, ta femme de demain. Aujourd'hui, considère-les tout simplement comme de franches compagnes. Une éducation faussée nous a trop souvent appris à ne voir dans la femme qu'une occasion de péché, au lieu d'y déceler une source de richesses. Mais sœurs, cousines, amies, camarades ou cheftaines, les jeunes filles sont les compagnes de notre vie, puisque dans notre monde chrétien nous vivons, côte à côte, sur le même palier. Sans doute la camaraderie entre garçons et filles est chose infiniment délicate, qu'il faut mener avec prudence et régler chacun pour soi à sa propre mesure. Mais c'est un manque à gagner certain que de négliger ce don de Dieu que sont les vraies jeunes filles. […] Leur grâce nous allège et rétablit l'équilibre. Nous sommes trop cérébraux. Les jeunes filles comprennent d'un seul coup avec leur cœur ce que nous disséquons péniblement avec notre raison. Leur présence est un apaisement. Elles sont un sourire et une douceur dans notre cercle de luttes.

 

Mon Dieu, faites que nos sœurs les jeunes filles soient harmonieuses de corps, souriantes et habillées avec goût. Faites qu'elles soient saines et d'âme transparente. Qu'elles soient la pureté et la grâce de nos vies rudes. Qu'elles soient avec nous, simples, maternelles, sans détours ni coquetterie. Faites qu'aucun mal ne se glisse entre nous. Et que, garçons et filles, nous soyons, les uns pour les autres une source, non de fautes, mais d'enrichissement ».

 

Guy de Larigaudie - Etoile au grand large

« Que les bannières de Chrétienté, étendards scouts et baussants portés par des milliers de jeunes viennent s'incliner samedi en la cathédrale de Senlis ! Que la jeunesse de France vienne témoigner à Senlis de cette vie chrétienne, cet idéal scout et cet élan français qui animait Anne-Lorraine ! Que la France entière voie Anne-Lorraine accompagnée dans sa dernière messe terrestre par des milliers de ses enfants, fiers de leurs racines chrétiennes ! Que notre jeunesse montre ce qu'elle est ! A genoux sur le sol français, qu'elle prie pour le repos d'une d'entre elle pour que sa mort serve à la résurrection de notre pays qu'elle aimait tant ! Que cette même jeunesse se remette ensuite debout et œuvre à établir le Règne du Christ dans toute sa vie et dans notre beau pays, relevant fièrement le défi lancé par Jean-Paul II : "si vous devenez ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde" ! Jeunes de France, rendez-vous à la cathédrale de Senlis samedi à 14h00 car nous « Sommes la jeunesse de Dieu ! La jeunesse de la fidélité ! ».

 
 
 
 

Anne-Lorraine, [Page spéciale sur le Salon Beige] aînée de 5 enfants, était partie rejoindre les siens pour vivre, en famille, la Messe, dimanche 25 novembre. Elle ne savait pas qu'était venue l'Heure pour elle, d'être intimement unie à Jésus dans sa Passion et sa Gloire. Elle était toujours prête, car prête au quotidien, dans son travail, ses études, ses relations avec les autres, son service de Cheftaine. Elle devait se retrouver avec d'autres journalistes lundi 26 novembre, avec un Evêque, pour réfléchir comment être et vivre mieux comme catholique dans son métier. Elle s'est trouvée seule, comme Jésus, vulnérable à la Croix. Seule sur son Chemin de Croix. Non, pas seule : la Vierge Marie était auprès d'elle. Vulnérable, mais remplie de la liberté intérieure, de la force que Dieu donne à ses amis, quand l'Heure vient. "Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ?" demande Jésus à ses Apôtres. Non, sur nos propres forces, nous ne le pouvons pas.

Seule face à la haine ! Brusquement, sauvagement, Le Mal s'est alors déchaîné contre elle. "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, craignez plutôt ceux qui tuent l'âme", dit Jésus. Anne-Lorraine est étroitement unie à Jésus, dans sa Passion. Une attaque frontale du démon en face d'une petite reine : son agresseur ne supportait pas la Lumière qui brillait sur son visage, celle de la Gloire de Dieu qui s'ouvrait à elle et pour elle, allait l'envelopper et la ravir aux siens, comme en 1902, une adolescente de 12 ans, Maria Goretti, son corps transpercé de coups de couteau. Le corps d'Anne-Lorraine, cette petite reine, ressemble tellement au Corps de Jésus : il n'est que plaies et sang qui coule. Du sang innocent ! Elle a gardé son cœur de reine pour la Reine des martyrs. Son cœur et son corps, pour le Roi des Rois. Elle n'a pas voulu trahir cette amitié avec son Roi en cette Solennité du Christ-Roi de l'Univers. La voilà maintenant invité aux Noces de l'Agneau. Elle a lavé son vêtement blanc, lui donnant de l'éclat et un jaillissement, dans le sang du martyre. Du martyre de la pureté.


Du sang innocent versé, par une jeune de 23 ans, pour sa génération. L'offrande d'une vie pour réveiller et susciter une génération de saints, de martyrs. [...] Oui, chers jeunes catholiques de France, levez-vous ! Une nouvelle saison spirituelle se vit en France : celle d'une pêche miraculeuse ! Elle se vit à travers le témoignage suprême du martyre pour nombre d'entre nous. La Croix de Jésus est la seule clé qui fera passer le monde dans lequel nous vivons, des Ténèbres à la Lumière. Anne-Lorraine est un appel, un cri qui s'adresse à toi : que fais-tu de ta vie ? Que fais-tu de ton Baptême ? Que fais-tu de ton engagement scout, guide ? Quel sens donnes-tu à ta vie ? Comment vis-tu tes amitiés ? Prépare-toi à faire le don joyeux de ta vie comme prêtre, religieux, religieuse, missionnaire, père et mère de famille... Et, fonce ! Il est impossible de rester purs ou de retrouver la pureté du cœur et du corps, sans une amitié avec Jésus, sans affection envers la Vierge Marie, sans les Sacrements. mais, vous n'êtes pas seuls. Il y a Sainte Maria Goretti ou Laura Vicunia, et tant d'autres, comme aussi Jeanne-Marie Kegelin (18 juin 2004, en la Solennité du Sacré-Coeur de Jésus) Il y a aujourd'hui Anne-Lorraine, qui est désormais une puissante intercession pour tous, pour nous obtenir de Dieu que resplendisse dans notre vie cette Béatitude : « Bienheureux les cœurs purs... Ils verront Dieu ». Anne-Lorraine, j'ose te demander d'intercéder pour chacun et chacune de nous ! Nous ne sommes peut-être pas tous appelés au témoignage du martyre de la pureté, mais appelés au témoignage, au martyre de la fidélité à Jésus dans notre monde d'aujourd'hui. Cela, oui. (Cf Jean Paul II - JMJ Rome 2000).

Que ton Enciellement, Anne-Lorraine, notre sœur aînée dans la foi et le martyre, fasse de nous des témoins de Jésus, des témoins de « l'Espérance qui ne déçoit pas, parce que l'Amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs, par l'Esprit-Saint qui nous a été donné ». (Rm 5,5)
 
 

Le début de l’Avent, qui marque aussi le début de la nouvelle année liturgique, commence chaque année le quatrième dimanche avant Noël. Mais ce temps de préparation à l’arrivée de Jésus est aussi un temps d’intériorité qui peut commencer plus tôt ou plus tard en chacun de nous ; au moment où l’attente commence à travailler nos cœurs.

 

C’est une attente qui précède un changement, qui prépare à l’accueil. Un temps de gestation indispensable à l’arrivée de la Vie. Cette période, toutes les jeunes mamans le diront, est un temps fort en émotions. Sans bien savoir toujours pourquoi, la joie fait parfois place à la tristesse, le partage de la nouvelle n’empêche pas de ressentir une certaine solitude. Que l’on ne s’explique pas toujours, que l’on se reproche parfois …

Pendant ces semaines avant Noël nous pouvons ressentir profondément la joie et l’espérance qui nous sont offertes par l’arrivée du Christ dans nos vies mais il est aussi possible que nous vivions ces moments plus difficilement. Cheminons vers Noël en déposant devant la crèche nos angoisses, nos peines ou celles de nos proches (personnes ayant perdu un être cher, souffrant de maladie, ayant vécu une séparation douloureuse), nos doutes. 

Acceptons et accueillons ces émotions qui toutes, à leur manière, travaillent et façonnent une place dans notre cœur pour accueillir le Sauveur.

La seconde Encyclique de Benoît XVI, Spe Salvi, comprend une introduction suivie de huit chapitres. Les chapitres s'intitulent : La foi et l'espérance, Le concept d'espérance fondé sur la foi dans le Nouveau Testament et dans l'Eglise primitive, La vie éternelle, qu'est-ce que c'est ?, L'espérance chrétienne est-elle individualiste ?, La transformation de la foi-espérance à l'époque moderne, La vraie physionomie de l'espérance chrétienne, Lieux d'apprentissage et d'exercice de l'espérance, La prière, école de l'espérance, Agir et souffrir, apprentissage et exercice de l'espérance, Le jugement comme apprentissage et exercice de l'espérance, Marie, étoile de l'espérance...
 
 


La Rédemption, le salut selon la foi chrétienne, explique le Pape dans son introduction, n'est pas une simple donnée. La Rédemption nous est offerte car nous avons reçu l'espérance solide, grâce à laquelle nous pouvons faire face à notre présent qui, même s'il est difficile, peut être accepté et vécu parce qu'il nous vers un but assuré. Ce but est si grand qu'il mérite la fatigue du parcours. Parmi tout ce qui distingue les chrétiens, il y a le fait qu'ils ont une perspective. ILS SAVENT QUE LA VIE NE FINIRA PAS DANS LE VIDE ! L'Evangile n'est pas qu'une communication de connaissances mais la communication qui produit des faits changeant la vie. La porte obscure du temps et de l'avenir est ouverte toute grande et qui possède l'espérance vit diversement car une vie nouvelle lui a été assurée. L'espérance véritable, c'est parvenir à connaître Dieu, le Dieu véritable, ce que les premiers chrétiens tels les Ephésiens comprenaient parfaitement. Avant de rencontrer le Christ ils avaient de nombreux dieux mais vivaient sans espérance et sans la présence de Dieu. Pour les premiers chrétiens l'Evangile constituait une rencontre réelle avec Dieu, selon un schéma qui n'est pratiquement plus perceptible de nos jours.
Puis le Pape souligne que le message de Jésus n'a rien de socio-révolutionnaire comme pouvait l'être la révolte de Spartacus. Et il ne combattit pas pour une libération politique comme le fit Barrabas ou Bar Kobeká. Ce que Jésus a apporté est totalement différent, c'est une rencontre avec Dieu vivant, avec une espérance plus forte que les épreuves ou l'esclavage, qui transforme du dedans la vie et le monde, même si les structures demeurent apparemment identiques. Le Christ nous a véritablement libérés, affirme-t-il encore. Quoique esclaves de ce monde, des lois du hasard et de la matière, nous sommes libres parce que le Ciel n'est pas vide, parce que le Seigneur de l'univers est Dieu, parce qu'il s'est révélé comme Amour en Jésus-Christ. Le Christ est le philosophe parfait qui nous enseigne la réalité de l'homme et ce qu'il faut faire pour l'être vraiment. Il nous montre la voie de la vie par delà la mort, démontrant ainsi qu'il est le Maître de la vie. Lui nous offre l'espérance qui est attente et présence à la fois. L'existence de l'avenir change déjà le présent. Benoît XVI observe alors que nombre de personnes rejettent aujourd'hui la foi simplement parce que cette perspective ne leur semble pas souhaitable. La crise de la foi est avant tout celle de l'espérance chrétienne. Elles n'attendent plus le rétablissement du Paradis Perdu de la foi mais du progrès qui, à leur avis, permettra l'établissement du règne de l'homme. Leur espérance est une foi dans le progrès fondée sur la raison et la liberté, qui semble garantir par leur seule valeur intrinsèque une nouvelle société parfaite. Pour le Saint-Père, on trouve deux grandes étapes dans la concrétisation politique de cet espérance, la Révolution française et la Révolution marxiste. Face aux effets de la première, l'Europe des Lumières a du penser une nouvelle raison et une nouvelle liberté. Quant à la seconde, la prolétaire, elle n'a laissé derrière elle que désastres. L'erreur majeure du marxisme est d'avoir oublié l'homme et sa liberté, croyant que la refonte du système économique aurait tout résolu. La véritable erreur marxiste est son matérialisme. Puis le Pape conclut à l'évidence que l'homme a besoin de Dieu, car sinon il se prive d'espérance. Sa Rédemption ne peut simplement découler d'une structure extérieure. 

Benoît XVI indique ensuite les quatre espaces pour apprendre et pratiquer l'espérance, le premier étant la prière : Lorsque plus personne ne m'écoute, Dieu m'écoute, si plus personne n'est en mesure de m'aider, lui le peut encore. Et le Pape d'évoquer l'expérience du Cardinal Vietnamien Van Thuan qui fut incarcéré 13 ans dont 9 d'isolement. Dans une situation d'apparente désespérance absolue, à l'écoute de Dieu, et en lui parlant, il forgea son espérance. La souffrance permet également d'approcher l'espérance. Il faut bien sûr faire tout ce qui est possible pour la diminuer mais ce n'est pas fuir la souffrance qui guérit l'homme, mais sa capacité à accepter l'épreuve. En l'élevant on trouve son sens comme union au Christ qui souffrit pour un amour infini. Il est donc fondamental de savoir aussi souffrir pour autrui car une société qui n'accepte pas ceux qui souffrent n'est que cruelle et inhumaine. Le Jugement de Dieu est une autre espace d'apprentissage. La foi dans le Jugement final est avant tout espérance : il y a la résurrection, il y a la justice, l'abolition de la souffrance passée, le rachat qui rétablit le droit. Ici le Pape se dit convaincu que la question de la justice est essentielle, qu'elle est l'argument le plus fort en faveur de la foi en la vie éternelle. Il n'est effectivement pas possible que l'injustice de l'histoire ait le dernier mot. La grâce n'exclut pas la justice et les mauvais ne siègeront pas avec leurs victimes, comme s'il ne s'était rien passé.


Père céleste, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.

Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, --> ayez pitié de nous.


Sainte Jeanne d'Arc, née à Domrémy,
--> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, née dans la nuit de l'Épiphanie, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, fille de laboureurs, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, faisant l'aumône aux pauvres, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, simple et douce fille de France, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez entendu la voix d'un ange, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez vu saint Michel, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez écouté tous les bons conseils de saint Michel, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, à qui saint Michel demanda de secourir le roi de France, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez promis à l'Ange de garder votre virginité, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez refusé le mariage, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui vous êtes consacrée uniquement à l'appel de Dieu, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, protégée par sainte Marguerite et sainte Catherine, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui vous êtes fait accompagner auprès du Dauphin, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, à qui vos compagnons furent entièrement dévoués, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui vous êtes agenouillée devant le Roi, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez annoncé au Dauphin qu'il serait sacré et couronné à Reims, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez pris l'armure, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez annoncé la défaite des Anglais, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, portant l'étendard de Notre-Seigneur, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui encouragiez les hommes de votre armée à la confession, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez ordonné par trois fois aux Anglais de quitter le Royaume de France, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez donné l'assaut vaillamment, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez délivré la ville assiégée d'Orléans, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez remporté toutes vos batailles contre les Anglais, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez ouvert la route vers Reims, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, très priante, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, très patiente, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, toujours gaie, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, revêtue d'humilité, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, très courageuse et pleine d'audace, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, enthousiaste et forte de vos étonnantes victoires, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, avertie par les voix de sainte Marguerite et sainte Catherine de votre emprisonnement, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, trahie par le Roi, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, persécutée durant de longs interrogatoires, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, menacée de tortures, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, condamnée au bûcher, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez accepté héroïquement la sentence, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, glorifiant Dieu par des louanges sur le bûcher, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez prononcé le nom de Jésus avant de mourir, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez fait l'admiration de vos bourreaux, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, qui avez rendu l'âme en état de grâce, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, dont le cœur fut découvert intact dans les cendres, --> priez pour nous.

Sainte Jeanne d'Arc, par qui Dieu sauva le royaume de France, --> priez pour nous.


Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde,
--> pardonnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, --> exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, --> ayez pitié de nous.


Prions
 :
Seigneur, Vous avez sauvé la France du grand péril qui la menaçait, et Vous nous rappelez par l'intermédiaire de sainte Jeanne d'Arc, qu'elle est et restera à tout jamais la Fille Aînée de l'Église. Suscitez, en notre pays, des âmes fidèles et vaillantes, humbles et obéissantes à Vos commandements, et, par l'intercession de Jeanne d'Arc, nous Vous demandons le courage et la persévérance pour préserver la foi sur notre sol de France. Ainsi soit-il.

L’histoire personnelle du croyant, à partir du moment où il rencontre réellement Jésus, connaît une mutation profonde, elle n’est plus la même : elle devient une histoire de salut ! Ce n’est plus une histoire faite seulement d’événements terrestres, parce que la rencontre avec le surnaturel, l’entrecroisement avec la grâce divine l’a élevée jusqu’au Ciel : de Là-haut, alors, elle est « rédigée » et transformée par le Seigneur en histoire de grâce…

 
 
 
 
Comme il est beau d’avoir la certitude que c’est Jésus Roi de l’Univers qui domine l’histoire du chrétien, Lui qui en devient le protagoniste, parce que nous avons confiance en Lui et que nous Lui confions notre présent avec le passé et l’avenir : c’est à Lui que tout appartient alors, et le Christ devient notre tout. Pour nous aussi chrétiens du troisième millénaire, ce qu’écrivait Saint Paul aux Colossiens, conserve toute sa valeur : « la réalité, c’est le Christ ! » (Colossiens 2, 17). L’histoire du monde, pour nous croyants, est seulement une ombre de l’histoire future. Le flot des événements d’ici-bas qui, parfois, comme un fleuve en crue semble emporter l’humanité, ne peut nous entraîner dans son tourbillon, parce que nous croyons que Dieu nous a rachetés de cette histoire déchue par le péché, et nous a introduits dans l’histoire rachetée par le Christ : « C’est Lui en effet qui nous a libérés du pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans la Royaume de son fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés » (Colossiens 1, 13-14). En mettant sans réserve toute notre existence dans les mains du Christ, nous témoignerons, personnellement, du déroulement d’une histoire différente, qui n’a pas de comparaisons avec l’histoire vécue sans Lui. Ce que Jésus promet, il le fait toujours, et quand Il nous assure qu’Il est « la Voie, la Vérité et la Vie », si nous nous confions à Lui, si nous Lui faisons confiance, il nous fait faire l’expérience aussi de cette nouvelle Voie, de cette nouvelle Vérité et de cette nouvelle Vie, qui commence à partir d’ici-bas. Le chrétien, en effet, n’est pas un rêveur qui s’enfuit devant ce qui arrive, ou qui, en attendant quelque chose qui devra arriver après la mort, méprise tout le reste. Le chrétien vit déjà, l’expérience d’une vie renouvelée par Dieu, il perçoit déjà que l’histoire est sauvée, que la joie est donnée, que l’éternité a commencé… certes, dans une mesure qui est en proportion avec son état de créature terrestre, mais dans l’attente de jouir de cette mesure inimaginable de gloire, qu’il vivra dans la plénitude du Royaume de Dieu, qui est le Paradis. Le chrétien est une personne qui a reçu la grâce dans le « déjà et pas encore » !
 
Pour faire « entrer » Jésus dans notre propre histoire, il ne faut pas de grands efforts ; au fond, le cœur humain a sa mesure sur le Sien, notre amour dérive de son amour, nous ne sommes pas la source de l’être, Lui, il l’est ! Il suffit d’une petite fente pour l’accueillir, d’une ouverture, même très petite, de notre liberté qui le cherche, qui l’invoque… Il y a de très nombreux épisodes dans l’Evangile qui témoignent d’histoires qui ont été transformées par la rencontre avec la Personne de Jésus. Lors de la récente Solennité du Christ Roi, nous avons médité le passage qui nous parlait du Bon Larron (cf. Luc 23, 35-43). Il était suspendu à une croix parce qu’il était coupable, son histoire se terminait de manière misérable, comme était misérable la scène qu’il avait devant lui. Combien était grande la méchanceté humaine contre Ce Crucifié, qui irradiait de son regard une beauté majestueuse et une paix indescriptible : même au milieu de souffrances atroces, il ne se plaignait pas, il ne jurait pas, mais il pardonnait et prononçait ces paroles mystérieuses adressées à Jean : « Voici ta Mère ». Oui, la Mère et le Fils Crucifié doivent avoir capturé le regard et le cœur du Bon Larron, remettant en lui la nostalgie d’une innocence que l’on pouvait lire sur ces deux visages marqués par une souffrance indicible, mais qui était extraordinairement différente de la cruelle souffrance humaine : c’était une souffrance que le sauvait ! C’est pourquoi un coin de son cœur s’ouvrit, une soif d’éternité éclaira son esprit, et fit agir la volonté, jusqu’alors paralysée par l’angoisse, et, avec ses dernières forces, avec ses dernières paroles, il confia son histoire humaine damnée au Seigneur de l’histoire sauvée : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton Royaume » (Luc 23, 42). A partir de ce moment précis, tout changea. L’histoire d’un condamné à mort, en contact avec l’Histoire de la Rédemption, devint l’histoire d’un homme sanctifié : « En vérité, je te le dis, aujourd’hui même, tu seras avec mois au Paradis » ! (Luc 23, 43).
 

Le Salon Beige informe que la victime du RER D était une jeune étudiante de 23 ans (Anne-Lorraine), habituée de la route Saint-Martin. Elle avait fait notamment les JMJ à Cologne. Etudiante à l'école de journalisme du Celsa à Paris et très engagée dans le mouvement scout, elle était l'aînée de cinq enfants. Ses parents l'attendaient dimanche sur le quai de la gare d'Orry-la-Ville pour aller à la messe.

 
On commence a en avoir l’habitude… En France, les assassins et violeurs récidivistes sont gentiment relâchés dans la nature avec la ‘’bénédiction’’ des autorités. Comme Sainte Maria Goretti et Jeanne-Marie, puisse Notre Seigneur l’accueillir au plus vite dans son Royaume pour avoir défendu sa pureté… Requiem aeternam…

 

 
 
 
 
L’Editorial de Frédéric Pons sur le blog de Valeurs Actuelles mérite d'être reproduit in extenso :
 
 
« Bouleversé par le meurtre sauvage de notre chère Anne-Lorraine, 23 ans, cet ami m’a appelé : « On devrait manifester, brûler des mosquées turques... ». Je le comprends. Le meurtrier du RER D est un criminel sexuel récidiviste d’origine turque. Il était en liberté, malgré une précédente condamnation ! Faut-il brûler, manifester ? Laissons cela aux Turcs, aux Egyptiens, aux Indonésiens, aux Soudanais, aux Algériens qui martyrisent leurs compatriotes chrétiens et brûlent leurs églises. Laissons cela à nos voyous des cités barbares qui profitent en ce moment de l’impunité scandaleuse que leur offrent des années de laxisme et de démagogie. Oui, la mort atroce d’Anne-Lorraine est révoltante. A Valeurs Actuelles, nous sommes dans la peine : elle fut stagiaire chez nous. Dans la colère aussi. Une nouvelle fois la peine de mort a été appliquée par un loup qui n’aurait pas du se trouver en liberté. On sait pourtant que les délinquants sexuels sont très difficiles à réintégrer, voire impossibles. Le doute est toujours présent, les risques immenses. Mais dans le doute, qui faut-il privilégier ? Le criminel ou la future victime ? N’est-ce pas la responsabilité de la société – les politiques à défaut des juges - d éliminer ses éléments les plus dangereux ?
 
La peine de mort est abolie, sauf pour les victimes innocentes. Il faudra faire le compte un jour des dégâts irréparables commis par tous ces malfaisants remis en liberté. Au nom de la courageuse Anne-Lorraine qui a résisté à son agresseur, réussissant à le blesser (ce qui a permis de l’arrêter), avant de mourir sous les coups. Quand ressortira-t-il de prison ce violeur au couteau ? 8, 10, 15 ans ? Notre société doit avoir le courage de l’éliminer définitivement de la circulation, lui et tous les tueurs et violeurs d’enfants. C’est sa responsabilité. Si elle ne le fait pas, des pères, des frères, des oncles le feront. Au nom de la légitime violence. Cela, je le comprendrais. Au nom d’Anne-Lorraine, jeune fille de France martyrisée, dont le sourire enthousiaste de cheftaine et d’étudiante en journalisme ne me quitte plus ».
Seigneur, ayez pitié de nous, --> Seigneur, ayez pitié de nous,
Jésus-Christ, ayez pitié de nous, --> Jésus-Christ, ayez pitié de nous,
Seigneur, ayez pitié de nous, --> Seigneur, ayez pitié de nous,
Jésus-Christ, écoutez-nous. --> Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous, --> Jésus-Christ, exaucez-nous,
 
Père céleste qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous
Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, --> ayez pitié de nous
 
Esprit, qui procédez du Père et du Fils, --> ayez pitié de nous
Esprit du Seigneur, qui au commencement du monde, planiez sur les eaux, et les avez rendues
fécondes, --> ayez pitié de nous
Esprit par l'inspiration duquel les saints hommes de Dieu ont parlé, --> ayez pitié de nous
Esprit dont l'onction nous apprend toutes choses, --> ayez pitié de nous
Esprit qui rendez témoignage de Jésus-Christ, --> ayez pitié de nous
Esprit de vérité qui nous instruisez de toutes choses, --> ayez pitié de nous
Esprit qui êtes survenu en Marie, --> ayez pitié de nous
Esprit du Seigneur, qui remplissez toute la terre, --> ayez pitié de nous
Esprit de Dieu, qui êtes en nous, --> ayez pitié de nous
Esprit de sagesse et d'intelligence, --> ayez pitié de nous
Esprit de conseil et de force, --> ayez pitié de nous
Esprit de science et de piété, --> ayez pitié de nous
Esprit de crainte du Seigneur, --> ayez pitié de nous
Esprit de grâce et de miséricorde --> ayez pitié de nous
Esprit de force, de dilection et de sobriété, --> ayez pitié de nous
Esprit de foi, d'espérance, d'amour et de paix, --> ayez pitié de nous
Esprit d'humilité et de chasteté, --> ayez pitié de nous
Esprit de bonté et de douceur, --> ayez pitié de nous
Esprit de toutes sortes de grâces, --> ayez pitié de nous
Esprit qui sondez même les secrets de Dieu, --> ayez pitié de nous
Esprit qui priez pour nous par des gémissements ineffables, --> ayez pitié de nous
Esprit qui êtes descendu sur Jésus-Christ sous la forme d'une colombe, --> ayez pitié de nous
Esprit par lequel nous prenons une nouvelle naissance, --> ayez pitié de nous
Esprit qui remplissez nos cœurs de charité, --> ayez pitié de nous
Esprit d'adoption des enfants de Dieu, --> ayez pitié de nous
Esprit qui avez paru sur les Disciples sous la figure de langues de feu, --> ayez pitié de nous
Esprit dont les Apôtres ont été remplis, --> ayez pitié de nous
Esprit qui distribuez vos dons à chacun selon votre volonté, --> ayez pitié de nous
 
Soyez-nous propice, --> pardonnez-nous Seigneur
Soyez-nous propice, --> exaucez-nous Seigneur
 
De tout mal, --> délivrez-nous Seigneur
De tout péché, --> délivrez-nous Seigneur
Des tentations et des embûches du démon, --> délivrez-nous Seigneur
De la présomption et du désespoir, --> délivrez-nous Seigneur
De la résistance à la vérité connue, --> délivrez-nous Seigneur
De l'obstination et de l'impénitence, --> délivrez-nous Seigneur
De toute souillure de corps et d'esprit, --> délivrez-nous Seigneur
De l'esprit de fornication, --> délivrez-nous Seigneur
De tout mauvais esprit, --> délivrez-nous Seigneur
 
Par votre éternelle procession du Père et du Fils, --> délivrez-nous Seigneur
Par la conception de Jésus-Christ qui s'est faite par votre opération, --> délivrez-nous Seigneur
Par votre descente sur Jésus-Christ dans le Jourdain, --> délivrez-nous Seigneur
Par votre descente sur les Disciples, --> délivrez-nous Seigneur
 
Dans le grand jour du jugement, pauvres Pécheurs nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que vivant par l'esprit, nous agissions aussi par l'esprit nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous souvenant que nous sommes le temple du Saint-Esprit, nous ne le profanions jamais, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que vivant selon l'esprit, nous n'accomplissions pas les désirs de la chair, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous mortifiions les œuvres de la chair, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous ne vous contristions pas, vous qui êtes le Saint-Esprit de Dieu, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous ayons soin de garder l'unité de l'esprit dans le lien de la paix, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous ne croyions pas facilement à tout esprit, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que nous éprouvions les esprits s'ils sont de Dieu, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que vous renouveliez en nous l'esprit de droiture, nous vous prions, --> écoutez-nous
Afin que vous nous fortifiez par votre esprit souverain, nous vous prions, --> écoutez-nous
 
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> pardonnez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> exaucez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> ayez pitié de nous
 
 
Prions : Nous vous supplions, Seigneur, de nous assister sans cesse par la vertu de votre Esprit-Saint, afin que, purifiant par sa miséricorde les taches de nos cœurs, il nous préserve encore de tous les maux. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

L'Eglise catholique de Hongrie défend la famille contre le projet de légalisation des couples homosexuels et ceux non-mariés qui donnerait aux concubins des droits quasi identiques à ceux des couples mariés, indique vendredi l'épiscopat hongrois…

 
 
 
« Le projet de loi approuvé par le gouvernement et déposé au parlement sur les relations de 'concubins enregistrés' représente, selon les préceptes de l'Eglise catholique, une attaque dangereuse contre l'institution fondamentale de la société qu'est la famille », a affirmé l'épiscopat dans un communiqué. « A côté des lois de l'Eglise et celles de la nature, la Constitution hongroise atteste que l'union, utile pour la société, est celle exclusive entre un homme et une femme », poursuit le communiqué. Le gouvernement a récemment déposé devant le parlement un projet de loi qui donnera aux couples non mariés, de sexe différent ou de même sexe, des droits pratiquement identiques à ceux des couples mariés.
 

« Tu es Roi pour l'éternité, ô mon Dieu; et Ton Royaume n'est pas un Royaume d'emprunt. Lorsque l'on dit au Credo que « Ton Royaume n'aura pas de fin », il est rare que mon cœur n'en éprouve pas une joie toute particulière. Je te loue, Seigneur, je te bénis à jamais ! Enfin, Ton Royaume durera éternellement ! Ne tolère pas, mon Maître, qu'en T'adressant la parole on se croie permis de ne le faire que des lèvres... Il est clair qu'on n'aborde pas un prince avec le même laisser-aller qu'un paysan ou de pauvres femmes comme nous, qu'il est toujours permis de traiter sans façon. Dans ma simplicité, je ne sais pas parler à ce divin Roi, mais son humilité est si grande qu'Il ne manque pas de m'écouter et me permet d'approcher de Lui. Ses gardes non plus ne me repoussent pas, car les anges qui l'entourent connaissent les goûts de leur Roi : ils n'ignorent pas que cette simplicité d'un petit berger bien humble, qui en dirait davantage - le Roi voit bien - s'il en savait davantage, lui est plus agréable que tous les raisonnements choisis des plus sages et des plus savants, quand l'humilité leur manque. Mais si notre Roi est bon, ce n'est pas une raison pour que nous soyons discourtois. Et ne serait-ce que pour le dédommager de l'infection que lui apporte l'approche d'une personne telle que moi, il est juste que nous nous efforcions de bien connaître sa noblesse et sa grandeur. En vérité, il suffit de L'approcher pour en être instruit... Si, en approchant de Lui, mes filles, vous réfléchissez, vous vous demandez à qui vous allez parler, ou à qui vous parlez déjà, mille vies comme les nôtres ne suffiront pas pour concevoir les égards que mérite un tel Seigneur, Celui devant qui les anges tremblent, qui commande à tout, qui peut tout, et pour qui vouloir c'est faire ».

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg