… en Californie !

 
 
En France, c’est toujours l’indifférence générale.

Par la voix de Mgr Elio Sgreccia, président de l’Académie Pontificale pour la Vie, le Saint-Siège a condamné l’annonce du premier clonage d’embryon humain. Le haut prélat s’est exprimé sur les ondes de Radio Vatican, le 18 janvier…

 
 
 
Mgr Sgreccia a qualifié cette expérience de « pire instrumentalisation de l’être humain, qui devient ainsi un objet de recherche ». Condamnant ces pratiques « qui jusqu’à présent n’ont eu aucun succès », le haut prélat a rappelé que « quoiqu’il en soit, il est illicite d’utiliser l’être humain comme un médicament ». Le président de l’Académie pontificale pour la vie a ensuite estimé que ce clonage humain était un acte « anti-historique » et « un produit du passé ». En effet, une autre technique, découverte récemment, consiste à prélever une cellule de l’embryon humain sans le détruire, à partir de laquelle on peut, en principe, cultiver d’autres cellules embryonnaires.

Ce 19 janvier, après quatre jours intenses de prière, de réflexion et de jeûne, les 217 délégués de la Congrégation Générale de la Compagnie de Jésus, venus du monde entier, ont élu Adolfo Nicolas, Espagnol, comme 29ème successeur de Saint Ignace, leur fondateur (1491-1556). Le 14 janvier dernier, ils avaient accepté la démission du P. Kolvenbach, précédent “Préposé Général”…

 
 
 
Le père Adolfo Nicolas, a été choisi par ses pairs comme 30ème "pape noir" lors de la 35ème Congrégation Générale de la Compagnie de Jésus, qui a débuté le 7 janvier dernier. Cette Congrégation générale est composée d'un tiers de membres de droit (les responsables provinciaux actuels) et de deux tiers de membres élus par la base, formant une assemblée de 225 personnes. Mais ce ne sont que 217 membres de la congrégation qui ont élu le 29ème successeur de Saint Ignace de Loyola (1491-1556), fondateur des jésuites, puisque 8 membres, de par leur fonction, ne peuvent participer à l’élection. Les travaux se tiennent à la curie généralice des jésuites, dans le Borgo Santo Spirito, à deux pas du Vatican, probablement jusqu’à la fin février. Sur les 225 pères, 18 proviennent d'Afrique, 40 d'Amérique latine, 64 d'Asie et d'Australie, 69 d'Europe et 34 d'Amérique du Nord.
 
La journée du 19 janvier s’est ouverte par une concélébration dans l’Église du Saint-Esprit (en face de la Curie) à 8h00. À 9h30, les électeurs se sont réunis dans l’aula, ont récité le Veni Creator Spiritus, écouté l’exhortation du Père Jacques Gellard et prié jusqu’à la fin de cette première heure de la séance. Chaque électeur a ensuite écrit de sa propre main le nom de celui qu’il choisissait comme Préposé Général. Ensuite, les votes ont été recueillis et le comptage a commencé. La majorité simple de 109 votes suffisait pour être élu. Le nom du nouveau Préposé a alors été proclamé et immédiatement communiqué au Pape. Ils devraient être reçus en audience par Benoît XVI le 21 février prochain. Le Supérieur Général sera aidé dans sa tâche notamment par quatre "assistants généraux" eux-mêmes élus par la Congrégation. La suite de cette grande assemblée de 225 jésuites aura alors pour tâche de donner les orientations de son "gouvernement".

Béni soyez-vous, ô grand Dieu, Dieu des dieux, Roi de gloire, d'avoir voulu ainsi abaisser vos grandeurs à la terre et joindre de si près votre divinité à notre humanité ! Béni soyez-vous encore, Dieu éternel et incompréhensible en votre bonté, en votre sagesse et en votre amour, de l'avoir fait pour un jamais ! Car, tandis que Dieu sera Dieu, Dieu sera homme. Et béni soyez-vous, à jamais, d'avoir fait ce grand œuvre pour nous, et de vous être fait homme pour l'homme ! Puisque vous daignez ainsi nous donner une si grande part à vos grandeurs et au secret de votre amour, en un si grand ouvrage, prenons part avec vous, entrons dans vos desseins, dans vos intérêts et dans vos sentiments, soyons vôtres totalement, et totalement vôtres pour jamais.

 

« C’est aujourd’hui l’anniversaire d’une vierge, imitons sa pureté. C’est l’anniversaire d’une martyre, offrons un sacrifice. C’est l’anniversaire de Sainte Agnès. Selon la Tradition, elle a subi le martyre à douze ans. Qu’elle est détestable, la cruauté qui n’a même pas épargné une si petite fille ! Mais combien la foi est grande pour avoir reçu témoignage d’un âge aussi tendre ! Ce petit corps offrait donc assez de place aux blessures ! Et celle qui n’avait presque rien à leur offrir a eu de quoi les vaincre. Alors que les petites filles, à cet âge, ne peuvent supporter les visages sévères de leurs parents et, lorsqu’elles se sont piquées avec une aiguille, pleurent comme si elles s’étaient blessées ! Celle-ci n’éprouve aucune crainte entre les mains sanglantes des bourreaux, elle ne bouge pas en entendant les grincements des lourdes chaînes que l’on tire, et voici qu’elle présente son corps à l’épée d’un soldat furieux. Elle ne sait pas encore ce que c’est que mourir, mais elle y est prête. Et si on l’entraîne de force vers les autels, voilà qu’elle tend les mains vers le Christ à travers les flammes; jusque dans ce foyer sacrilège, elle fait le signe qui glorifie le Seigneur victorieux. Voici qu’on introduit son cou et ses deux mains dans des liens de fer, mais aucune chaîne ne pouvait serrer des membres aussi menus. Est-ce un nouveau genre de martyre ? Elle n’est pas encore capable de souffrir et elle est déjà mûre pour vaincre; il lui est difficile de combattre, et facile de triompher; alors qu’elle supportait le handicap de son jeune âge, elle a réalisé un chef-d’œuvre de vaillance. Elle ne se serait pas hâtée vers la chambre nuptiale le jour de son mariage, comme elle s’est avancée d’un pas joyeux, étant vierge, au lieu de son supplice; c’est le Christ qui était l’ornement de sa tête, et non pas une coiffure compliquée; elle n’était pas couronnée de fleurs, mais de vertus. Tout le monde pleure, elle n’a pas une larme. La plupart s’étonnent de lui voir si facilement répandre une vie à laquelle elle n’avait pas encore goûté, et la donner comme si elle en avait atteint le terme. Tous sont stupéfaits de ce qu’elle se montre témoin de la divinité alors que, en raison de son âge, elle ne pouvait encore décider d’elle-même. Bref, on l’a crue au sujet de Dieu, alors qu’on ne l’aurait pas encore crue au sujet d’un homme. Car ce qui est au-delà de la nature vient du Créateur de la nature. Quelles menaces son bourreau a-t-il employées pour lui faire peur, quelles flatteries pour la fléchir, combien de promesses pour lui faire accepter de l’épouser ! Mais elle : « C’est faire injure à mon époux d’attendre celui qui doit me plaire. Celui qui le premier m’a choisie, c’est lui qui me recevra. Pourquoi traînes-tu, exécuteur ? Qu’il périsse, le corps qui peut être aimé pour avoir charmé les yeux, ce que je refuse ». Elle se leva, pria, tendit le cou. Vous auriez vu le bourreau tressaillir comme s’il était le condamné, la main de l’exécuteur trembler et son visage pâlir par la crainte du coup infligé à un autre, alors que la jeune fille ne craignait rien pour elle-même. Vous avez donc, avec une seule victime, un double martyre : celui de la pureté et celui de la foi. Elle a gardé sa virginité et elle a obtenu le martyre ».

Du Traité Sur les Vierges de Saint Ambroise, évêque (Livre 1, ch. 2.5.7-9: PL 16 [éd. 1845], 189-191)

« Un moratoire international sur l’avortement est profondément nécessaire pour sensibiliser la communauté à la création et à la construction d’une culture de la vie. L’avortement est un mal terrible et est devenu l’une des principales menaces à la dignité humaine car il constitue une attaque contre la vie même ». Le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Mumbai, en Inde, adhère à la campagne pour le moratoire contre l’avortement, venant du journaliste Julien Ferrare, directeur du quotidien d’opinion « Il Foglio ».
 

Fides

… sauf par l’incontournable Salon Beige. Merci à eux de rétablir la Vérité. Et merci aussi à cette jeunesse de France beaucoup plus nombreuse encore que l’année dernière ! Une jeunesse qui, contrairement à toute la clique soixante-huitarde pourrissant aujourd’hui les médias et la politique, veut « préserver pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l'homme intérieur » (Charette). Rendez-vous l’année prochaine !

 
 



 





Vierge et Martyre (290-303), Sainte Agnès est la patronne de la chasteté, des couples, de la pureté corporelle, des enfants de Marie, du Colegio Capranica de Rome, des récoltes, des scouts de filles, des filles, des victimes de viol, du diocèse de centre de Rockville dans l'État de New York et des vierges…
 
 
 
 

Agnès est née en 290 à Rome, À l'âge de douze ans, elle rejeta les avances du fils du préfet de Rome qui la courtisait avec empressement, lui déclarant qu'elle était déjà fiancée à quelqu'un de bien plus noble que lui. Le jeune homme tomba malade d'amour. Lorsque son père en connut la raison, il convoqua Agnès qui lui confia qu'elle était chrétienne et consacrée à Jésus-Christ depuis l’âge de dix ans : « Depuis longtemps je suis fiancée à un Époux céleste et invisible; mon coeur est tout à Lui, je Lui serai fidèle jusqu'à la mort. En L'aimant, je suis chaste; en L'approchant, je suis pure; en Le possédant, je suis vierge. Celui à qui je suis fiancée, c'est le Christ que servent les Anges, le Christ dont la beauté fait pâlir l'éclat des astres. C'est à Lui, à Lui seul, que je garde ma foi ». Refusant de lui céder, Agnès fut dépouillée de ses vêtements et conduite, nue, à travers la ville, jusqu'au lieu de prostitution. « Je ne crains rien, dit-elle; mon Époux, Jésus-Christ, saura garder mon corps et mon âme ». En effet, ses cheveux se mirent à pousser miraculeusement recouvrant entièrement son corps. Arrivée dans le lupanar, un ange apparut et l'enveloppa d'une lumière éblouissante, et le lupanar devint un lieu de prière. Alors que le fils du préfet lui rendait visite, bien décidé à la conquérir, un démon l'étrangla et il mourut. Agnès lui rendit la vie, et nouveau prodige, le jeune homme, changé par la grâce, se déclare chrétien. Fou de colère, le préfet ordonna qu'Agnès soit brûlée en place publique comme une sorcière, mais le feu épargna la jeune fille et détruisit ses bourreaux. Finalement, Sainte Agnès fut égorgée. Le bourreau tremble. Agnès l'encourage : « Frappez, dit-elle, frappez sans crainte, pour me rendre plus tôt à Celui que j'aime. Détruisez ce corps qui, malgré moi, a plu à des yeux mortels ». Le bourreau frappe enfin, et l'âme d'Agnès s'envole au Ciel. Sainte Agnès avait treize ans.
 
Ses principaux attributs sont un agneau blanc, la palme du martyre, un rameau ou une couronne d'olivier, une épée ou un poignard et un bûcher en flammes.
 
 
 
 
« Je meurs innocent des crimes qu'on m'impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez verser ne retombera pas sur la France ». (Louis XVI, guillotiné le 21 janvier 1793) :

 

 

Seigneur Jésus-Christ, --> ayez pitié de nous.

Seigneur Jésus-Christ, --> ayez pitié de nous.

Père Céleste qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.

Fils Rédempteur du monde qui êtes Dieu, --> écoutez-nous.

Esprit-Saint qui êtes Dieu, --> exaucez-nous.

Trinité Sainte qui êtes un seul Dieu, --> ayez pitié de nous.


Ô Saint-Esprit, qui avez oint la France, nouvelle Judée,
--> ayez pitié de nous.

Ô Jésus, seul vrai Roi, --> ayez pitié de nous.

Ô Jésus, seul vrai Roi de l'univers, --> ayez pitié de nous.
Ô Jésus, seul vrai Roi de France,
--> sauvez la France.

Ô Jésus, Roi de France, notre Seule Vérité, --> sauvez la France.

Ô Jésus, Roi de France, notre Seul Amour, --> sauvez la France.

Ô Jésus, Roi de France, notre Seule Espérance, --> sauvez la France.

Ô Jésus, Roi de France, Fils de David, qui voulez le Salut de la France, --> sauvez la France.

Ô Jésus, Roi de France, qui voulez régner sur la France, et par la France sur le monde, --> sauvez la France.


Coeur Sacré de Jésus, qui vous complaisez parmi les lys,
--> sauvez la France.

Notre-Dame de l'Assomption, Reine de France, --> sauvez la France.

Sainte Marie, Reine de France, --> sauvez la France.

Mère du Christ, Roi de France, --> sauvez la France.
Lys des Lys de France, Sainte Marie,
--> intercédez pour la France.

Reine de France, qui à la Salette avez pleuré sur la France infidèle, --> intercédez pour la France.

Saint Joseph, qui avez manifesté votre amour pour la France, --> intercédez pour la France.

Saint Michel, chef de la milice céleste et ange gardien de la France, --> intercédez pour la France.

Saints Anges qui, à chaque instant, servez le Christ Roi de France, --> intercédez pour la France.

 

Sainte Anne, Aïeule du Christ Roi de France, qui avez voulu reposer en France, --> priez pour la France.

Sainte Marie-Madeleine, témoin et apôtre en Gaule du Christ Ressuscité, --> priez pour la France.

Saint Denis, protecteur des Rois de France, --> priez pour la France.

Saint Martin, Apôtre des Gaules, --> priez pour la France.

Saint Remy, Apôtre des Francs, --> priez pour la France.

Saint Remy, qui avez baptisé et sacré Clovis, Fils aîné de l'Église, --> priez pour la France.

Saint Remy, Père et Protecteur de la civilisation chrétienne, --> priez pour la France.

Sainte Clotilde, Mère de tous les Rois de France, --> priez pour la France.

Sainte Geneviève, Gardienne de Paris et de la France, --> priez pour la France.

Saint Benoît, Témoin de la donation de la France au Christ, --> priez pour la France.

Saint Charlemagne, Législateur de la France et bouclier de l'Église, --> priez pour la France.

Saint Louis, Modèle des Rois de France, --> priez pour la France.

Saint Louis, Roi très chrétien, épée du Christ Roi de France, --> priez pour la France.

Saint Louis, qui avez donné à la France la couronne du Christ Rédempteur, --> priez pour la France.

Sainte Jehanne d'Arc, Reine de France, messagère du Christ Roi de France, --> priez pour la France.

Sainte Jehanne d'Arc, qui avez donné le royaume de France au Christ, --> priez pour la France.

Sainte Jehanne d'Arc, qui avez libéré la France de tous ses ennemis, --> priez pour la France.

Saint Pie V, Sauveur de la France , --> priez pour la France.

Sainte Marguerite-Marie, Héraut du Sacré Coeur de Jésus, Roi de France, --> priez pour la France.


Coeur Sacré de Jésus, qui avez exigé que Louis XVI et Marie-Antoinette soient les martyrs expiatoires de la France infidèle au Christ Roi de France,
--> sauvez la France.

Coeur Sacré de Jésus, qui avez inspiré au Cardinal Pie les plus belles pages sur votre Royauté, --> sauvez la France.


Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, Patronne de la France et missionnaire du Christ Roi de France,
--> priez pour la France.

Saint Pie X, Docteur du Christ Roi de France, --> priez pour la France.

Tous les Saints de France qui avez prié pour que le Christ Roi de France règne par Son Lieutenant, --> priez pour la France.

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> ayez pitié de nous.


V. Coeur Sacré de Jésus, Roi de France,

R. Que votre Règne arrive.


Prions :
Dieu Tout-Puissant et Éternel, qui avez voulu que Votre Divin Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ, soit Roi de France pour que, régnant sur la France , Il règne sur le monde, et que la Très-Sainte Vierge Marie soit Reine de France, apprenez-nous à être de fidèles et vertueux serviteurs d'un si grand Roi et d'une si grande Reine, et daignez nous pardonner, ô Père des miséricordes, nos infidélités, pour qu'enfin Votre Règne arrive. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ, Vrai Roi de France. R. Ainsi-soit-il.

Il est étonnant que des gens qui ont choisi comme devise la célèbre phrase attribuée à Voltaire « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » se soient opposés à ce que le pape fasse un discours à l'université "La Sapienza" de Rome. C'est d'autant plus surprenant que les universités italiennes sont des lieux ouverts à tout type d'intervention. Il est inexplicable que l'interdiction d'entrer ne s'applique qu'au pape…
 

 
 
 
Qu'est-ce qui a pu être si grave pour que la tolérance voltairienne soit mise de côté ? L'explication est venue de l'un des opposants au pape, le professeur Marcello Cini, dans une lettre du mois de novembre dernier où il a condamné l'invitation de Renato Guarini, le recteur de l'université, à Benoît XVI. Ce qui lui semble "dangereux", c'est que le pape tente d'ouvrir un débat entre la foi et la raison, de rétablir une relation entre les traditions judéo-chrétienne et hellénique, de refuser que la science et la foi soient séparées par un mur impénétrable et étanche. Cini considère que ce programme est intolérable parce qu'il serait en réalité dicté par l'intention perverse - que Benoît XVI cultiverait depuis l'époque où il était "chef du Saint-Office" - de "rappeler la science à l'ordre" et la ramener à "la pseudo-rationalité des dogmes de la religion". En outre, selon Cini, le pape aurait également comme effet néfaste de susciter de vives réactions dans le monde islamique. Nous doutons cependant que Cini demanderait à un représentant religieux musulman de prononcer un "mea culpa" pour avoir persécuté Averroès avant de franchir les portes de "La Sapienza". Nous sommes certains, au contraire, qu'il l'accueillerait à bras ouverts au nom des principes du dialogue et de la tolérance. L'opposition à la visite du pape n'est donc pas motivée par un principe abstrait et traditionnel de laïcité. C'est une opposition à caractère idéologique qui a pour unique cible Benoît XVI, dans la mesure où ce dernier se permet de parler de science et des rapports entre science et foi, au lieu de se limiter à parler de foi. La lettre contre cette visite qu'a signée un groupe de professeurs de physique est elle aussi inspirée par un sentiment d'aversion envers la personne même du pape, présenté comme un ennemi acharné de Galilée. Ils reprochent au pape d'avoir repris – lors d'une conférence qui avait justement eu lieu à "La Sapienza" le 15 février 1990 (cf. J. Ratzinger, "Wendezeit für Europa? Diagnosen und Prognosen zur Lage von Kirche und Welt", Einsiedeln-Freiburg, Johannes Verlag, 1991, pp. 59 et 71) – cette phrase du philosophe des sciences Paul Feyerabend : « A l'époque de Galilée, l'Eglise est restée beaucoup plus fidèle à la raison que Galilée lui-même. Le procès contre Galilée a été raisonnable et juste ».
 
Ils n'ont pas cependant cru bon de lire dans son intégralité et avec attention ce discours de celui qui était alors le cardinal Joseph Ratzinger. Le sujet en était la crise de la foi dans la science en elle-même et l'auteur avait pris comme exemple le changement d'attitude sur l'affaire Galilée. Si, au XVIIIème siècle, Galilée est le symbole de l'obscurantisme moyenâgeux de l'Eglise, ce n'est plus le cas au XXème siècle, où l'on estime que Galilée n'avait pas fourni de preuves convaincantes du système héliocentrique. [il lui manque par exemple la preuve de la rotation de la Terre pour appuyer ses hypothèses (bien que pleinement acceptées par l'Eglise) face aux objections du cardinal Robert de Bellarmin ; La censure était donc justifiée par la Sainte Inquisition ; A noter que le Saint-Office avait demandé à Galilée d'enseigner sa thése comme étant une "théorie" et non comme étant une "Vérité" car RIEN n'était prouvé scientifiquement à l'époque ; NDLR]. Au point d'en arriver à l'affirmation de Feyerabend - défini par Ratzinger comme un "philosophe agnostique-sceptique" - et à celle de Carl Friedrich von Weizsäcker qui va même jusqu'à établir un lien direct entre Galilée et la bombe atomique. Le cardinal Ratzinger n'a pas utilisé ces citations pour prendre une revanche ou improviser des justifications. « Ce serait absurde – dit-il – d'édifier une défense hâtive sur la base de ces affirmations. La foi ne grandit pas par le ressentiment et le refus de la rationalité ». Les citations ont plutôt été choisies pour montrer à quel point « le doute de la modernité à propos d'elle-même a atteint aujourd'hui la science et la technique ». En d'autres termes, le discours de 1990 peut bien être considéré - par celui qui le lit avec un minimum d'attention - comme une défense de la rationalité galiléenne contre le scepticisme et le relativisme de la culture postmoderne. Du reste, quiconque connaît un tant soit peu les récentes interventions de Benoît XVI sur ce sujet sait à quel point ce dernier a de l'"admiration" pour la célèbre affirmation de Galilée selon laquelle le livre de la nature est écrit dans un langage mathématique.
 
Comment des universitaires ont-ils pu en arriver là ? Un enseignant devrait considérer comme un échec professionnel le fait d'avoir donné un pareil exemple de lecture inattentive, superficielle et lacunaire, qui aboutit à une véritable déformation. Dans le cas présent, il est à craindre que la rigueur intellectuelle importe peu et que l'intention soit celle de porter un coup fatal, coûte que coûte. La laïcité n'a rien à voir non plus, puisqu'elle ne correspond pas au comportement de certains des signataires, qui n'ont jamais ouvert la bouche contre l'intégrisme islamique ou contre la négation de la Shoah. Dans cette affaire, on a assisté à l'émergence d'une forme de culture laïque qui manque d'arguments mais qui cherche à diaboliser. Elle ne participe pas au débat à la manière de la vraie culture laïque, mais elle crée des monstres. En ce sens, cette menace contre le pape est un drame pour la culture et la civilisation.
 
Illustration : "Galilée face au Tribunal de la Sainte Inquisition", par Joseph-Nicolas Robert-Fleury - Texte de Giorgio Israel




Liens : Face à la légende, le véritable procès de Galilée + L’affaire Galilée, ou l’hypothèse sans preuve (émission extrêmement intéressante en ligne d’1h00 à écouter !)

 

Pueri Hebræorum, portantes ramos olivarum, obviaverunt Domino,

clamantes et dicentes : "Hosanna in excelsis."

Les enfants des Hébreux portant des Rameaux d'olivier allèrent à la rencontre

du Seigneur en s'écriant : " Hosanna dans les hauteurs. "

 

     grego3.gif
Enregistré sur la Place St-Pierre
Messe des Rameaux du 13/04/14

 

pueri-hebraeorum

 


Pueri Hebræorum vestimenta prosternébant in via,

et clamabant dicentes : "Hosanna filio David :

benedictus qui venit in nomine Domini."
Les enfants des Hébreux étendaient leurs vêtements sur le chemin et s'écriaient :

" Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. "

 

     grego3.gif

Widget Vatican.va

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Actualité du livre

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg