De style byzantin, peinte sur bois et à fond d'or, l'image de "Notre-Dame du Perpétuel-Secours" mesure environ 50 centimètres de haut. La Vierge y apparaît avec Son divin Enfant. Sur leurs fronts brille une auréole d'or. Deux anges, l'un à droite et l'autre à gauche, présentent les instruments de la Passion à l'Enfant-Jésus effrayé, tandis que la Sainte Vierge regarde la scène pathétique avec une douleur calme et résignée...

 
 
 
http://idata.over-blog.com/0/21/41/34/r-pertoire-2/perpetuelsecours.jpgAprès avoir été longtemps vénérée en Crète, des habitants de cette île qui fuyaient une invasion turque à la fin du XIVe siècle, apportèrent l'image de Notre-Dame du Perpétuel-Secours à Rome. A l'invocation de Marie, sous le titre de "Notre-Dame du Perpétuel-Secours", le navire qui transportait Sa sainte image fut sauvé d'une terrible tempête. Le 27 mars 1499, après avoir parcouru triomphalement les rues de la ville éternelle, précédé du clergé de Rome et suivi du peuple, le portrait de la Vierge du Perpétuel-Secours fut placé au-dessus du maître-autel de l'église Saint-Matthieu, près de Sainte-Marie-Majeure. Grâce aux soins des religieux augustins, la sainte image devint l'objet d'un culte très populaire que Dieu récompensa au cours de plusieurs siècles, par de nombreux miracles. Pendant les troubles de la Révolution de 1789-1793, les troupes françaises qui occupaient Rome détruisirent l'église Saint-Matthieu. Un des religieux qui desservaient ce sanctuaire eut le temps de soustraire secrètement la Madone miraculeuse. Il la cacha avec tant de soin, que pendant soixante ans, on se demanda ce qu'était devenu la célèbre peinture. Dieu permit qu'un concours de circonstances providentielles fit redécouvrir l'image vénérée. En 1865, afin de rendre la pieuse représentation aux mêmes lieux où on l'avait priée jadis, Pie IX ordonna de la rapporter sur l'Esquilin, dans l'église Saint-Alphonse-de-Liguori bâtie dans l'enceinte où se trouvait autrefois l'église Saint-Matthieu. Le 26 avril 1866, les Rédemptoristes intronisèrent solennellement Notre-Dame du Perpétuel-Secours en leur chapelle. Depuis ce temps, grâce au zèle des fils de Saint Alphonse et aux innombrables miracles obtenus dans leur pieux sanctuaire, la dévotion à Notre-Dame du Perpétuel-Secours a pris un essor extraordinaire. Le 23 juin 1867, afin de reconnaître et de perpétuer le souvenir de ces précieuses faveurs, le vénérable Chapitre du Vatican couronna la sainte image avec grande pompe.
 
En 1876, le pape Pie IX érigea une Archiconfrérie dans l'église Saint-Alphonse, sous le vocable de "Notre-Dame du Perpétuel-Secours". Aujourd'hui, la Sainte Vierge est invoquée sous ce vocable dans la plupart des églises d'Occident.
 

 *** Solennité propre au Diocèse de Torun (Pologne) et à Haïti ; Mémoire obligatoire propre
au Diocèse de Pelplin (Pologne) ; Mémoire facultative propre pour les Philippines
   
 

 

Nous ne pouvons que remercier l’Avocat et Député Gilbert Collard pour son coup de gueule :

Nous reproduisons ci-dessous l’intégralité de son message face à la sortie de la mère Duflot.

 


cecile-duflot-cannabis.jpg

 

« Du bas de ses trois pommes de 2% aux élections, Cécile Duflot se prend pour le Petit Père Combes. Elle cherche à jeter, par un effet d’annonce, le discrédit sur l’Eglise de France. Au passage elle insulte la mémoire de l’abbé Pierre et de soeur Emmanuelle qui, dans l’Eglise, ont fait pour les pauvres bien plus qu'elle ne fera jamais avec son culot médiatique d'écolo-bobo bien au chaud. Comme si l’Eglise avait attendu la menace de réquisition pour organiser l’accueil des sans abris. Madame Peppone est comique dans sa tentative indigne de salir les bonnes volontés discrètes qui dans le cadre « d’hiver solidaire », du « Corref », de « l’association des cités du secours catholique » oeuvrent pour héberger les sans-abris. Les catholiques en ont ras-le-bol de ces vieilleries du bigotisme d’extrême gauche qui accepte que la CGT possède des châteaux inoccupés sans dire un mot et s’acharne exclusivement sur l’Eglise dont le fondateur fut le premier sans logis de l’Histoire. Ce ministre de la discorde religieuse devrait être délogé de son ministère et aller coucher sous les ponts de la partisanerie imbécile.

 

Il serait temps que les catholiques de France se réveillent, notamment dans leur hiérarchie peureuse, pour que cessent les attaques idéologiques. Ce coup bas est l’une des armes utilisées par la propagande verte dans le débat tronqué sur le mariage gay auquel l’Eglise s’oppose lucidement. Cela s’appelle l’argument ad hominem. On cherche par tous les moyens à discréditer l’adversaire pour réduire la portée morale de son message. Madame Peppone a raté son coup. Si Hollande était un vrai président, il devrait lui sonner les cloches et l’envoyer crécher ailleurs par respect pour tous les catholiques insultés. Si Paris ne vaut plus une messe, la concorde vaut bien un ministre. A la rue, Duflot ! »

 

Source : Blog de Gilbert Collard, Député à l'Assemblée Nationale

Asperges me Kyriale XI (orbis factor) + Credo I

 

 

 

• ANNÉE A - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XIII "PER ANNUM")

 

- 2 Roi 4, 8-11 ; 14-16 : Dieu récompense la femme qui héberge son prophète

- Psaume 89, 2 : Sans fin Seigneur, nous chantons Ton Amour !

- Romains 6, 3 : Unis, par le baptême, à la mort et à la résurrection du Christ

- Matthieu 10, 37-42 : Celui qui donne sa vie recevra de Dieu sa récompense

 

• ANNÉE B - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XIII "PER ANNUM")

 

- Sagesse 1, 13-15 ; 2, 23-24 : Dieu n'a pas fait la mort


- Psaume 30, 3 : Je t'exalte, Seigneur, Toi qui me relèves


- 2 Corinthiens 8, 7 ; 9 ; 13-15 : La générosité du Christ, motif de la nôtre


- Marc 5, 21-43 ou Marc 5, 21-24 ; 35-43 : Résurrection de la fille de Jaïre

 

• ANNÉE C - TEXTES LITURGIQUES (DOMINICA XIII "PER ANNUM")

 

- 1 Roi 19, 16 ; 19-21 : Élisée abandonne tout pour suivre Élie

- Psaume 16,1 : Dieu, mon bonheur et ma joie !

- Galates 5, 1 ; 13-18 : L'Esprit s'oppose à la chair et nous rend libres

- Luc 9, 51-62 : Suivre Jésus sans condition jusqu'à la Croix

 

 

 

Introït de la Messe : "Omnes gentes"
 

 

 

 

 

 

L'Église, dit Saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle. La Nativité de Saint Jean-Baptiste a été exemptée de cette règle générale, parce qu'il fut sanctifié avant de naître, dans le sein de sa mère, par la présence de Jésus-Christ, lors de la Sainte Visitation que fit la Très Sainte Vierge à Sainte Élisabeth. Introït de la Messe : « De ventre matris meæ vocávit me Dóminus nómine meo : et pósuit os meum ut gládium acútum: sub teguménto manus suæ protéxit me, et pósuit me quasi sagittam eléctam. Ps. Bonum est confitéri Dómino: et psállere nómini tuo, Altíssime. De ventre matris meæ… Gloria Patri…. De ventre matris... » (« Dès le sein de ma mère, le Seigneur m’a appelé par mon nom ; de ma bouche il a fait un glaive acéré ; il m’a abrité à l’ombre de sa main et m’a fait sa flèche choisie. Ps. Il est bon de louer le Seigneur, et de chanter votre nom, Ô Très-Haut. Dès le sein de ma Mère… Gloire au Père… Dès le sein de ma mère... ») Confiteor + Kyriale de la "Missa Mundi" + Credo III

   

 

 

• TEXTES LITURGIQUES (IN NATIVITATE SANCTI IOANNIS BAPTISTæ - Ad Missam in DIE)

 

- Isaïe 49, 1-6 : J'étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m'a appelé

- Psaume 139, 1 : C'est toi qui as formé mes reins, et qui m'as tissé dans le sein de ma mère

- Actes 13, 22-26 : Jean-Baptiste annonce et prépare les chemins du Seigneur

- Luc 1, 57-80 : Naissance de Jean-Baptiste et Cantique de Zacharie

 

 

Introït de la Messe : "De ventre matris meae"
 

  

 

 

 

Liens : Le Baptiste et les Béatitudes, par Mgr Luciano Alimandi + Conférence sur Saint Jean-Baptiste (par le Père Marie-Dominique Philippe) + Propre de la Messe (forme ordinaire) + Messe et Commentaires Liturgiques (forme extraordinaire) + En cette fête de la Saint Jean Baptiste, éclaireur du Christ + Angélus du 24 juin 2007 + Sermon de Saint Bernard de Clairvaux pour la Nativité de Saint Jean-Baptiste + Sermon du Saint Curé d'Ars pour la Nativité de Saint Jean-Baptiste + Sermons de Saint Augustin pour la Nativité de Saint Jean-Baptiste (CCLXXXVII) + (CCLXXXVIII) + (CCLXXXIX) + (CCXC) + (CCXCI) + (CCXCII) + (CCXCIII) + (4ème sermon) + (5ème sermon) + (6ème sermon) + (7ème sermon) + (11ème sermon) + Sur Saint Jean-Baptiste (57ème sermon) + (8ème sermon) + Litanies de Saint Jean-Baptiste + Ter ere van Sint Jan + "N'ayez pas peur d'aller à contre-courant" (Pape François) + Benedictus (Cantique de Zacharie) + Saint Jean-Baptiste (Émission KTO)

• TEXTES LITURGIQUES (IN NATIVITATE SANCTI IOANNIS BAPTISTæ - Ad Missam in Vigilia)

 

- Jérémie 1, 4-10 : Avant même de te modeler au ventre maternel, je t'ai connu

- Psaume 78, 5 : Cantique d'Asaph

- 1 Pierre 1, 8-12 : Le salut annoncé par les prophètes

- Luc 1, 5-17 : Annonce de la naissance de Jean-Baptiste

• TEXTES LITURGIQUES (S. PAULINI NOLANI, EPISCOPI)

 

- 2 Corinthiens 8, 9-15 : Motifs de générosité

- Psaume 40, 2 : J'ai mis dans le Seigneur mon Espérance

- Luc 12, 32-34 : Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône

 

• TEXTES LITURGIQUES (SS. IOANNIS FISHER, EPISCOPI, ET THOMÆ MORE, MARTYRUM)

 

- Sagesse 3, 1-9 : Le sort comparé des justes et des impies

- Psaume 124, 2 : Notre secours est dans le nom du Seigneur

- Matthieu 10, 34-39 : Qui perd sa vie pour suivre Jésus la trouvera

 

*** Pour Saint Jean Fisher et Saint Thomas More exclusivement :

Fête pour l'Angleterre ; Mémoire obligatoire pour le Pays de Galles

Les deux Mémoires facultatives de Saint Paulin de Nole, de Saint

Jean Fisher et de Saint Thomas More sont pour l'Eglise universelle

article sciencespoUne génuflexion, un signe de croix, je quitte la chapelle derrière le chœur de l'église Saint-Sulpice, il me restait un peu de temps avant mes cours pour prier. En me dirigeant vers la sortie, je passe devant la plaque de marbre à la mémoire des prêtres assassinés par la Convention. L'église est froide et sombre. Le temps semble s'être figé ici, et les lieux désertés. En sortant, le froid me pousse à fermer mon manteau et j'avance. Me voici désormais Rue Bonaparte, après un carrefour j'arrive sur le boulevard haussmannien jalonné de magasins de luxe, de banques et par les cafés occupés par bon nombre de maîtres-penseurs, les nouveaux intellectuels de Saint Germain-des-Près. Après quelques minutes de marche pour remonter le boulevard, je tourne rue des Saint Pères, au 56, je rentre dans la cour. Je pénètre à l'intérieur pour arriver devant la machine à café. En buvant je regarde les annonces et affichettes accrochées sur le mur. L'une d'entre elles présente deux hommes qui s'embrassent et un slogan : "non à l'ordre moral", mon regard se déplace vers la gauche, une affiche du NPA défend la libre contraception et l'avortement. (...) En jetant mon café, je vois une affiche du Centre St Guillaume (CSG) dans la poubelle. Il s'agit de l'aumônerie catholique qui propose de réunir les croyants et de faire découvrir la foi aux étudiants.

 

Une fois le jardin traversé, j'arrive dans la "péniche", le grand hall d'entrée. Sur les murs de droite comme de gauche, il y a beaucoup d'affiches... du NPA qui veut désarmer la police, du Front de Gauche qui présente son programme (casse-toi pauv' con), du Parti Socialiste section Jean Zay qui affiche ses couleurs... (...). Sur une grande table sont disposés des journaux. (...) Je lis la "une" d'un journal financier américain lorsque une jeune fille l'aborde et me demande de signer pour Amnesty International (mouvement pro-mort, NDLR). De bonne foi, je refuse mais elle insiste prétextant que c'est pour la défense des droits humains en Iran ou pour la liberté de la presse en Asie du Sud-ouest, je ne sais plus. Bien que téméraire je décline à nouveau et la remercie. Elle persiste et m'assure que nous sommes tous concernés par les droits de l'homme et la justice dans une vision universelle. Ayant envie de débattre - elle a insisté - je lui demande à mon tour de quels droits de l'Homme il s'agit, ce qui pour elle fonde cette dignité de la personne humaine, qui pour moi est considérée à travers l'absolu de Dieu. Ses yeux s'écarquillent. Elle m'explique alors avec beaucoup de franchise qu'il importe peu que ce soit pour Dieu, Allah ou je ne sais quoi et que cela est une préoccupation de tous les citoyens. Je réponds simplement que je préfère m'assurer qu'il s'agit d'un engagement cohérent avec ma foi chrétienne. Elle soupire, s'en va en concluant avec rhétorique et répartie : « facho ».

 

Sciences_Po_Paris_-redim-_Credit_photo_SIPA.jpegJe retourne à ma lecture. (...) Les gens se pressent, le cours magistral va bientôt débuter. Je me dirige vers l'amphithéâtre mais une personne à une autre table m'interpelle et me demande si je souhaite participer à une conférence sur l'homoparentalité. Je regarde le nom et les associations des intervenants sur son tract et lui fait part de ma surprise quant à l'absence de personnes pour défendre l'opposition à cette question. Selon le jeune homme, ce n'est pas un débat mais bien une conférence pour défendre les couple gay et lesbiens qui n'ont pas les mêmes droits que les autres citoyens. Il remarque mon dodelinement et me demande pourquoi j'ai cette réaction. Il y a du monde derrière moi, l'UNEF a sa table juste à côté, j'hésite à répondre. Je me lance en expliquant que le mariage ne peut être selon moi qu'une union entre un homme et une femme. Cette réponse ne convient pas car je suis de toute manière dans le schéma archaïque des sexes alors que les humains se définissent par "genres" (+) (+), ce qui constitue une pensée très anti-égalitaire. Avec courtoisie je dispose et entre dans l'amphithéâtre.

 

Mon ami Alexis m'attend. Nous soupirons et nous préparons à prendre des notes du cours. Deux heures plus tard la cours s'achève sous une pluie d'applaudissement comme à chaque fois avec ce professeur. Nous nous regardons, nous soupirons et esquissons un sourire. Désormais nous savons que Mai 68 a été un moment fantastique et un progrès sans précédent pour ce professeur, que le terrorisme n'est qu'une conséquence d'un manque d'intégration sociale à l'échelle mondiale... (...). En quittant l'amphithéâtre, je salue Alexis qui a un autre cours et m'apprête à traverser le grand hall pour rejoindre des amis. Je remarque sur le côté droit une table que je n'avais pas remarquée avant et sur laquelle étaient disposés des tracts et une boite en carton. Dans celle-ci il y avait des préservatifs. Surpris et ayant mis quelques secondes à réaliser cela, une femme du stand me précise qu'ils sont gratuits et que je peux me servir. Afin de ne pas créer d'incidents diplomatiques (le Directeur est à quelques mètres dans le hall) je refuse avec gentillesse et avec un large sourire. Un jeune homme me demande alors si par hasard je préférerais ceux-ci, c'est-à-dire avec le logo gay dessus, avec un aussi grand sourire. J'arrête de sourire et décline l'offre, avec courtoisie, et me dirige vers la sortie en évitant de justesse un tract de l'Unef.

 

(…) Ce fut une journée banale à Sciences Po Paris. (…) La vie d'un Chrétien à Sciences Po doit être discrète et il doit apprendre à éviter les crachas, les moqueries et les provocations. Il peut aussi décider d'assumer et de défendre ses valeurs. En cherchant bien vous les trouverez. Ils sont peu nombreux, mais soudés. Ils prient ensemble, ils marchent ensemble et par dessus tout, ils croient.

 

Article intégral à lire ici

• TEXTES LITURGIQUES (S. ALOISII GONZAGA, RELIGIOSI)

 

- Romains 12, 1-18 : Offrir son corps comme hostie vivante

- Psaume 16, 1 : Garde-moi ô Dieu, car près de Toi je me réfugie

- Marc 10, 17-27 : Vends tout ce que tu as et donne le aux pauvres

Au cours de sa méditation à la messe du 2 septembre, le Pape François a déclaré« C’est l’Esprit Saint qui donne son “identité” au chrétien. » C’est pourquoi « tu peux avoir cinq masters en théologie, mais ne pas avoir l’Esprit de Dieu ». Et « peut-être seras-tu un grand théologien, mais tu n’es pas un chrétien », justement « parce que tu n’as pas l’Esprit de Dieu ». Ainsi « souvent nous trouvons, parmi nos fidèles, des petites vieilles simples qui n’ont peut-être pas fini l’école élémentaire, mais qui te parlent des choses mieux qu’un théologien, parce qu’elles ont l’Esprit du Christ ».

 

Le Pape a raison… mais ce qu’il a oublié de dire, ce que dans nos paroisses, ces “petites vieilles“ ont été mises à la porte. Parce qu’il leur arrivait de prier le chapelet, de chanter en latin, de préférer les cantiques de leur enfance aux chants actuels, de vouloir des messes qui ressemblent à des messes et non pas à ces bazars liturgiques bien souvent fabriqués par des « experts en pastorale » pédants, prétentieux et arrogants. Vous ne verrez jamais ces “petites vieilles” participer à une réunion de l’équipe liturgique ou s’intéresser à la pastorale d’ensemble du nouveau secteur interparoissial. Les “petites vieilles” sont humbles, effacées. Et c’est ce qui les rend intéressantes aux yeux de “l’Eglise-peuple-en-marche”.

 

Rappelons-nous ce qui s’est passé dès les lendemains du Concile : avec la collaboration de laïcs "(dé)formés" à une théologie déviante, certains prêtres ont arraché le chapelet que les “petites vieilles” tenaient entre leurs mains pour communier, et les ont forcées à rester debout pour recevoir l’Hostie directement dans leurs mains. Ils ont humilié et fait pleurer ces “petites vieilles”, ces ”humbles théologiennes” que cite le Pape François et qui savaient parler de Dieu bien mieux que bien des « experts en pastorale », étalant fièrement leur "savoir" du haut de leurs 2 pommes théologiques. Ces prêtres-là avaient oublié que “les petites vieilles” composaient la garde d’honneur de la Vierge Marie qui fut probablement elle aussi une discrète “petite vieille” sachant raconter à S. Jean plein de choses sur son Fils Jésus.

 

1ère partie d'une présentation extraite des "Perfections Divines" du père Garrigou-Lagrange
 
2ème partie d'une présentation extraite des "Perfections Divines" du père Garrigou-Lagrange

 

1. Si le vent des tentations s'élève, 
Si tu heurtes le rocher des épreuves. 
Si les flots de l'ambition t'entraînent, 
Si l'orage des passions se déchaîne : 


R. Regarde l’étoile, invoque Marie, 
Si tu la suis, tu ne crains rien ! 
Regarde l’étoile, invoque Marie, 
Elle te conduit sur le chemin ! 


2. Dans l'angoisse et les périls, le doute, 
Quand la nuit du désespoir te recouvre. 
Si devant la gravité de tes fautes
La pensée du jugement te tourmente : 

3. Si ton âme est envahie de colère, 
Jalousie et trahison te submergent. 
Si ton cœur est englouti dans le gouffre, 
Emporté par les courants de tristesse : 

4. Elle se lève sur la mer, elle éclaire, 
Son éclat et ses rayons illuminent. 
Sa lumière resplendit sur la terre, 
Dans les cieux et jusqu'au fond des abîmes. 

 

 

Enregistré au pèlerinage des Routiers
Scouts d'Europe à Vézelay (2014)

 

 

CD n°55 : Par toute la terre ; Paroles et Musique : Communauté de l'Emmanuel (C. Blanchard / I.Seguin)

Partition n° 19-17 - Vol. 19 ; D'après l'hymne de saint Bernard ; © 2012, Éditions de l'Emmanuel

Liens (1)

 

 

 

 

 

 

logofc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

Intentions de prières

 

Actualité du livre

 

 

 

 


 

 

 

Admin / Twitter

oiseau-twitter2.gif

 

 

Depuis janvier 2006,
site administré par de
jeunes laïcs catholiques.
 
 
CONTACT
 

 


 

 
coolpape.jpg